Skip to content

Catégorie : Le sport avec un grand S

Marathon en relais à Genève

Mon premier marathon en 4km !

Dimanche 7 mai je participais à mon premier Marathon, mais un Marathon en Relais !

Je vous avais parlé de ma visite de Genève dans CET ARTICLE

Ceux qui me suivent sur instagram le savent, suite à ce week-end découverte, j’ai organisé un concours pour faire gagner 2 dossards afin de compléter mon équipe pour le Marathon en Relais de Genève.

Suite à l’engouement et au love que j’ai reçu, j’ai décidé d’offrir 3 dossards et au lieu de courir les 2 derniers relais, je n’en ferai qu’un.

J’ai donc eu le plaisir de former Notre #DreamTeam avec :

@yoann_tri (mon futur mari)

@kanuza (la reine des Instachattes)

Et les 3 gagnantes :

@vic_thess

@ml.equilibre

@fit_craquinetta_mia

Je vous ai partagé mes entraînements principalement accès sur la marche Sportive (article ICI) dans ma rubrique JOURNAL DE SPORT.

Un EVJF surprise et une angine ont ralentit ma préparation.

L’angine a eu raison de moi, et finalement je n’ai pu participer qu’au relais et pas au 10 km nocturne du samedi soir, comme prévu ICI.

Le dimanche

Un petit déjeuner de compèt (ceci n’est que le Round 1) et oui je suis le dernier relais ce qui signifie que je ne vais pas courir avant 13heures a peu près, je prévois donc un gros petit déjeuner à 6h30.

Dossard + ravitaillement perso + arnica Weleda + mes Gorun de Skechers = AU Taquet

On a nos dossards, on a nos relayeurs, tout le monde est là, les filles se sont loué un AIRBNB et ont finit la soirée d’hier au vin rouge, mais à 7h30 tout le monde est là pour s’encourager.

On se repartit selon les relais, grâce à l’expertise de @boudinet tout se passe parfaitement.

Vic, Yoann et Fiona prennent chacun leur navette qui les emmène à leur relais.

Jessica, Stephanie et moi partons accompagner Mégane au départ, c’est notre premier relayeur et elle part sous un temps clément pour 6km.

Ensuite on prend le tram avec Jess et Steph pour rejoindre mon relais, on hésite à se taper tout les ravitos qui sont en place, finalement on opte pour le mode groupies et on suit nos relayeurs avec l’application du Marathon.

Et là, je tiens à dire BRAVO ! Cette application est géniale, ça permet de faire passer le temps de voir les copains avancer, malgré 2 couacs, je sur valide cette idée qui permet aussi aux gens qui veulent vous encourager sur le parcours de ne pas vous louper !

 

Les filles repartent à leur relais 5. Je continue de suivre mon équipe sur l’application et en plus j’ai de la visite sur mon relais pour me tenir compagnie.

Mégane et Vic me rejoignent aussi, on attend à présent Stephanie qui est le relai 5.

Elles sont super contentes, je suis du coup encore plus contente.

Stephanie arrive, je check qu’elle va bien, je lui demande si elle est contente, elle valide, une bénévole me dit « allez allez faut courir » et me voila en route pour les 4 derniers kilomètres de ce marathon de love.

 

Je cours, je me sens bien, je n’ai pas de montre, pas de portable, pas d’appli, juste un énorme sourire sur le visage et une hâte de retrouver tout le monde avant la ligne d’arrivée. Je ne connais pas ma vitesse mais j’évalue mon kiffe a 10/10, pas de douleurs, je cours en center ville, puis le long des quais, il ne pleut pas : c’est le pied.

Voila j’arrive sur la fin, et la je ne vois pas mon équipe, ils doivent me rejoindre pour passer la ligne d’arriver tous ensemble, pourquoi je ne les vois pas ? Je me retourne, je ralentis, mais personne.

J’entends « allez Yasmine » et là c’est Marine Leleu et Yoann sur le coté, derrière la barrière qui m’encouragent. « Elles sont ou ? » Yoann me fait signe qu’il est seul, je passe la ligne d’arriver seule, au ralentit, déçu de ne pas avoir partagé ce moment avec ma team.

Je ramasse les médailles et part rejoindre Yoann à l’espace VIP a coté de l’arrivée.

Il me dit qu’il n’a vu personne,  Anne-laure (Bonjour Darling) essaye de me réconforter, je pleure, je suis tellement déçu de pas être avec elles. Je pars au point des relayeurs, là ou les équipes sont censées se retrouver pour les rechercher.

La je les vois, elles reviennent vers moi, tout aussi déçu que moi, l’application a plantée, elles pensaient que je n’étais pas encore passé, alors que j’avais passé la ligne depuis longtemps, on s’est loupé.

Ok on s’en fou, ce Marathon en relais c’est NOUS, on cache les médailles, et on repart sur le parcours en courant pour la passer tous ensemble cette putain de ligne d’arrivée !

Au passage, je chope Yoann qui escalade les barrières, on court, on sourit, on s’éclate, on kiffe bordel !

Et en plus, Fiona a eu une superbe pancarte d’une abonnées « Brigade du Kiffe », plus rien ne nous arrêtent on a le smile !

