« J’ai l’impression qu’on touche presque au problème de société. Cette capacité que nous avons à toujours voir le négatif, à toujours rappeler à l’autre ses défauts (alors que bien souvent, l’autre n’a juste rien demandé à personne) en oubliant, au passage, que des défauts, nous aussi nous en avons, de même que des contradictions et des incohérences, des faiblesses et des forces.

J’ai beaucoup aimé avoir ce retour « professionnel » à ce propos et ça résume plutôt parfaitement cette idée de tolérance vis à vis de soi-même qui ouvre la porte de la tolérance vis à vis d’autrui. Ce n’est pas parce que certains font « mieux » que vous, qu’ils valent mieux que vous. Et encore moins qu’ils en ont la prétention (sauf les cons, évidemment ;)). Quelqu’un qui fait les choses différemment de vous ne vous juge pas obligatoirement. Personne ne vaut mieux que personne alors soyez indulgents et tolérants avec vous-même ET avec les autres.

Et arrêtons de saouler des gens qui font des efforts, même tout petit. Arrétons de les décourager, de les rabaisser en leur disant « ce n’est pas assez/ce n’est pas bien/tu devrais faire plus/ton effort est ridicule ». Parce qu’il n’y a rien de moins constructif que ça. Au lieu de ça essayons de continuer à échanger, à partager, à donner, à instruire, à éduquer. »

Extrait du Blog de Et Pourquoi Pas Coline « Bio à demi » du 15/03/2016

Quand le colibri fait son nid

J’ai décidé de commencer cet article par un extrait du blog d’Eppcoline, car je n’aurais pas dit mieux qu’elle.

Depuis quelques temps, je vous parle sur instagram de mes changements alimentaires.

Les changements se font au fil de mes recherches, reportages, film et lectures.

C’est une grosse prise de conscience sur l’agroalimentaire que je suis entrain de faire. Une envie de manger plus sain, plus équitable, locale, bio et végétarien.

Vous êtes nombreuses à m’avoir demandé mes déclics, lectures et reportages.

Tout a commencé avec le CASH INVESTIGATION sur l’agroalimentaire (dispo sur Youtube).

Le sujet principal concerne les nitrites de sodium ajouté dans nos charcuteries pour leur donner cette couleur rosée.

Ce produit potentiellement cancérigène a haute dose est présent dans le jambon, le bacon, les saucisses, le salami…

Premier point, je décide de ne plus consommer tout produit en contenant.

Je dis bien « JE » car cette décision ne concerne que moi et je ne l’impose donc à personne, ni même à Yoann (qui a décidé ensuite de ne plus en consommer non plus de lui même)

 

Dans cette continuité j’ai regardé CASH INVESTIGATION sur le Sucre (dispo sur Youtube), et j’ai décidé d’approfondir ça avec la lecture du livre « Comment j’ai décroché du sucre » et « Zéro Sucre » de Danièle GERKENS.

La conclusion ?

Le sucre est partout, et je vous parle des sucres ajoutés.

img_0652

Dans la sauce tomate, les boites de conserves, les produits « light », le bacon, le jambon, les bouillons de cube…Si si regardez par vous-même !

Voici quelques conseils pour celles qui souhaitent limiter leur consommation (j’ai bien dit qui souhaite hein #JePartageJeNimposePas).

Les ingrédients sont dans l’ordre décroissant, donc plus un aliment est en tête de liste, plus il est présent dans votre produits.

Personnellement, si le sucre se trouve en début de liste j’évite d’acheter cet aliment.

Cela est très utile également de regarder les produits dit light. Souvent quand ils revendiquent « 0% de Matière grasse » ils sont souvent riches en sucre.

Il est donc souvent préférable, gustativement parlant #Zermati et nutrionnellement parlant de manger un vrai bon gâteau maison. Mieux qu’une version allégé bien souvent bourré de sucre et autres additifs industriels.

Dans cette même logique si je vois trop de nom que je ne connais pas dans la liste des aliments, je zappe !

J’ai lu quelque part « je n’achète pas un produit que ma grand-mère n’aurait pas connu », très symbolique et tellement vrai.

Bien sur, on achète encore des spéculoos, confiture, yaourt au soja, céréales. Mon homme aime les sucres et qu’il continue d’en manger à sa propre convenance. Moi même je limite mais ne bannis RIEN, car c’est dans l’interdit que nait la frustration et l’envie.

 

Petit colibri deviendra grand

Je continue de faire un peu mais de faire, en achetant bio et locale au maximum.

Je dis au maximum, car mon maximum n’est pas le même que celui de la voisine. Et oui nous n’avons pas le même budget par exemple.

Que le but c’est de faire au mieux pour soi et selon ses convictions. Même si je n’achète pas tout bio, cela ne fait pas de moi ou de vous, une raclure !

J’achète mes légumes à la ferme, ce n’est pas forcément bio mais c’est local. Et oui ça n’a pas nécessité des milliers de kilomètres en avion, du gasoil, des conservateurs, de la pollution.

En achetant local et de saison, on paye souvent moins cher et on évite de polluer la planète.

 

Mes premiers pas vers une alimentation végétale

Le dernier point et pas des moindres, mon évolution vers le végétarisme.

Moi je suis petite fille de fermier, j’ai toujours mangé de la viande, j’adorais ça.

Avec le temps, j’en ai mangé moins, simplement pour son prix, je mangeais du coup de la viande « pas chère » de mauvaise qualité bien souvent. Des blancs de poulets pleins de gras et de nerfs, du jambon bas prix, du poissons congelés…

Depuis mes recherches sur le sucre et l’agroalimentaire, je me suis, de fil en aiguille, intéressée à la viande. La façon de la produire, ses qualités, son impact sur les animaux, sur l’environnement. Au delà d’une démarche individuelle ça c’est inscrit dans une démarche collective.

Et c’est la que l’histoire du colibri de Pierre Rabhi prend tous son sens :

img_0857

Alors j’ai décidé de « faire ma part », mais pourquoi ?

Je vous laisse visionner si vous le souhaiter le reportage « COWSPIRACY » sur Youtube, et vous en trouverais bien d’autres sur le sujet, mais également « DEMAIN LE FILM » avec Mélanie Laurent.

J’ai compris que moi Ely bientôt 29ans, plus proche de la maternité que de la virginité, il était temps que je pense a mon prochain, le mien et celui des autres aussi.

Au delà de l’aspect émotionnel, qu’une vidéo de l’association L214 peut procurer, c’est surtout l’aspect communautaire qui a dirigé mes changements.

J’ai toujours trié mes déchets, préféré les douches aux bains, pris les transports en commun (ou mes jambes), éteints la lumière derrière moi, limité ma consommation de chauffage, préférant un polaire à 20° degré dans mon appart.

Depuis peu, j’ai également changé ma routine beauté, adepte des produits naturels pour les cheveux, le corps et le visage (toutes les infos : ICI)

 

Maintenant j’ai envie aussi d’aller plus loin, après tout je mange peu de viande, est-ce que l’arrêter serait si difficile ?

Et bien NON, non ce n’est pas difficile pour moi (et ca tombe bien cette décision ne concerne et n’engage que moi)

J’ai donc arrêté la viande ni plus ni moins, du jour au lendemain comme je lavais fait avec la clope.

Oui mais le poisson ? Les œufs ? Les produits laitiers ?

Je ne cherche pas une case, je ne pense pas que les végétariens soient meilleurs que les omnivores, que les végétaliens soient plus fort que les végétariens et que les végans soient des dieux !

Je pense que faire à son niveau c’est déjà ça, je suis plutôt du partie d’encourager les petits changements que de culpabiliser de ne jamais en faire assez !

Me voila donc « fléxitarienne » ok enfin ça c’était avant ce midi (03/10/2016) ou je me retrouve a croquer dans ma sardine, avoir un haut le cœur, la recracher et finalement la jeter.