 

Ne cherchez pas la souffrance, sur ces photos il n’y a que du love, du plaisir, du kiffe, des sportifs heureux, épanouies, des sourires jusqu’au oreilles, ce sont les plus belles photos de courses que je n’ai jamais vu #Modestie    

On a retrouvé Marine et Anne-Laure qui ont déchiré sur le Semi-Marathon en moins de 2 heures!

Mon bilan

 

Si on fait abstraction du stress des navettes, de se voir, et de ne pas se louper sur la ligne d’arrivée : c’était génial !

Je vous recommande de vivre cette expérience sportive en équipe, en famille, entre amis.

Le marathon en relais représente tout ce que j’aime dans le sport : l’esprit d’équipe, l’entraide, le plaisir, le partage et la transpiration !

J’espère bien recommencer, avec les mêmes et avec d’autres.

Cette aventure m’a permis de rencontrer 4 meufs extra, et je pense leur a permis elles aussi de se lier.

Si je devais recommencer, je prendrais juste mon téléphone afin de passer un coup de fil avant l’arrivée à mes acolytes pour ne pas les louper !

Merci à l’équipe du Marathon de Genève de nous avoir permis de vivre cette expérience ensemble, qui sait on se reverra peut être pour mon premier Marathon en solo…

Blessure et sport : comment gérer?

 

Sport, blessures et réseaux sociaux : un lien ?

Aujourd’hui je vais vous parler de blessure, une discussion mardi matin à la salle avec mon binôme de sport m’a donné envie d’écrire sur le sujet.

Un sujet trop peu abordé, pourtant ce n’est pas les blessés qui manquent.

Ceux qui me suivent sur instagram le savent, je reviens d’une petite blessure à l’ischios.

Depuis juin 2016, je m’entraine à la salle. Surveillé par Yoann, qui connait ma capacité à être à fond (voir trop), j’ai commencé par 2 à 3 entrainements en salle par semaine. Et quelques runs de temps en temps pour le plaisir.

Jusque janvier, je m’entraine donc en moyenne 3 à 4 fois par semaine.

 

En janvier 2017, avec les bonnes sensations, je suis passé à  4 entrainements en salle intensif, et j’ai délaissé le running.

Mi-février, je passe à 5 entrainements en salle, à ça j’ajoute 1 séance de piscine ou 1 run par semaine.

Je suis donc à 6 entrainements par semaine. Je m’éclate, j’adore ce que je fais, piscine, salle, yoga et course à pied.

 

Mi-mars, je me blesse bêtement. Le coach lui n’a aucun doute, c’est une blessure de fatigue suite à un surentrainement.

Pourtant je me sentais au top, pas de courbatures, de sensation de fatigue.

Et c’est là ou je vais parler dans un premier temps : des compléments alimentaires. Je vous ai dit ce que je prenais dans CET ARTICLE.

Avec 15g de BCAA par jour, des protéines qui aident aussi à la récupération, je pense que je n’ai simplement pas entendu mon corps.

J’ai masqué ma fatigue et ma douleur comme on masque un mal de crane avec un doliprane.

Je ne l’ai pas soigné je l’ai juste recouverte d’un pansement. Quand ça a été l’entrainement de trop, je ne l’ai pas su et crack : déchirure au niveau de l’ischio remontant jusque dans la fesse.

Bilan : arrêt du sport pendant 3 semaines et reprise en douceur ensuite.

Et c’est la ou il est bon de prendre du recul, vous me direz « surentrainement » c’est un peu fort comme mot pour ce que je pratique.

Mais il ne faut pas oublier que le surentrainement (ce mot Yoann me le dit souvent) est propre à chacun.

Avant quand je me comparais aux autres je n’avais pas l’impression avec mes 1 heures de sport 3/4 fois par semaine de me surentrainer. (mais j’écoutais mon keum)

C’est vrai sur Instagram les gens courent des marathons comme on court après le bus, ils s’entrainent 2 heures a la salle toute la semaine.

Certains courent, nages, font du vélo et des compétitions.

 

Ok mais y’a une chose qu’il ne faut pas qu’on oublie, on ne peut pas se comparer aux autres car nous sommes différent avec des corps, des passés et des vies différentes.

Le surentrainement pour une meuf en surpoids qui se met à courir ça peut être 30min 2 fois par semaine alors que pour un Runner invétéré ce sera 1heures, 7 à 8 fois par semaine !

N’oublions pas que nous avons un passé, pour certains sportif, pour d’autre comme moi : néant !

Je passe donc de 27 ans à ne rien faire à 6 entrainements dont 5 intensifs par semaine.

Ok mon surentrainement est là, et moi qui pourtant fait du sport plaisir, je ne l’ai senti venir. Dans mon cas, il ne s’agit pas de comparaison mais plutôt d’un égo bien tapé aux BCAA ! [Ahhh oui l’égo, le plus dur c’est encore de reconnaître que parfois c’est lui parle]

N’oublions pas que nous ne sommes pas des pro avec des obligations de résultats, le repos et les entrainements sont à notre main.

 

Et c’est en ça que je dis « blessures et réseaux sociaux » parce que sur les réseaux on a l’impression que tout est simple et que si ce n’est pas simple pour toi, c’est juste que tu es une grosse merde car tout le monde le fait.

J’ai pris beaucoup de recul sur les réseaux, paradoxalement j’y suis de plus en plus investit.

J’ai surtout appris a ne plus me comparer physiquement mais aussi sportivement depuis 1 an.

Et ça a tout changé dans ma pratique et ma relation au sport.