Je pense que cette sardine était ma dernière sardine [musique mélancolique] parce que les changements peuvent être murement réfléchis, évoluer, calculer, préparer mais ils peuvent aussi être totalement en nous, comme un rejet, un déclic, un énorme « STOP »de notre corps et de notre cerveau.

Alors il y a cette sardine qui entre hier et aujourd’hui ne fait plus partie de moi, et il y a les produits laitiers.

Ceux la même que j’avais ralentit pour préférer les boissons et yaourt au soja (bio).

Néanmoins de temps en temps, de la faisselle, du fromage blanc, des yaourts retrouvaient leur place dans mon frigo.

Ok mais ça c’était avant de voir, et surtout de COMPRENDRE le reportage « COWSPIRACY » qui explique notamment que le lait ça a pour but de faire passer un petit veau de 30kg a une grosse vache de 150kg le plus rapidement possible.

Et si je ne suis pas un petit veau de 30 kg, je ne souhaite pas non plus devenir une vache de 150 kg.

(Explications très bien faite sur les 10 dernières minutes du reportage)

img_5567

Ok donc on récapitule où j’en suis : je ne mange plus aucune viande, plus de lait, plus de poisson. Que reste-t-il ? Vais-je mourir à petit feu ? Vais-je perdre le peu de muscle durement acquis ?

Car non je ne me considère ni végétarienne/ni végétalienne/ni végan, je considère que je mange a ma façon selon mes envies et convictions.

En attendant, soyez indulgent et ouvert d’esprit avec les autres, comme vous aimeriez qu’on le soit avec vous.

Je n’aurais pas aimé qu’on me casse les burnes avec ça en pleine dégustation de BigMAc il y a quelques mois, je ne péterai donc pas les couilles à ceux qui en mangent un aujourd’hui !

liens des reportages cités dans l’article:

Cash investigation sur l’agroalimentaire 

Cash investigation sur le sucre

Mon declic :

Cowspiracy

Pour ceux qui veulent aller plus loin, je vous conseilles le blog Gala’s Blog.
Ses billets sont frais, bien écris, bien illustré, pas moralisateur et très compréhensibles.
Que ce soit pour l’alimentation vegan, les produits CrueltyFree ou encore le zéros déchets, elle est une grande source d’inspiration.

Gala’s Blog

 

23 thoughts on “Végétarisme, bio, éthique…Le colibri fait son nid

  1. Coucou !

    Ton parcours est tellement beau et inspirant !
    Je trouve tellement difficile de trouver sa place parmi toutes ces étiquettes que les gens collent à tour de bras sans qu’on ne leur ai demandé leur avis …
    J’ai été omnivore, végétarienne, fléxitarienne, végétalienne et j’en passe … Les jugements sont tellement durs à gérer au quotidien, surtout quand on se cherche encore sur ce plan là. Aujourd’hui je me rapproche plus d’une fléxitalienne au final. Et je me dis que les changements ne sont pas terminés !
    Et preuve qu’on peut faire réfléchir les gens sans les saouler : mon copain, omnivore depuis toujours, à décidément très récemment d’arrêter la viande pour de bon. Je suis tellement fière de lui !

    En tout cas, bravo pour ta prise de conscience, ta volonté de changement et ton ouverture d’esprit, ça fait du bien ! ♡

    Bisous !

  2. Bonsoir Ely, c’est un article très bien écrit . ça me parle complètement et ma situation et ma réflexions sont très ressemblants aux tiennes. J’ai entamé exactement la même réflexion et s’il fallait me mettre dans une case ce serait celle de « flexitarienne » . J’ai évolué petit à petit en quelques mois, j’ai commencé tout comme toi par utiliser des produits de beauté naturels (huile de coco, huiles essentielles…) puis par faire moi même mes propres produits ménagers (lessive, liquide vaiselle). ..et depuis le début de l été j ‘ai changé mon alimentation j’achète mes légumes en circuit court, local et bio et je suis inscrite depuis peu à l ‘AMAP. . Les reportages, ou les différentes lectures ont finies par me convaincre que ce changement serait bénéfique et l ‘émission Cash investigation a été le déclencheur pour décider de ne plus manger de viande
    Aujourd’hui je ne mange plus de viande, ni de produits laitiers. mais je consomme des oeufs et encore du poisson et des fruits de mer.
    Est ce « mon retour aux sources  » qui m’a fait changer? (je suis installé au bord de la mer en Bretagne depuis 3 ans après avoir passé 12 ans à Paris) en tout cas je me sens plus proche de la Nature et je me sens en phase avec tous ces changements me rendent plus heureuse, j’adore découvrir de nouvelles recettes, je m’éclate et je me sens « actrice » de ma vie et de mes choix sans les imposer aux autres.
    Désolée d’avoir raconté ma vie… et merci pour ton blog.