 

Aujourd’hui on a l’impression qu’on peut tous préparer un marathon en 12 semaines.

Qu’on peut tous faire un semi marathon au bout de 6mois de mise au sport.

Alors OUI vous pouvez le faire mais a quel prix ?

Une tendinite, une périostite, des déchirures causées par de l’impatience, suivis de douleurs ou d’un arrêt tout net dans votre élan sportif?

Parfois j’ai mal pour certaines d’entre vous, quand j’en vois courir blessées, sous estimer une tendinite pour être sur la ligne de départ ou continuer les entraînements en souffrant.

Vous n’est pas obliger de faire une compétition pour exister sur les réseaux ou dans la vie.

Vous n’êtes pas une sous merde si vous décidez de ne pas participer à une course parce que vous êtes blessé.

Je l’ai déjà dit sur IG, mais il faut aussi savoir écouter son corps, mais surtout en prendre soin.

Votre corps n’est pas infaillible et je vous rappelle que vous en avez besoins jusqu’à vos derniers jours, alors pensez SANTE!

 

C’est difficile, mais il faut accepter la blessure, accepter d’arrêter, accepter de composer avec.

Ce n’est pas la fin de votre vie, ce n’est que le début dune parenthèse, la découverte d’un nouveau sport peut être.

 

C’est grâce a ma tendinite en février où j’ai du annuler ma participation a un 10km.

Que j’ai décidé de m’inscrire en salle et que j’ai découvert une nouvelle pratique qui me plait chaque jour.

 

Alors par pitié, ne vous comparez pas, ni physiquement ni sportivement.

Fixez vous des objectifs étapes par étape, n’essayez pas de les bruler pour prouver quelque chose.

Moi aussi je bave devant les Compte Rendu du Marathon de Paris. Moi aussi j’ai envie de sentir ce sentiment, se dépassement de soi, de toucher ses limites.

Mais si tout cela me motive, si je décide aujourd’hui de faire un Marathon, je ne le prévois pas avant 2019. Le temps de me faire une caisse, et surtout d’éviter la pression et à nouveau le trop plein d’entrainement.

L’objectif final, ce n’est pas un marathon, c’est de pouvoir m’entrainer avec plaisir avant, pendant et après.

 

Des marathons il y en a des tonnes chaque année. Vous n’êtes pas entrain de passer a côté de l’exploit de votre vie.

N’oubliez pas que le sport est un choix, et pour la plupart d’entre nous, ce n’est un métier avec ses contraintes et ses obligations.

La seule obligation que vous avez, c’est vous qui vous la donnez.

Vous n’êtes pas obligé de « souffrir pour être un bon sportif sur les réseaux »

La sagesse du sportif c’est de savoir dire stop, avant daller trop loin.

De mon coté, avec cette blessure, j’ai appris une nouvelle chose. (Bah oui, le véritable échec et de ne rien en apprendre.)

Les courbatures c’est la vie du sportif. C’est normal et c’est même vital.

C’est un signal du corps pour nous avertir de ne pas en faire trop. C’est sa façon à lui de nous apprendre nos limites.

Alors si je continue de prendre un shaker de protéine vegan bio (marque VEGANZ) après mes entrainements hard (uniquement après les entrainements poussés. Et pas après un entrainement marche ou course à pied). Et bien j’arrête de prendre des BCAA toute la journée et me limite à 5g pendant l’entrainement.

 

J’accepte que le sport c’est un tout, qui inclus le plaisir, l’accomplissement, le dépassement de soi mais aussi les courbatures et le repos.

Je ne suis pas une professionnelle, ce n’est pas ma vie et je n’ai donc aucune obligation de récupérer vite.

Je décide de devenir une sportive pour les avantages et les inconvénients.

De me fixer mes propres objectifs et quoiqu’il arrive d’en être fière.

De marcher, courir, me muscler à mon rythme en gardant en tête : le plaisir.

Je décide d’écouter mon corps, de l’aimer et d’en prendre soin, pour le meilleur et pour le pire.

 

Prenez soin de vous, écoutez vous, reposez vous, vous n’êtes pas nul : vous êtes humains !

La marche active pour tous

Alors voila, une nouvelle activité à mon palmarès de sportive aguerrie !

« Euh meuf, la marche ce n’est pas un sport weshhh c,’est pour les mémés ! »

« Euh ok, bah tu sais quoi, prends tes baskets et vient marcher 1 heure à 7km/h avec moi et tu me rappelles le lendemain matin en sortant de ton lit, pour me raconter comme ça se passe la démarche post gangbang ! »

Et ouais les gars, la marche active, ce n’est pas marcher vite pour aller de Zara à Mango sans se mouiller les cheveux. La marche active c’est une posture, un rythme et une volonté sportive.

Une activité peut revendiquer, pas assez hype peu être.

Pourtant la marche a beaucoup davantage.

Et je vous invite a découvrir aussi l’article de Margaux à ce sujet : Son article.

Pour vous mettre au sport, un début simple, qui ne demande pas d’aide, pas d’équipement hors de prix, et ne risque pas de vous blesser.

Un effort cardio, si fait avec conscience (j’en reparle ensuite)

L’occasion de reprendre le sport après bébé, avec ou sans l’option « poussette »

Et pour celle qui ont un rythme cardiaque élevé (comme moi) la marche peut correspondre à votre zone d’Endurance Fondamentale (les infos ICI)

Un sport accessible et sans risque : pourquoi on nous a caché ça ?