  3. Merci de partager et d’aider les autres – dont moi – à avancer. Je me retrouve de plus en plus dans ton parcours et j’aime ta façon de présenter les choses !

  4. Bonjour Ely, je te suis depuis le début.
    Juste si ça t’intéresse je peux te conseiller le livre de Gilles lartigot « Eat »..c’est le livre qui m’a fait le déclic. Il est formidable je trouve.
    Bonne route dans tes choix et peut importe qui pense quoi sur ci ou ça tu as bien raison. Fais ta part, sois heureuse tout simplement.

  5. Enfin j ai réussi à me posé pour te lire tu as tt bien résumé tu expliques bien que se sont tes choix tes envies tes recherches, aucun jugement sur tout le monde en globalité flexi vege vegan omni chacun fait comme il veut ou peut déjà échanger pour comprendre et apprendre de l un à l’autre sans critiqué l un et l’autre c est un beau état d esprit que tu as merciiii ma biquette bien que je vais devoir te trouvé un autre ptit surnom

  6. Encore un article comme je les aime!
    C’est un cheminement que j’ai fais il y a quelques années. J’ai toujours eu la fibre écolo, ça c’est accentué à la naissance de mes enfants, j essaie de tendre vers le zéro déchets, et bon, pour réduire mon impact environnemental, le végétarisme est une évidence. Je n impose mon choix à personne (homme et enfants), mais je vis mal les jugements que je subie: je ne comprends pas la levée de réflexions, alors que c’est un choix personnel.
    En ce moment, je lis « se nourrir, marcher, courir vegan » de Matt Frazier, c’est super intéressant!
    Ça fait du bien au moral de voir que de plus en plus de personnes changent leurs habitudes, petit colibris deviendra grand!

  7. Étape par étape , merci au petit colibris d’illustrer une idée si importante !

    Tu as tres bien résumé et expliqué ! Bravo !

  8. Coucou Ely,

    Ton parcours ressemble beaucoup au mien, avec monsieur nous sommes vegan depuis plusieurs mois déjà, tout a commencé par cette envie de savoir ce que l’on mangeait et de fil en aiguille nous sommes arrivés au végétalisme et pas que (nourriture, cosmétique, vêtement tout y est passé). Nous avons toujours trier et manger local mais ont voulait plus, ont ne voulait pas transmettre quelque chose qui ne nous ressemble pas.

    Résultat les gens nous prennent pour des fous, enfin certains, d’autre penses à une lubie passagère mais ils ont tord, bien manger en se faisant plaisir et respectant tout être vivant quoi de plus normal ?

    mais aussi un sommeil plus réparateur, une meilleure forme physique, et surtout non non non aucunes carences !!!

    je cours, je vais a la salle, je ne suis pas maigre et je mange aussi des bonbons et des burger !!! Vive le bonheur !