 

L’équipement

 

Les chaussures :

Alors clairement une paire de baskets ou vous êtes à l’aise, fera très bien l’affaire.

Maintenant si on veut optimiser la marche, il est conseillé de prendre des baskets de marche, ou baskets avec un petit drop.

C’est quoi le drop d’une chaussure ?

« Le drop (exprimé en millimètres) mesure la différence de hauteur entre le talon et l’avant du pied, soit la différence entre l’épaisseur de la semelle à l’arrière et à l’avant de la chaussure.

Plus cette différence est petite, plus la foulée du coureur est naturelle, car il pose moins le talon au sol à l’attaque de sa foulée et court plus sur l’avant du pied. De cette façon, la foulée est plus naturelle et le corps moins traumatisé car la « chaine » chevilles, mollets, genoux, quadriceps et ischio-jambiers du coureur est plus alignée au moment de l’impact de son pied sur le sol. » Source http://www.lepape-info.com/equipement/quest-ce-le-drop-dune-chaussure-de-running/

 Afin d’avoir une foulée plus naturelle et un bon déroulé du pied, il est préférable de favoriser ce type de chaussures.

 

Ça tombe bien j’ai une paire de Gorun 4 de chez Skechers avec un Drop de 4mm

La tenue :

Une tenue de sport dans laquelle vous être à l’aise, tshir/ legging/short peu importe. Pour la brassière, un maintient médium est suffisant. La marche à pied limite les impacts contrairement à la course à pied.

Les petits plus :

Alors pour corser cette activité et pour la faire en pleine conscience, j’ai décidé de me lester.

Moi qui me suis battu si longtemps pour perdre du poids, j’ai payé pour en reprendre.

Je me suis donc acheté des Lestes (dispo dans n’importe quel magasin de sport).

Une leste de 1 kilo par poignet pour bosser le haut du corps en musclant le bas.

J’en mets parfois 2 de 2.5kilos chacune dans mon sac à dos pour corser encore un peu l’effort.

Je vous conseille plutôt les lestes de poignets, pour le sac à dos il faut s’assurer de se tenir bien droite pour ne pas risquer de se faire mal au dos.

   

J’ai téléchargé l’apllication Decath Coach mais vous pouvez utiliser votre appli running habituelle.

 

La marche en pleine conscience

C’est la partie la plus importante et ça vaut pour tous les sports.

Il est temps de faire du sport POUR le sport.

Ce que je veux dire, c’est qu’il faut être la où vous êtes et pas ailleurs. On ne geek pas, on n’envoie pas des sms, on ne Snap pas. (Ça fait très autoritaire dis donc ^^)

Quand je marche, je reste concentré sur ma posture.

Dos droit, allure constante et rythmé par mes bras.

Des bras en angle (presque) droit, les lestes au poignet, je sens les épaules bruler au bout de 30 minutes.

J’arrive à garder le cap, des cotes, des descentes, des lignes droites, en ville ou dans la campagne, je kiffe le moment.

Mon esprit s’évade parfois, je me reconcentre souvent pour garder mon rythme.

3 Séances je suis déjà accro a cette reprise post blessure plus sportive que prévu.

Alors peu importe le sport que vous choisissez, n’ayez jamais honte de vous bouger.

Il n’y a pas de petit sport, il n’y a que ceux qui le pensent, qui le sont.

Courir seul(e) en sécurité

Courir en sécurité pour les femmes (mais aussi les hommes)

Je vous invite à lire cet article : LE JOGGING ET LES SALOPES
Qui a inspiré le mien.

 

Les règles de bases quand on cours seule
– Prévenir quelqu’un quand on part, de la durée approximative de la séance et de l’endroit où l’on va courir
– Changer de parcours régulièrement (oui on ne va pas non plus faciliter les choses aux agresseurs)
– Dans les endroits sombres, ou plus à l’écart on pense à baisser sa musique (les attaques de phacochère sont plus fréquentes dans les endroits sombres et reclus)

image

La technologie à notre service
– Si vous avez un Iphone, vous pouvez partager avec un autre Iphone « votre position » en temps réel, utilisé plus fréquemment pour surveiller un mari volage ou un ado en pleine puberté, elle peut aussi permettre de sécuriser vos runs solo
– Sinon vous avez aussi l’application WomenRun que j’ai moi-même testé : http://www.womenrun.net
Elle vous permet de voir et partager vos performances (vitesse, distance, calories…) mais surtout elle est munie d’un bouton d’ALERTE.
En cliquant dessus, le téléphone émet un signal sonore (type alarme de voiture) et envois un SMS aux personnes que vous avez choisis pour les avertir que vous avez un souci, avec votre position GPS

image

(Haut BODYCROSS bandeau KARITRAA et écouteurs bluetooth code ELYKILLEUSE pour 15% sur la boutique SUDIOSWEDEN)

La tenue
Je ne vous donnerai aucun conseil sur la tenue, pour la simple raison qu’il n’y a pas de « bonne tenue »
Exemple concret :
Une fois, mon père m’appelle suite à un post PostRun et me dit « t’as pas peur d’attirer l’attention en rose ? » et là je lui dis « soit j’attire l’attention en Rose mais je suis aussi VUE des voitures, soit je m’habille en noir, et le danger vient aussi des automobilistes ? »
Alors moi j’adore les fringues de sports, je les choisis en fonction de leur couleur ou leur forme.

L’été quand il fait chaud je cours en short.
De toute façon, il y aura toujours des choses à redire.

image

Une fois je reviens de courir, j’enlève ma veste de running, fais un selfie vénère en brassière en racontant que je me suis fait emmerder par 2mecs pendant mon run et que j’ai du rebrousser chemin.
La une nana me dit « bah vu comment t’es habillé, faut pas s’étonner. T’as qu’à pas courir à poil »
Donc on en vient un peu au même que « si elle s’est fait violer, c’est parce quelle avait une mini jupe » (ok j’en ai les poils qui s’irises rien que de le dire !!)
(Là, je vous invite à consulter la page Le projet crocodile, qui recense les agressions de tous types mais aussi des solutions face aux incivilités.)

J’ai répondu que « Non, j’avais une veste lors de mon Run. Du coup, je suis Excusé de m’être fait emmerder ? »
Je pense que de toute façon si on court dans un endroit sans être sereine c’est qu’il y a une bonne raison.

image

 

L’astuce à la con d’Ely
Quand je cours seule, et surtout tôt le matin ou le soir, j’enfile mon panty qui pu (allez comprendre « panty de sudation »)
C’est débile, (en même temps j’ai prévenu hein), mais vu comment ça pu, ça colle, ça fait du bruit, je me dis que si ça rebute Zhomme (qui pourtant m’aime contre vent et marée), ça peut en rebuter d’autres !
Alors oui quand j’ai mon cul moulé dans mon panty, je me sens plus en sécurité ! Parce que d’ici là qu’on me l’enlève j’ai le temps d’appeler 10fois à l’aide !
Mes parcours solo, sont souvent les mêmes : le long des routes passantes.
Ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable mais au moins je peux mettre ma musique à fond, courir l’esprit tranquille sans regarder derrière moi.
Quand j’étais dans le village de mes parents, j’allais courir avec le chien dans les routes de champs.
Quand il n’était pas là, je courrais à l’intérieur des villages.

 

image

Je vais plutôt conclure sur une note positive, et vous dire de surtout prendre du plaisir lors de vos runs.
Votre tenue de sport c’est comme votre tenue de tous les jours, il faut que vous soyez à l’aise dedans, que vous vous sentiez bien, en rose ou en noir, en short ou en legging.

Courir contre le cancer à Strasbourg

Les courses de Strasbourg des 14/15 Mai

« Courir contre le cancer » avec Sofitel Grand ile et Life Pink

Voila je vous en ai vaguement parlé sur instagram, pour toucher un maximum de personnes, mais je voulais revenir sur cette initiative de Love qui me tient à coeur.

Je tiens à préciser, que cet article est de mon initiative, il ne s’agit en aucun cas d’un partenariat (on sent la meuf rodé par les Haters).

image

Au départ je voulais m’inscrire au Semi-marathon de Strasbourg, une nana d’instagram m’a alors parlé de cette initiative.

C’était évident, j’allais courir pour eux ou plutôt avec eux.

Entre temps, je me suis blessé, il n’est plus question de faire le Semi-marathon ni même de faire une course officielle avec grosse charge d’entrainement.

Mais pas question non plus de ne pas participer à l’événement.

Alors j’aurai pu choisir la marche, mais je fais le choix de faire une sortie longue sans objectif sur le 10km !

Je voulais revenir sur l’origine de cette initiative avec l’explication de Mathieu Glaser (Chef concierge, membre des Clefs d’Or chez SOFITEL) :

« L’histoire a commencé il y a près de 6 ans lorsque j’ai perdu ma maman. Elle a combattu la maladie durant près de 8 années, mais nous a malheureusement quittés le 28 juin 2010, une semaine avant la naissance de ma première fille.
Le temps est passé et je voulais, à ma manière, aider la lutte contre le cancer mais comment ? L’idée m’est venue de créer un groupe de coureur à l’occasion des courses de Strasbourg, il y a 4 ans. La direction de l’époque, m’a soutenu dans le projet et s’était engagée à reverser 1€ par kilomètre parcouru par l’ensemble du groupe à la ligue contre le cancer du Bas-Rhin et cela continu depuis. Cette année, j’ai décidé de reverser les dons à l’association LifePink, dont le président n’est autre que Nicolas Rieffel »

image

Qu’est ce que L’association LIFE PINK :

« L’association Life PINK a été créée par Nicolas RIEFFEL en 2013, suite au succès de la première édition de l’Opération 1€-1Client. L’objectif de cette association est de mettre en œuvre des actions dans le but de récolter un maximum de dons pour lutter contre LES cancers.

Life PINK a son domaine de prédilection !

L’association organise des évènements dans le domaine culinaire et fait intervenir l’ensemble des métiers de bouche. L’implication par les restaurateurs alsaciens a été un grand succès et celle-ci ne cesse d’augmenter.

Les dons récoltés par Life PINK sont redistribués à l’IRCAD, la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin en Alsace, et l’association des Enfants de Marthe »

Nicolas Rieffel vice président de l’association, a participé à l’émission MASTERCHEF en 2010.

Pour celles qui me suivent depuis longtemps, vous savez que j’ai perdu en 2014 ma Grand Mère atteinte d’un cancer, alors ce sera mon clin d’œil à moi pour elle.

Déjà exilé à Strasbourg à l’epoque, je n’ai pas pu être presente pour elle et ma famille quand elle est partie, faire cette c’est ma revanche…

Voila, pourquoi je fais tout un foin autour de cet événement, parce que c’est une histoire de cœur, d’amour, de famille et d’entraide.

Et que dans un monde comme le notre, il est important parfois de mettre aussi le doigt sur les belles choses.

Je vous joins les formulaires d’inscription, mais vous pouvez aussi les télécharger sur le groupe facebook « Courir contre le Cancer » (inscription jusqu’au 1er Mai)

image image image

Je ne le fais pas habituellement mais la ça vaut le coup :
Partagez autour de vous pour que cette initiative ne passe pas inaperçus et que notre équipe s’agrandisse.

Rencard sur la ligne de départ les 14 et 15 Mai à Strasbourg.

Bilan de mon premier semi-marathon

Il y a un moment ou il faut se jeter dans le grand bain et pour progresser il faut que je passe par la, c’est ce que j’ai décidé de faire avec ma première course sur le semi-marathon de la Wantzenau

J’ai donc tenté de le faire le plus sérieusement possible en faisant une préparation physique générale et spécifique  gainage, natation, renforcement haut et bas du corps pour ensuite enchaîner  sur un programme d’entrainement de 6 semaines qui au final n’en comptera que 5 puisqu’à l’entame de la semaine 4 une périostite m’empêcha de courir j’ai donc essayer de limiter la casse en m’entrainant sur le vélo, en glaçant après chaque entrainement et en posant des cataplasmes d’argile avant de dormir pour laisser agir toute la nuit, mon kiné m’a posé un taping pour soutenir et limiter les vibrations dans la zone douloureuse.

Nous voila le jour J, il faut récupérer le dossard dans la salle des sports  bondée puis ensuite m’habiller, short court tee-shirt je me demande si j’ai pris la bonne option car le temps n’est pas au rendez-vous il caille et le vent souffle pas mal, mais bon je me rassure en me disant que tout le monde sera logée à la même enseigne.
Il est temps de s’échauffer avec quelques tours de piste, des éducatifs et des lignes droites.
Une dernière vidange puis je rejoins la ligne de départ oui pas de SAS sur cette course de toute façon sans référence particulière je me serais retrouvé dans un SAS 1h45.
Je suis dans les premières lignes juste derrière le meneur d’allure 1h30 que j’ai décidé de suivre.

 

image

 

 

La course:

Le départ est donné, les premiers 200m sont chaotiques je reste vigilant pour éviter de tomber, une fois la route un peu dégagée je relève la tête et je m’aperçois que le pacer se trouve 20 m devant j’accélère pour rejoindre le groupe d’une vingtaine de personnes et je me mets au chaud et à l’abri du vent, les 5 premiers km sont bouclés plus vite que prévu en 20:55 le rythme donné par le meneur correspond plus à du 4:10 que du 4:17 l’allure à tenir pour boucler le semi en 1h30, je contrôle le cardio 176 bpm je continue donc à suivre le groupe arrivée au 6éme km je prends mon premier gel antioxydant avec quelques gorgées d’eau du ravito, et là point de côté  qui commence à montrer le bout de son nez, je pense que l’eau super froide ne m’a pas aidé mais bon il passe rapidement.
Toujours dans le même groupe on commence à perdre quelques personnes, je jette un coup d’œil sur la montre le cardio est à 180 bpm et on vient de passer le 10 km en 41 minutes et 57 secondes et je suis clairement à la limite de basculer dans le point de non retour je décide de lever le pied pour me caler dans mon allure prévue mais je comprends rapidement que j’ai brulé des cartouches inutilement en m’obstinant à rester dans le groupe, tant pis il va falloir gérer la fin de course, au 11 km un petit groupe d’enfants placé en file indienne m’encourage, je leur tape dans les mains ils m’ont permis d’arriver au km12  sans me faire cogiter je prends mon second gel cette fois d’endurance

Les mollets commencent à tirailler le drop de 4mm des newtons me rappel à l’ordre j’essaye donc de poser un peu moins l’avant du pied en raccourcissant mes foulées, je me retourne car je sens une présence derrière moi et effectivement je suis en train de me faire doubler par le meneur d’allure 1h35 avec les 5 personnes qui l’accompagnent j’essaye d’accrocher le wagon mais peine perdu, gros moment de doute je remets tout en question j’envisage même d’abandonner mais je me l’interdit pour Ely_killeuse et pour une personne qui me motive sans le savoir, je vais passer un long moment ou mon allure fleurte avec du 4:40 jusqu’au 15 km dernier ravito je prends une gorgée d’eau et mon dernier gel.

Les deux km qui suivent sont à découvert avec un gros vent de face je voulais relancer mon allure mais inutile de me fatiguer bêtement je marque le pas d’un mec en tentant de m’abriter tant que possible, me voila au 17éme km mon compagnon s’écarte et part vomir et j’aperçois 300 m devant des coureurs qui étaient au départ avec moi dans le groupe des 1h30 ils sont complètement rincés, ça me conforte je me dis que finalement le problème ne venait pas de moi.

Il recommence à y avoir des personnes qui acclament sur le bord de la route et je sais que les 1h30 sont définitivement perdu mais bon il me reste 4 km et je décide de limiter la casse en me relançant doucement pour retrouver mon allure

Me voilà  arrivé devant la borne du dernier kilomètre la montre indique 1h28min et 6 seconde et je sais aussi que d’une rue à l’autre Ely sera là , j’allonge difficilement la foulée et j’aperçois ma femme au loin juste placé à l’entrée du stade et des derniers 400 je lui souris en tapant dans la main j’essaye de relancer mais les jambes ne répondent plus je passe la ligne d’arrivée en bouclant mon dernier kilomètre en 4:06.

Résultat:

Course terminée en 1h32’26s nouveau record pour moi normal il s’agit de mon premier semi, j’ai la sensation de ne pas avoir fait le boulot correctement mais il faut bien commencer quelque part.
J’ai juste hâte de pouvoir recommencer et de tirer profit de cette première expérience pour pouvoir m’améliorer.

Go Run Zhomme

Definir sa Zone de brulage de gras

Je vous en parlais ce matin, Voila le fameux calcul pour définir sa zone de Brûlage de Gras en Fréquence cardiaque.

Article inspiré de la Bible du Running, avec un Travail à Lipomax

Le travail en Lipomax c’est identifier la zone où l’on brûle le plus de calories pendant l’effort.

Le calcul  (Alors avant, pour calculer vos fréquences cardiaques au repos et maximum de façon précise, je vous invite à googeuliser …trop de calcul, tu le calcul)

La fréquence au repos c’est simple, j’ai mis ma montre cardio au réveil et j’ai pris ma fréquence la plus basse…

La fréquence Max je l’ai eu grâce à mes fractionnés qui font tant battre mon coeur…

Le calcul :

FC de travail à Lipomax Fréquence basse =((FC Max – FC repos) x 0,5) + FC repos

FC de travail à Lipomax Fréquence Haute =((FC Max – FC repos) x 0,6) + FC repos

Pour moi ça donne, une zone comprise entre 126 et 140 battements/min 
Cela correspond également à mon allure en Endurance Fondamentale (article sur le blog By Zhomme ) donc une allure lente en Run.

 

Ce message il est pour toutes celles, qui commencent à courir, qui ont parfois honte de ne pas courir vite, qui pensent que cela ne sert à rien…et bien sachez qu’il y a de forte chance pour que vous soyez justement dans cette tranche FC mes Beuboms.

Pas besoins de faire de grosse perf pour que le sport soit efficace, Je le dis et Je le répète : Vous êtes en compétition avec PERSONNE!

Perso, je cours par PLAISIR car le but ce n’est pas de faire du sport uniquement pour mincir mais surtout AVEC PLAISIR, si je n’aimais pas ça je crois que je serai incapable d’être régulière…
D’ailleurs si vous n’aimez pas ça, faites autre chose…

Le sport que vous faites, ne doit pas être dû une mode mais a un choix (selon moi)

Debuter en course à pied

Ceci est un article fait par une Expoppy qui s’est mise au running pour maigrir et qui aujourd’hui aime ça…
Aucuns livres scientifiques n’a été ouvert pour cette article et je n’ai pas non plus retrouvé mon Bescherelle, par avance merci de votre compréhension

Se mettre au running
Version Ely

Alors vous êtes nombreuses a vouloir vous lancer dans la folie running, souvent pour maigrir au départ, mais peut être que cela finira par vous faire kiffer (et si ce n’est pas le cas, cherchez le sport qui vous plait à VOUS), alors je vais vous expliquer comment j’ai commencé…et continué.

Tout d’abord, si comme moi, vous n’avez jamais couru (ni même après le bus) on va y aller mollo, et on va commencer par du fractionné de débutant :

On alterne 2 minutes marche rapide /1 minute Run
En suite quand vous le sentez, vous passez à 1min/1min puis 1min / 2min jusqu’à courir uniquement !
Vous verrez ça viens vite

Alors oui vous allez surement courir aussi vite que certains marche, mais peut importe, la persévérance est votre meilleur alliée.

Mon astuce, c’est de courir avec le casque ça évite d’entendre les remarques à la con sur notre vitesse ou la circonférence de notre arrière train…

image

Ensuite le but va être de rallonger le temps ou les kilomètres, alors si vous une montre GPS c’est très bien sinon une appli telle que Runtastic ou Nike + est suffisant au départ, elle vous donnera votre distance, temps et vitesse ce qui permettra de comparer votre progression.

Donc comme l’a expliqué Zhomme dans sa rubrique Running, tant que vous ne pouvez pas courir 1h15 sans vous arrêter il ne sert a rien de partir sur des séances spécifiques !

On en voit partout, tout le monde en fait oui mais bon c’est comme les sandales plateforme, ce n’est pas parce que tout le monde en a, que c’est forcément bien…

Enfin bref, pour parler de mon parcours, j’ai couru pendant 1 an tranquillou, sans me prendre la tête, j’ai fait ma première course en Juin 2014 aux Foulées des Tours de Mont St Eloi (dans Ch’Pas d’Calais) avec une belle cote qui te sèche les jambes et j’ai mis 58min pour faire 8km.
J’avais les jambes, j’étais super heureuse et super fière de ma première course !

Alors dés que cela vous sera possible, faites une course l’ambiance et la foule vous porte et bien souvent vous vous surpassez (ce qui du coup aide à prendre confiance), alors même chose commencez par un 5km pour ensuite monter petit à petit, rien ne sert de faire un SemiMarathon parce que tout le monde en fait un cette année sur IG…

image

En fait, en course à pied pour réussir, il faut se comparer…mais UNIQUEMENT à soi même, car à entrainement égale on ne fera pas les même temps, la même progression, alors ne dites pas « ah tu cours vite, mois je cours qu’a 8km/h pourtant je m’entraine » mais plutôt « avant je n’arrivais pas a tenir 10min en courant aujourd’hui je peux courir 7km sans m’arrêter »

Une fois que vous maitrisez les sorties longues, vous pouvez vous lancer dans les sorties spécifiques : endurance fondamentale, seuil, en cote, fractionné, piste…
Mais pour la partie technique, je laisse la place à Zhomme, il y a déjà un article dans sa rubrique sur le fractionné en 30/30 et l’endurance fondamentale, en attendant la suite !

Stretching et récupération

Stretching et récupération

La course à pied est traumatisante pour l’organisme, donc respecté le si vous voulez progresser en évitant les blessures et la fatigue mentale.

Récupération active:

Il s’agit d’un footing de récupération que vous viendrez intercaler entre deux séances spécifiques ( vma ou travail au seuil ), pour cela vous devez réaliser ce footing en endurance fondamentale (Endurance fondamentale  ) ce genre de séance permettent d’une part de récupérer en éliminant les déchets métabolique et également permette au corps d’assimiler le travail réaliser auparavant .

Le stretching ou étirements:

Deux séances par semaine d’étirements favorisent la récupération ainsi que le travail de souplesse, chose qui est importante si vous ne voulez pas vous blesser.

Pendant votre entraînement:

Il s’agit de la récupération active que l’on trouve pendant les séances de fractionnées en vma ou en travail au seuil.
Entre chaque série ou lors des footings de récupération de 10 min en fin de séance, ne négligez pas ce travail qui je peux le concevoir après une séance de 400 ou de 30/30 peu être plutôt pénible mais en réalisant ce travail vos jambes vous en remercieront le lendemain.

La coupure annuelle
Tous les ans il est nécessaire de faire une coupure de 4 à 5 semaines pour permettre à votre corps de récupérer mais aussi sur le plan mental de refaire le plein d’envie et d’objectif pour la reprise
Durant cette pause vous ne devez pas courir, faite d’autres sports comme de la natation du vélo ou d’autres activités mais surtout profitez
Si vous préparez plusieurs échéances sportives une deuxième coupure est recommandée en fin de première partie de saison, d’une durée de deux à trois semaines les footings sont maintenus pour garder un volume d’entrainement, il s’agit la de ce refaire une santé sur le point du mental afin de revenir avec la niak

En conclusion :
– Garder en tête que la récupération fait partie de votre entrainement
– La fatigue engendrée par un entrainement doit avoir disparue après une journée de repos.

 

Go Run Zhomme

Le fractionné en 30/30

Ce type d’entrainement vous permet de travailler plusieurs points qui sont essentiels à la progression en course à pied.

– Le développement de votre VMA (Vitesse maximale aérobie) qui équivaut à votre vitesse maximale ou vous consommez 100% d’oxygène. Cette vitesse ne peut pas être soutenue très longtemps mais peut s’accroitre selon votre niveau et pratique en course à pied.
– De travailler votre foulée, car son rendement et son dynamisme permettent de réduirent les dépenses énergétiques.
– De développer vos capacités musculaires en créant de nouvelle fibre.
– L’assimilation d’allure spécifique pour une course

Maintenant que nous avons parlé du pourquoi, place au comment ?

Le test VMA: il est a réaliser après un échauffement de 25 min en endurance fondamentale suivit de 5 lignes droites.

Ce test doit ce faire sur piste et au mieux avec une montre gps car il faudra relever votre distance parcourue, vous allez partir pour 6 min durant lesquelles vous devrez accélérer progressivement pour terminer la dernière minute à fond.

Exemple: J’ai couru 1800 m durant les 6 min
Ma VMA est de 1800/100= 18 km/h
Séances de 30/30:

Je vais parler de séance prête à l’emploi qui servent de base et qui peuvent être modulé selon votre niveau et objectif visé, mais ne surestimé pas votre niveau ou au contraire ne sous estimé pas vos capacités.

Avant toute chose ses séances sont exigeantes physiquement, il est donc impératif de bien s’échauffer (20 minutes de footing suivit de lignes droites).

Après la séance terminer par 10 min de footing

Une piste d’athlétisme de 400 m et/ou une montre GPS seront idéales pour cet entrainement.

Ce sont des fractionnements ou l’ont altère entre 100% de la VMA et récupération active (footing au petit trot ou au pire des cas en marchant).

Exemple : Pour une VMA de 18km/h, ce qui donne 18×30/3,6=150 m est la distance à parcourir durant les 30s.
Pour débuter et avoir une bonne base de progression voici une séance décortiquée

– 2 x 7 x 30/30 avec R 2 min de repos, ce qui signifie 2 séries de 7 répétitions de 30/30 avec 2min de récupération entre les deux séries

– Au fur et à mesure des semaines et de votre progression n’hésité pas à rajouter des répétitions.

En conclusion ses séances permettent de progresser tout en apprenant à connaître vos capacités.

Go Run Zhomme

%d blogueurs aiment cette page :