    Merci pour le retour sur ton expérience 🙂

  9. Super article que bcp devraient lire ! J’ai suivi le même cheminement que toi et je ne me suis jamais senti aussi bien
    Belle journée Ely ✌️️

  10. Bonjour Ely,
    Ton article arrive à pic, je suivais déjà tes différentes réflexions sur instagram (en posts et en story) et c’est marrant parce que je suis un peu au même « niveau » que toi. Je mangeais déjà peu de viande, et j’ai complètement arrêté d’en acheter comme toi car au final j’achetais des lardons et des knackis… et c’est essentiellement le côté santé, volonté de manger différemment, de se nourrir de chose bonnes pour son corps qui me fait changer petit à petit.
    On est ce que l’on mange, ca j’y ai toujours cru, mais je crois que c’est seulement depuis ma prise de conscience que je le ressens vraiment.
    Bref, je vais pas t’embêter plus longtemps, juste un petit message pour te dire que je vais continuer de suivre ton évolution très attentivement 🙂
    Si je peux conseiller également un lien youtube, c’est une conférence filmée que j’ai trouvé très bien : https://www.youtube.com/watch?v=0IRHYWvbMQU
    (je précise que je ne suis pas vegan, ni végétarienne pour le moment, mais je suis en phase où je limite au maximum ce type d’aliment dès que je le peux).
    A bientôt!

  11. Se que j’aime beaucoup c’est que tu es vraiment dans le partage et pas dans le « il faut faire ca ». Et ta maniere de partager donne vraiment envie de se renseigner, alors quau contraire un « discours de donneuse de leçon » pour ma part ne sert à rien car je me braque et je zappe plutôt que de m’y intéresser. Merci en tout cas je vais aller voir se que tu partage 🙂

  12. Merci bcp ely pour cet article ! Je me rends compte que nous sommes de plus en plus nombreux à faire ces choix là et je suis sûre que demain nous le serons encore plus.
    Lire ce genre d’articles me fait chaud au cœur et me fait réaliser que je ne suis pas seule à avoir ce genre de démarches ! Alors juste merci d’en parler car je pense que sans culpabiliser les uns ou les autres, c’est important de sensibiliser ou d’informer chacun sur le fait que l’on a tous un rôle à jouer même à notre petite échelle. Et que la phrase après moi la fin du monde n’est plus de mise !
    Merci aussi pour ton blog car il fait partie des rares à ne pas être une coquille vide. C’est à chaque fois une vraie réflexion sur des sujets très variés et même si on n’est pas toujours en accord (c’est normal et sain), le doute c’est comme on dit le premier pas vers la liberté de penser, d’analyser, de s’auto-critiquer. Alors juste BRAVO !

  13. Coucou Ely !
    Depuis quelques temps je me pose des questions sur le sucre. Je pensais en consommer peu, car je ne mange presque jamais de gâteaux, carrément jamais de bonbons… mais j’aime bien de temps en temps manger un beignet au chocolat, ou un croissant, des m&m’s… du coup, je me pose encore plus de questions ^^ je vais regarder de plus près pour les livres dont tu parles, car ça me travaille.
    merci pour tout ce partage !

  14. J’aime beaucoup ta façon de dire les choses, de raconter, de nous partager ces tournants de ta vie. félicitations pour ton parcours. Ces changements sur l’alimentation sont que de beaux choix pour ces petits êtres vivants. 🙂
    Tout est tellement bien écrit.. il y a rien à ajouter.
    Bisous ely

  15. Bonsoir Ely, merci pour cet article qui m’apporte beaucoup d’informations alors que j’aimerai aussi revoir un peu mon alimentation. Mais je me pose une question, la composition des protéines en poudre type whey est elle vraiment mieux que deux tranches de jambon ou qu’un bon steak ? Je ne parle pas en terme d’éthique mais de compo.
    Merci pour ta réponse
    Justine

    1. Hello
      Je pense que tant que tu peux manger de vrais aliments c’est mieux.
      Je prends de la whey pour l’aspect pratique, vu que je ne mange ni viande ni fromage blanc, la whey c’est pratique mais des que je peux manger un véritable aliment je le fais 🙂

    2. Perso je pense que c’est parfois mieux un shaker de protéine que certains steak bourrés aux hormones !
      Mais ça reste un complément alimentaire, à prendre donc en complément de son alimentation pour éviter les carences…

      1. le problème c’est que si tu prends de la protéine de lait, et bien ce que les vaches ont mangé va se retrouver également dans ton shake
        ely

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *