Skip to content

Catégorie : Apprendre à s’aimer

Des kilos de love pour des Kilos de followers

Oh merde, je ne sais pas a quoi va ressembler cet article, je ne sais pas qu’elle tournure il va prendre, je sais juste que les mots fusent dans ma tête, j’ai les yeux qui brillent et les mains mouettes (oui ça se dit hein)

Je ne sais pas par où commencer, je ne sais même pas ce que je vais vous dire, enfin si je vais vous dire JE T’AIME-je t’aime toi-et toi aussi-et toi la-bas-je vous aime pour tout ce que vous êtes aujourd’hui.

J’ai mis du temps-29ans- pour apprendre à m’aimer, il m’a fallu quelques commentaires pour vous aimer VOUS.

Je suis submerger par cette avalanche de love, mon cerveau n’a ni queue ni tête, mes pensées vont dans tout les sens, mais il fallait que je vous le dise maintenant :MERCI

Lorsque j’ai écris ce post instagram qui fait parler de lui, je revenais de mon weekend de bloggeuses hypes.

https://www.instagram.com/ely_killeuse/?hl=fr

Lors de ce weekend organisé par la marque Anita j’ai testé leur soutient gorges (soit dit en passant géniaux pour les gros nichons ou les petits nichons rabougris comme moi) je me suis mélangée a une quinzaine de bloggeuses sportives méga-canons.

Je n’ai pas ressentis de différences, je me sentais bien, à ma place, je n’ai eu aucun mal à me mettre en soutient gorge pour être shooté par la bloggeuse (supercanon) LECANARDIVRE.

Et puis j’ai vu les photos, les photos prises lors de l’événements, et celles de Christelle.

Le soir dans ma chambre, coup de blues loin de mon mec (super canon aussi @yoann_tri ) je me suis senti bien seule, moi et mon bout de gras.

J’en ai parlé aux filles (Amandine Pauline et Christelle) mon impression d’être :

« une fitgirl qui a mangé une autre fitgirl »

Est-ce le manque de wifi ou ma sensation de mal-être qui a joué, mais bizarrement je n’ai pas publier de photos de moi durant le weekend…

En rentrant a la maison, je me suis senti mieux, mon homme, son regard amoureux son « je suis fière de toi » ont envoyé valsé mes doutes.

Finalement les photos ne sont pas si dégueu, je suis comme ça, c’est moi tout entière, et puis je n’ai jamais été aussi bien dans ma peau, pourquoi des photos remettraient en question un état d’esprit ?

Je n’ai pas réfléchis en enlevant mon t-shirt (juste mon t-shirt hein) devant les filles, je n’ai pas réfléchis sur le ring face a la magnifique Cristina Hammer, je n’ai pas douté de moi face aux autres nanas alors pourquoi une image changerait ça ?

Je suis bien, je suis heureuse, je suis libre, je suis en bonne santé, alors pourquoi devrais je être malheureuse ?

C’est là que j’ai écrit mon premier post, sur cette sportive normale que je suis, celle que je suis avec du bide, parce qu’on peut aimer le sport et la pizzas, et qu’on peut aussi s’aimer avec du gras.

Vos retours m’ont donné des ailes…

Et puis je me suis fait un petit retour en arrière sur mon compte, je suis retombée sur une photos de moi en janvier 2016 à 65kilos au compteur (contre 71kilos aujourd’hui)  après un passage a vide et une diet bien trop restrictive, de la frustration, du sport par obligation, pas de plaisir ni dans la transpi ni dans l’assiette…

Très vite le corps a repris ces droits et je me suis retrouvé en juin a 71kilos.

avant/après de l’époque ou j’tais passé de 71kilos à 65kilos

J’ai commencé a me nourrir de lectures enrichissantes (« tu vas tout déchirer » de Jen Sincero notamment) et puis c’était bizarre, je me sentais Anormale, j’étais la avec mon gras, heureuse, vivante, libre et tout le monde autour de moi se restreignais, a grand coup de diet, et de cardio…

Alors j’ai voulu faire comme les autres et j’ai pris sur le site de mon ami coach Maxence un suivi alimentaire pour perdre quelques kilos, malgré une diet plutôt simple à suivre et la disponibilité de Maxence pour répondre a mes nombreuses questions, j’ai senti que je me perdais.

Je lui ai dit que j’allais arrêter, que je m’aimais assez pour ne plus m’infliger de me peser, de réfléchir à chaque bouchées, de quantité, que Zermati jusque la me réussissait bien et que j’avais juste envie de faire du sport et manger a ma faim.

Zermati je l’ai lu en 2015, il m’a permis d’appréhender ma faim, de retrouver mes sensations, mais surtout de comprendre une chose : on en peut pas avoir le poids que l’on veut !

On en peut pas tout diriger et surement pas ça, enfin pas au prix de certains sacrifices mais pour ça je vous laisse lire les articles sur le SETPOINT que j’ai fait : ici et ici

Mais aussi la vidéo de cette scientifique qui explique pourquoi on ne peut pas décider de notre poids idéal

Au delà de ça, j’ai surtout cessé de suivre certains comptes instagram qui me culpabilisait plus qu’ils ne m’encourageaient, je me suis abonné a d’autres, et puis j’ai remplacé les magazines par des livres de développement personnel, pour développer en moi autre chose que mon physique,

« un esprit sain POUR un corps sain »

serait ma devise

La liste non exhaustive est :

 Les 4 accords toltèques

Le miracle morning

Le yoga qui nourrit…

Et puis sur le point physique, j’ai trouvé un sport dans lequel je me sens bien, dans lequel je ne sens pas mon corps comme un boulet, je fais ce que je veux, certes je serais plus performante avec quelques kilos de moins mais peut importe : je m’éclate !

Je prends aussi le temps de me regarder, matin et soir, apprécier ce reflet, ne pas juger, juste constater, voir des changements, ne pas focaliser sur mon ventre mais plutôt sur mes jambes que je trouve jolie, il s’agit aussi de comprendre que a poil le matin ce n’est pas la même chose que à poil le soir et que c’est NORMAL ! (sauf si vous chier juste après mangé TOUT ce que vous mangez…)

Au fil du temps, j’ai réussi à voir des trucs cool, comme un début de quadri, un semblant de dos, mais surtout plus de forces au quotidien.

Alors voila, je m’éparpille complet !

Tout ça pour dire, que le lundi après ce sentiment de bien être en lisant vos comm’, j’ai écris ce post, cet avant après inversé, ce +5kilos qui a changé ma vie, ce +5kilos qui ma permis de m’aimer tel que je suis, et surtout de visualiser chaque objectif sereinement.

Car non s’aimer ce n’est pas se reposer sur ses lauriers, s’aimer c’est se donner une chance d’être heureux maintenant, et encore plus au fil du temps, c’est s’assurer de savoir apprécier chaque évolutions plutôt que de lorgner sur la voisine.

Le plus drôle, c’est que j’ai hésitais à poster, je lai d’ailleurs poste le lendemain, j’avais peur des moqueries, j’avais peur que certains ne comprennent pas mon message, qu’on me juge.

Pas vous, non, vous, vous me connaissez mais les autres, ceux de passages qui aiment piquer là ou ça fait mal…(d’ailleurs ne donnaient aucun crédit à ces gens là, ne nourrissaient pas leur rage, laissé pisser…ça vise pas loin)

Finalement c’est une ode d’amour qui m’envahit, des commentaires, des messages et maintenant des partages sur le Huffington post sur Aufeminin et même Cosmopolitan.

J’ai envie de pleurer d’amour, quand je vous lis que je vous fait du bien, j’ai envie de vous hurler que vous le rendait en milles.

Vous me laissez entrevoir ce que je n’aurais jamais imaginer, je suis heureuse et je veux partager, je suis heureuse et je veux que vous le soyez.

Alors voila, un article fouillis, un article sans réflexions, un article écrit au gré de mon cœur, un article que je vous dédie, a vous qui me soutenais chaque jours, certains depuis 3ans, je vous aime je vous love, je vous remercie, putain oh oui je vous remercie de m’aimer comme je suis.

 

(Je vais bourrer cet article de GIF débile pour dédramatiser tout ce love, ça en devient presque gênant)

Végétarisme, bio, éthique…Le colibri fait son nid

« J’ai l’impression qu’on touche presque au problème de société. Cette capacité que nous avons à toujours voir le négatif, à toujours rappeler à l’autre ses défauts (alors que bien souvent, l’autre n’a juste rien demandé à personne) en oubliant, au passage, que des défauts, nous aussi nous en avons, de même que des contradictions et des incohérences, des faiblesses et des forces.

J’ai beaucoup aimé avoir ce retour « professionnel » à ce propos et ça résume plutôt parfaitement cette idée de tolérance vis à vis de soi-même qui ouvre la porte de la tolérance vis à vis d’autrui. Ce n’est pas parce que certains font « mieux » que vous, qu’ils valent mieux que vous. Et encore moins qu’ils en ont la prétention (sauf les cons, évidemment ;)). Quelqu’un qui fait les choses différemment de vous ne vous juge pas obligatoirement. Personne ne vaut mieux que personne alors soyez indulgents et tolérants avec vous-même ET avec les autres.

Et arrêtons de saouler des gens qui font des efforts, même tout petit. Arrétons de les décourager, de les rabaisser en leur disant « ce n’est pas assez/ce n’est pas bien/tu devrais faire plus/ton effort est ridicule ». Parce qu’il n’y a rien de moins constructif que ça. Au lieu de ça essayons de continuer à échanger, à partager, à donner, à instruire, à éduquer. »

Extrait du Blog de Et Pourquoi Pas Coline « Bio à demi » du 15/03/2016

Quand le colibri fait son nid

J’ai décidé de commencer cet article par un extrait du blog d’Eppcoline, car je n’aurais pas dit mieux qu’elle.

Depuis quelques temps, je vous parle sur instagram de mes changements alimentaires.

Les changements se font au fil de mes recherches, reportages, film et lectures.

C’est une grosse prise de conscience sur l’agroalimentaire que je suis entrain de faire. Une envie de manger plus sain, plus équitable, locale, bio et végétarien.

Vous êtes nombreuses à m’avoir demandé mes déclics, lectures et reportages.

Tout a commencé avec le CASH INVESTIGATION sur l’agroalimentaire (dispo sur Youtube).

Le sujet principal concerne les nitrites de sodium ajouté dans nos charcuteries pour leur donner cette couleur rosée.

Ce produit potentiellement cancérigène a haute dose est présent dans le jambon, le bacon, les saucisses, le salami…

Premier point, je décide de ne plus consommer tout produit en contenant.

Je dis bien « JE » car cette décision ne concerne que moi et je ne l’impose donc à personne, ni même à Yoann (qui a décidé ensuite de ne plus en consommer non plus de lui même)

 

Dans cette continuité j’ai regardé CASH INVESTIGATION sur le Sucre (dispo sur Youtube), et j’ai décidé d’approfondir ça avec la lecture du livre « Comment j’ai décroché du sucre » et « Zéro Sucre » de Danièle GERKENS.

La conclusion ?

Le sucre est partout, et je vous parle des sucres ajoutés.

img_0652

Dans la sauce tomate, les boites de conserves, les produits « light », le bacon, le jambon, les bouillons de cube…Si si regardez par vous-même !

Voici quelques conseils pour celles qui souhaitent limiter leur consommation (j’ai bien dit qui souhaite hein #JePartageJeNimposePas).

Les ingrédients sont dans l’ordre décroissant, donc plus un aliment est en tête de liste, plus il est présent dans votre produits.

Personnellement, si le sucre se trouve en début de liste j’évite d’acheter cet aliment.

Cela est très utile également de regarder les produits dit light. Souvent quand ils revendiquent « 0% de Matière grasse » ils sont souvent riches en sucre.

Il est donc souvent préférable, gustativement parlant #Zermati et nutrionnellement parlant de manger un vrai bon gâteau maison. Mieux qu’une version allégé bien souvent bourré de sucre et autres additifs industriels.

Dans cette même logique si je vois trop de nom que je ne connais pas dans la liste des aliments, je zappe !

J’ai lu quelque part « je n’achète pas un produit que ma grand-mère n’aurait pas connu », très symbolique et tellement vrai.

Bien sur, on achète encore des spéculoos, confiture, yaourt au soja, céréales. Mon homme aime les sucres et qu’il continue d’en manger à sa propre convenance. Moi même je limite mais ne bannis RIEN, car c’est dans l’interdit que nait la frustration et l’envie.

 

Petit colibri deviendra grand

Je continue de faire un peu mais de faire, en achetant bio et locale au maximum.

Je dis au maximum, car mon maximum n’est pas le même que celui de la voisine. Et oui nous n’avons pas le même budget par exemple.

Que le but c’est de faire au mieux pour soi et selon ses convictions. Même si je n’achète pas tout bio, cela ne fait pas de moi ou de vous, une raclure !

J’achète mes légumes à la ferme, ce n’est pas forcément bio mais c’est local. Et oui ça n’a pas nécessité des milliers de kilomètres en avion, du gasoil, des conservateurs, de la pollution.

En achetant local et de saison, on paye souvent moins cher et on évite de polluer la planète.

 

Mes premiers pas vers une alimentation végétale

Le dernier point et pas des moindres, mon évolution vers le végétarisme.

Moi je suis petite fille de fermier, j’ai toujours mangé de la viande, j’adorais ça.

Avec le temps, j’en ai mangé moins, simplement pour son prix, je mangeais du coup de la viande « pas chère » de mauvaise qualité bien souvent. Des blancs de poulets pleins de gras et de nerfs, du jambon bas prix, du poissons congelés…

Depuis mes recherches sur le sucre et l’agroalimentaire, je me suis, de fil en aiguille, intéressée à la viande. La façon de la produire, ses qualités, son impact sur les animaux, sur l’environnement. Au delà d’une démarche individuelle ça c’est inscrit dans une démarche collective.

Et c’est la que l’histoire du colibri de Pierre Rabhi prend tous son sens :

img_0857

Alors j’ai décidé de « faire ma part », mais pourquoi ?

Je vous laisse visionner si vous le souhaiter le reportage « COWSPIRACY » sur Youtube, et vous en trouverais bien d’autres sur le sujet, mais également « DEMAIN LE FILM » avec Mélanie Laurent.

J’ai compris que moi Ely bientôt 29ans, plus proche de la maternité que de la virginité, il était temps que je pense a mon prochain, le mien et celui des autres aussi.

Au delà de l’aspect émotionnel, qu’une vidéo de l’association L214 peut procurer, c’est surtout l’aspect communautaire qui a dirigé mes changements.

J’ai toujours trié mes déchets, préféré les douches aux bains, pris les transports en commun (ou mes jambes), éteints la lumière derrière moi, limité ma consommation de chauffage, préférant un polaire à 20° degré dans mon appart.

Depuis peu, j’ai également changé ma routine beauté, adepte des produits naturels pour les cheveux, le corps et le visage (toutes les infos : ICI)

 

Maintenant j’ai envie aussi d’aller plus loin, après tout je mange peu de viande, est-ce que l’arrêter serait si difficile ?

Et bien NON, non ce n’est pas difficile pour moi (et ca tombe bien cette décision ne concerne et n’engage que moi)

J’ai donc arrêté la viande ni plus ni moins, du jour au lendemain comme je lavais fait avec la clope.

Oui mais le poisson ? Les œufs ? Les produits laitiers ?

Je ne cherche pas une case, je ne pense pas que les végétariens soient meilleurs que les omnivores, que les végétaliens soient plus fort que les végétariens et que les végans soient des dieux !

Je pense que faire à son niveau c’est déjà ça, je suis plutôt du partie d’encourager les petits changements que de culpabiliser de ne jamais en faire assez !

Me voila donc « fléxitarienne » ok enfin ça c’était avant ce midi (03/10/2016) ou je me retrouve a croquer dans ma sardine, avoir un haut le cœur, la recracher et finalement la jeter.

Je pense que cette sardine était ma dernière sardine [musique mélancolique] parce que les changements peuvent être murement réfléchis, évoluer, calculer, préparer mais ils peuvent aussi être totalement en nous, comme un rejet, un déclic, un énorme « STOP »de notre corps et de notre cerveau.

Alors il y a cette sardine qui entre hier et aujourd’hui ne fait plus partie de moi, et il y a les produits laitiers.

Ceux la même que j’avais ralentit pour préférer les boissons et yaourt au soja (bio).

Néanmoins de temps en temps, de la faisselle, du fromage blanc, des yaourts retrouvaient leur place dans mon frigo.

Ok mais ça c’était avant de voir, et surtout de COMPRENDRE le reportage « COWSPIRACY » qui explique notamment que le lait ça a pour but de faire passer un petit veau de 30kg a une grosse vache de 150kg le plus rapidement possible.

Et si je ne suis pas un petit veau de 30 kg, je ne souhaite pas non plus devenir une vache de 150 kg.

(Explications très bien faite sur les 10 dernières minutes du reportage)

img_5567

Ok donc on récapitule où j’en suis : je ne mange plus aucune viande, plus de lait, plus de poisson. Que reste-t-il ? Vais-je mourir à petit feu ? Vais-je perdre le peu de muscle durement acquis ?

Car non je ne me considère ni végétarienne/ni végétalienne/ni végan, je considère que je mange a ma façon selon mes envies et convictions.

En attendant, soyez indulgent et ouvert d’esprit avec les autres, comme vous aimeriez qu’on le soit avec vous.

Je n’aurais pas aimé qu’on me casse les burnes avec ça en pleine dégustation de BigMAc il y a quelques mois, je ne péterai donc pas les couilles à ceux qui en mangent un aujourd’hui !

liens des reportages cités dans l’article:

Cash investigation sur l’agroalimentaire 

Cash investigation sur le sucre

Mon declic :

Cowspiracy

Pour ceux qui veulent aller plus loin, je vous conseilles le blog Gala’s Blog.
Ses billets sont frais, bien écris, bien illustré, pas moralisateur et très compréhensibles.
Que ce soit pour l’alimentation vegan, les produits CrueltyFree ou encore le zéros déchets, elle est une grande source d’inspiration.

Gala’s Blog

 

Les erreurs a eviter pour atteindre son BodyGoal ou HappyBody

Des erreurs j’en ai faites en 28 ans, et en 3 ans sur IG, j’en ai vu passer aussi. Et là une énième fois, j’en revois reproduire éternellement le même schéma…

J’ai donc décidé de reprendre ma plume pour vous pondre un article sur les erreurs a eviter et comment les éviter version Ely.

La première et pas des moindres : soyez honnête

Bon vous le savez j’ai beaucoup de mal avec le manque de franchise, c’est une chose que je ne comprends pas.

C’est valable dans la vie, au travail, en amitié et même envers soi même.

Alors , on a déjà parlé du taff, maintenant on va parler de VOUS. De ce qui n’engage que VOUS, ne sert et ne dessert que VOUS.

JeanPhiphi (ZERMATI) conseille dans son livre « Maigrir sans régime » (toutes les infos sur la méthode dans la rubrique : LIEN), de tout noter sur un carnet de bord.

Noter ce que vous mangez, avec qui, devant la télé, quel sensation, plaisir, envie, satiété, quantité…

Ce carnet a pour but d’identifier vos sensations de faims, de différencier un aliment mangé par faim et par envie. Identifier quel aliment et associé a quelles émotions mais aussi vous rendre compte de ce que vous mangez parfois automatiquement.

Je vais vous donner un exemple concret, un exemple parlant de notre grande facilité de fermer les yeux sur nous même.

Au boulot, on discutait « intolérances/ allergies » et là l’une de mes collègues me dit qu’elle est intolérante au lait, qu’elle ne peut rien manger avec du lait, les gâteaux, pâtisseries, le chocolat …

Là je lui dis « mais tu manges parfois des viennoiseries non ? »

« Oh c’est très rare sinon je suis malade »

Alors soyons clair, elle mange ce qu’elle veut je m’en tape, ça ne me fera ni maigrir ni grossir !

En revanche, là je veux souligner le manque d’honnêteté dont elle fait part envers nous mais surtout envers elle-même. En réalité, chaque matin elle mange une viennoiserie (voir plus)

Alors le problème ce n’est pas quelle en mange, c’est quelle est persuadée que ceci est occasionnel. Elle en est tellement persuadée qu’elle le dit tout haut a des personnes qui bossent avec elle sur un openspace (et qui du coup  voit tout).

Je pense donc clairement que ce n’est pas un mensonge voulu. Mais plutôt un manque d’honnêteté envers elle-même, elle ne se rend tout simplement pas compte que l’occasionnel et devenu habituel.

Alors parfois quand vous m’écrivez vous me dites « je mange propre, je fais du sport, je ne perds pas » mais est ce vraiment ça ?

Et je ne jette pas la pierre, comme une bonne donneuse de leçon puisque moi-même j’ai été cette nana là. Le gâteau occasionnel est devenu à une période l’année dernière un plaisir habituel, si bien qu’avec habitude le plaisir s’en va.

Mangez une glace chaque soir, le premier jour elle sera délicieuse, le deuxième aussi et après vous ne vous rendrez même plus compte que vous l’avez mangé !

Un peu comme quand vous prenez la route du taff. Cette même route chaque jours, et que vous ne savez pas comment vous êtes arrivé au taff. Le chemin est devenu tellement banal que c’est comme ci vous n’étiez même plus dans la voiture !

Depuis que j’écoute mon corps, que j’écoute mes envies, que je mange par faim et non parce que Yoann prend un gouter, pour suivre les autres, je prends plaisir a chaque bouchée.

Au boulot, parfois je prends un pain au chocolat et parfois non. Le fait de se servir est automatique chez beaucoup de personne, par peur d’un manque, comme ci le lendemain les pains au chocolat seront radiez de la terre et qu’ils ne pourront plus jamais en manger !

Non, si aujourd’hui vous n’en avez pas envie, rien ne vous interdit demain ou après demain de passer acheter une viennoiserie à la boulangerie.

Une fois que vous êtes honnêtes avec vous c’est déjà une belle étape. Maintenant il est temps d’arrêter de partir en couilles.

Partir en couille avec un énième lundi, une énième detox, une énième reprise (toujours précédé dune orgie).

image

Nouveaux Objectifs

Combien de fois j’ai fait (et lu) « Lundi je me reprends, j’arrête les conneries ».

Bien sur juste avant ça on se goinfre parce que « c’est la dernière et qu’après ce sera interdit » (oui là je sais, vous souriez).

Je n’ai pas besoins de vous préciser que je suis la première à l’avoir fait mais en 3ans sur IG. J’ai réussi a sortir de ce cercle vicieux, qui consiste simplement à :

se goinfrer le dimanche soir

-prendre ses mesures sans serrer le mètre

-se lever pleine d’entrain le lundi

-se restreindre pendant une durée limitée (5jours, 2semaines, 1mois…)

-craquer sur un gâteau

-puis 2

-puis foutu pour foutu on mange la boite

-et puis on est samedi alors pour maintenant autant attendre lundi

… a reproduire à l’infini.

Alors vous voulez savoir « Pourquoi celle là, c’est TOUJOURS PAS LA BONNE » ?

Alors comment identifier quand ça part mal :

-si vous vous goinfrer le dimanche parce « après ce sera interdit » :

Qu’est ce qui sera interdit ? Qui a décidé l’interdit ? Qui a décrété quels aliments étaient mangeable et non mangeable ?

Pourquoi demain ce sera finit ? Mais si demain c’est fini, après demain aussi ? Tout le reste de votre vie ?

Parce que si vous pensez atteindre votre objectif, le chiffre que vous voulez, en vous restreignant et ensuite reprendre le cours de votre alimentation…OUBLIEZ TOUT DE SUITE !

-si dans la journée, vous lorgnez sur l’assiette de monsieur, que vous l’agressez parce que « vous avez faim » alors vous ne mangez pas suffisamment.

-si vous vous levez à 6h parce que le MIRACLE MORNING c’est trop hype, que vous faites votre séance avec un œil ouvert, que vous passez la moitié de votre journée a comater et que le soir vous êtes aussi fatiguez que le matin alors ARRETEZ, arrêtez de vouloir être hype et soyez vous-même !

Faites votre séance le soir ou à midi si ça vous convient le mieux. Arrêtez de faire les choses pour faire comme les autres et faites les pour vous.

-si vous mangez du choux kale, des smoothies verts et des graines de courgettes, comme les fitgirl mais que vous n’aimez pas ça… Bordel le monde nous offre tant de possibilité, pourquoi manger quelque chose que l’on n’aime pas ?

Je pense que le point commun à ça et de faire les choses pour soi et surtout de façon réfléchis.

Ne vous mettez pas a faire bêtement comme les autres la dernière detox pomme a la mode. Renseignez vous, lisez, potassez le sujet.

L’alimentation est un sujet très riche et pas seulement pour maigrir, surtout pour vivre bien et longtemps.

Si vous ne savez pas par ou commencez faites vous aider, par un pro, un vrai pro. Quelqu’un de diplômé en nutrition et pas seulement une fitgirl a succès qui s’invente diététicienne pour vous refourguer un ebook !

Dans ce monde de putes, le business de la détresse est très lucratif. A ce jeu certaines personnes oublient d’où elles viennent ou leur valeurs pour se faire du pognon.

Se faire du pognon sur « les gros » comme on s’est fait du pognon sur leur dos quand elles l’étaient !

Enfin bref, ce sujet est long et épineux et comme je le dis souvent « chacun porte sa conscience ou il veut » et a priori certains ce sont assis dessus !

Enfin bref…bref, avant de choisir votre « coach/médecin/diététicien/nutritionniste » faite comme lorsque vous achetez une voiture : renseignez vous !

Je ne peux que vous conseiller de vous rapprocher d’un Medecin proposer par le site GROS qui réunis les docteurs qui travaillent à la façon ZERMATI.

Car il est important pour perdre du poids, de comprendre !

Manger des berlingots vous fera maigrir, mais quand il n’y en a plus vous faites quoi ? Avez-vous appris les valeurs de ce que vous mangez ?

Il faut que vous compreniez qu’il faut manger ASSEZ pour que le corps fonctionne bien, et qu’il faut vous écouter car ce qui convient a la voisine ne sera pas forcément adapté a vous.

Il faut que vous vous posiez une seule question :

Ce que j’ai mis en place aujourd’hui pour maigrir, suis-je prête à le suivre le reste de ma vie ?

Cette reponse à elle seule, devrait déjà vous indiqué si vous êtes sur le bon chemin pour vivre et aimer ce corps qui est le votre.

image

Auto-dérision ou Manque de confiance?

J’arrête de rire…au dépend des autres et de moi-même

Ça faisait longtemps, et c’était pas plus mal…

Oui ça faisait longtemps que je n’avais pas eu le droit à une petite boutade sur mon corps, la circonférence de mon cul et mon bout de gras.

Contexte :

Le petit auxiliaire été du boulot, aussi sympathique qu’il soit et avec lequel je plaisante souvent. Ce petit a pris ses aises en cette dernière semaine de boulot.

Lorsque ma collègue nous informe que nous sommes en Zone Rouge pour les moustiques tigres, et qu’elle précise qu’ils sont surtout dangereux pour les enfants et femmes enceintes… (Ok vous la voyez venir celle la hein ?)

Le petit rétorque donc : « ah j’allais en dire une mais non »

Forcément j’insiste…

Lui : « bah tu devrais faire attention à toi alors »

image

Alors bien sur, « rien de méchant », c’était « juste pour rire », et il ne faut pas « le prendre mal ».

Oui mais NON, NON ce n’est pas drôle. NON ce n’est pas juste pour rire, mais OUI c’est facile. OUI ça fait rire la foule, OUI c’est blessant, vexant même. OUI ce genre de blagues modifie l’image que l’on a de nous, et NON ce n’est pas ANODIN.

Avant j’aurais rit, j’aurais peut être même remis une couche. Mais face à ce jeune homme de 18ans j’ai décidé de ne pas laisser passer et comme je lui ai dit « je vais t’éviter de devenir un gros con »

Ma réponse :

« Je ne comprends ? Pourquoi tu dis ça ? Tu trouves que je ressemble à une femme enceinte ? »

Lui a voulu en rire un peu plus (forcément la première vanne a fait rire la foule) :

« Oh a vu d’œil de 3 ou 4 mois (ce qui a fait rire la foule encore plus), mais non je rigole, c’était facile, on m’a tendu la perche »

« Alors déjà si je fais du 38/40 à 4 mois de grossesse je serais ravie, (non je ne me rabaisserais pas). Ensuite ce n’est pas drôle, ce n’est pas pour rire, si cette blague tu l’as fait à moi c’est parce que j’ai un terrain favorable pour les blagues de gros. Tu ferais cette blague à XXX (collègue mince) ? Non parce que c’est moins parlant, tu ferais une blague de Blonde à une brune ? NON (les blagues quoiqu’on en dise, se basent sur la réalité).

Alors je vais t’éviter de devenir un gros con plus tard. Parce que NON c’est blessant et ce genre de remarque peut pourrir une vie, créer un complexe. Alors à l’avenir ne fait pas de blague sur le physique car quoiqu’il arrive en face même si on sourit ça a un impacte »

Il ne s’y attendait pas, il a été gêné, il s’est excusé. Je ne sais pas si cela a servit quelque chose mais c’est surement plus utile que d’en rire bêtement.

Alors voila, j’ai décidé de prendre un level au dessus dans mon statut de Grosse Conne Honnête. J’ai décidé de ne plus rire au dépend des autres, ce qui inclus ne pus rire à mes dépends.

Je ne suis pas à l’ abri de quelques boutades personnelles par ci par là. Après 28 ans d’autodérision on en guéri pas comme ça. En revanche, je ne laisserai plus les gens me rabaisser ou me vanner sur ce sujet, sous prétexte que j’ai de l’humour.

Ce genre de chose ça te pourrit une personne, une confiance, c’est le côté obscure de la méthode Couet. A force d’entendre des blagues sur les gros, de se faire charrier sur ce qu’on mange ou sur ce qu’on est, on finit par avoir une vision déformée de nous même.Ca modifie l’image que l’on renvoi et c’est ainsi qu’après des kilos perdus certaines nanas se voient toujours grosses !

C’est comme ci on était programmé à se trouver grosse toute notre vie. Comme ci sous prétexte qu’on nous a charrié quand on l’était, quand on ne l’est plus on nous remet a notre place. Nous sommes le gros de l’équipe, de la famille, du service.

Rappelez-vous cette remarque sur la dinde de Noel qui m’avait fait beaucoup de mal l’année dernière. Cette remarque à MOI qui avait pourtant perdu plus de 10kilos à l’époque et qui à ce moment précis n’était pas la plus a plaindre de ce coté là.

Parce que NON, ce genre de remarque ne signifie pas forcément que vous êtes la plus grosse à cet instant précis, non mais vous êtes celle la plus apte à en rire !

Une telle remarque a quelqu’un de gros, (oui gros est un adjectif qu’on peut employer comme noir, mince, maigre, sans avoir une connotation insultante) ça s’apparente comme de la méchanceté, mais si on fait cette remarque a quelqu’un d’un peu gras, la c’est drôle !

Je prends souvent cet exemple, mais au lycée il y avait une nana obèse (adjectif non insultant). Bizarrement toutes les blagues et vannes sur la bouffe, le gras, étaient pour MOI. Pourtant quand je regarde les photos, je n’étais pas énorme mais à force j’en avais l’impression…

Enfin bref, il était plus facile de sen prendre a Yasmine la rigolote un peu grasse, ok bon…

Ne pensez pas que le bourreau est uniquement celui qui lance la vanne. Non vous qui vous marrez comme des baleines a coté vous êtes tout aussi fautifs, vous ne faites que donner de l’eau a son moulin, du crédit a sa connerie et a rendre cet instant encore plus insultant qu’il ne l’est !

Alors non je ne rirai pas au dépend des autres (ce qui était déjà le cas). Mais en plus je ne permettrai plus a quelqu’un de rire à mes dépends.

Cela ne signifie pas que je vais devenir aigri, et mordre à la moindre blague.

Non, je pense avoir l’esprit assez aiguisé pour distinguer humour DROLE et humour BLESSANT.

S’aimer c’est aussi ça, ne plus accepter d’être rabaisser, humilier et blesser gratuitement.

Si je veux que les autres prennent conscience que je ne suis plus Ely Poppy, je dois moi-même prendre conscience que je ne peux plus me vanner sur ce sujet, que je ne suis plus celle d’avant et que même si je l’étais encore, je ne dois pas m’auto-flageller (surtout physiquement) au nom de l’humour et de la déconnade !

Maigrir pour être Heureux, mon bilan

2 ans, 4 mois et 8 jours sur IG le bilan

Voila 871 jours que je publie. Que j’ai crée mon compte instagram, autant de jours que je me cherche et aujourd’hui il est temps de faire le point.

J’ai créé mon compte instagram parce que J’étais persuadé que je serais heureuse si j’étais plus mince. Que mon bonheur ultime je le trouverai dans un 36. Oui quand la balance annoncera 58 kilos.

Voila le premier post sur instagram.

(avant ça j’avais déjà perdu 10kilos en changeant mon alimentation et en me mettant a la course à pied. J’en parle plus longuement la : LIEN)

image

J’ai fait des tas de régime, du yoyo, des périodes de privations et des périodes de craquages.

Mais aussi du sport pour maigrir, j’ai refusé des invitations, je me suis pris la tête avec mon mec pour une glace.

J’ai pendant ces 2 ans régis ma vie autour d’une seule chose : MAIGRIR.

image

J’ai oublié le reste, le plaisir de faire plaisir a ma mère en mangeant du ragout de boulette comme chaque année a mon anniversaire.

Moi qui ne vois ma famille que 2 à 3 fois par an, j’ai fait la gueule pendant mes vacances quand ils proposaient un resto parce que ce n’était pas diet.

J’ai obligé mes parents à s’adapter à moi, sans penser a eux.

(Ok c’est bon la je pleure)

J’ai fait passer la circonférence de mon cul avant le reste, jonglant entre sur-motivation et démotivation.

Quand j’ai réussi a rentrer dans un 36, je n’étais pas encore heureuse. Alors j’ai tiré sur la corde un peu plus, je pesais 62 kilos je voulais le 58.

Et une fois de plus, je me suis enfoncé dans ma connerie. J’ai repris tout le poids perdu revenant inlassablement à 68/70 kilos.

Depuis peu, j’ai réussi à m’entourer de positif, je m’épanouie dans mon assiette, mon sport, ma vie de couple

Je suis le mouvement #beautybeyondsize. J’en ai même fait des t-shirt en collaboration avec la marque Aixoise TRIAANGLES

image

J’admire Ashley Graham, et je comprends enfin que ma vie ne sera pas meilleure en 36 ou en pesant 58 kilos

Ce cheminement est long, et j’avance peu à peu

Aujourd’hui bordel je suis HEUREUSE, je veux le crier sur tout les toits, parce qu’il parait que le bonheur est contagieu.

J’ai envie de vous dire qu’il était là, là depuis 2 ans et je n’ai rien vu

J’ai passé mon temps à pleurer dans les cabines. Et pour la première fois, quand j’ai essayé mon maillot de bain, j’ai pleuré, mais cette fois j’ai pleuré de fierté

J’étais émue de me trouver vraiment jolie, et pas jolie habillée, moulée dans un jeans, camouflée sous un t-shirt. Non je me suis vraiment trouvé belle a moitié a poil

Bordel de merde je me trouve belle et je men cartonne que les autres ne pensent pas la même chose. Je me suffis a moi-même, je ne vis plus dans le regard des autres, de ces gens qui vous entourent, vous pourrissent. Ceux la même qui appuieront toujours là ou ca fait mal, comme pour vous rappelez d’ou vous venez.

Je men fou d’où je viens, je men fou d’avoir approché l’obésité, je men contre fou d’avoir du gras et de la cellulite. Je m’en fou parce que je ne vis plus pour vous, JE VIS POUR MOI

Alors vous qui doutez encore, je vais vous prouvez que j’ai raison, que le bonheur est là sous nos yeux mais qu’on est juste aveuglé par les pub, les fitgirl, la mode, la pression sociale pour sen rendre compte.

J’ai commencé ce compte il y a 871 jours, je faisais 1m71 pour 71kilos.

Aujourd’hui je fais toujours 1m71 et je pèse 71kilos.

Sur la balance je suis exactement la même qu’il y a 2ans.

Alors oui mon corps est plus ferme, mais ce n’est pas flagrant. Ce n’est pas ça qui me rend heureuse, c’est le fait de mettre libérée de cette pression.

image

Alors lâchez moi cette balance, arrêtez de courir pour maigrir essayez par plaisir.

Arrêtez de manger du konjac et bouffez des vraies pâtes bordel.

Ne vous comparez plus, parce qu’il y aura toujours une voisine mieux gaulé que vous.

Vivez autant que possible.

Savourez chaque instant, levez vous avec plaisir.

Suez avec plaisir, aimez avec plaisir.

Bordel le bonheur il est la, il faut juste lever la tète pour le voir.

Honnêteté et méchanceté gratuite

Comment ne pas passer du coté obscure de l’honnêteté

Je vous parlais dans mon article précédent : « comment je suis devenue une grosse conne honnête ».

Et pour ne pas vous assommer avec un article aussi long que certains blog réunis. J’ai décidé de traiter ce sujet qui me tiens à cœur en 2fois.

Après avoir vu comment et pourquoi je suis devenue une connasse sincère. Je vais aussi vous apprendre les rouages de l’honnêteté mais surtout les limites à ne pas franchir pour passer du coté obscure de la franchise.

On va découper l’article en différents exemple, oui parce que moi je trouve que le meilleur moyen de comprendre quelques choses c’est de donner un exemple concret.

image

Attention scène 1 : la collègue qui a coupé ses cheveux à la garçonne.

Plusieurs solutions, ça lui va et là bah on ne se gène pas pour lui dire (oui la fille honnête n’est pas honnête que pour les trucs méchants)

Bon si ça ne lui va pas, là ça se corse !

Version Obscure ça donne :

« Oulla qu’est ce qui tas pris ? T’es folle, ça te vas vraiment pas, je préférai avant, en plus tes cheveux vont mettre un temps fou a repousser ? Tu es allé dans une école pour qu’il tes loupé a ce point ? Nan mais rassures moi tas pas payé au moins ? Bon après tu peux faire comme Demi Moore et te raser la tété, façon ça peut pas être pire »

(Oui une grosse connasse bien inspirée sommeil en moi)

Version honnête, il y a 2 solutions :

Elle ne vous demande rien

Dans ce cas là bah ne dites rien, ça tombe elle a pleinement conscience d’avoir une tête de cul, a envisagé de se raser la tête comme Demi Moore et fais une dépression post coiffeur.

En revanche, MERCI de ne pas sucer des bites en ajoutant un « ah tu as coupé c’est jolie », on a dit d’être adroit pas faux-cul !

Elle demande votre avis

Dans ce cas, bah donnez-le comme vous auriez aimé qu’on vous le donne! On va juste oublier la partie sur Demi Moore hein ! (Ceci est de l’humour….je vais devoir le préciser à chaque fois ou vous commencez a maitriser le second degré?)

 

Scène 2 : une instagrameuse vous saoule avec ses poses/post/fautes/pub (rayez la mention inutile)

Version obscure ça donne :

« Pfff ton compte a trop changé, franchement t’as pris le melon, en plus tes post sont bourrés de fautes, c’est usant ! » (On sent le vécu)

Version honnête ça donne :

Tu cliques en haut à droite, tu te désabonnes au pire en cas d’overdose tu bloques, a reproduire indéfiniment.

Oui parce que de une elle a rien demandé, de deux c’est son compte, elle fait ce quelle veut et de trois bah rien ne t’obliges a rester abonner hein.

Scène 3 : votre meilleure amie essaye une robe version KimK, qui la boudine

Version obscure :

« Euh t’as perdu 500gr pas 3kilos hein ! On t’a jamais dit que les imprimés ça grossit ? Ils font la même au rayon maternité, je te cherche ? Tu sais au bout de 4mois il est difficile de cacher une grossesse… »

Version honnête :

« La taille au dessus serait parfaite. Tu ne veux pas essayer un autre modèle plus original ? Perso je trouve qu’elle ne te met pas en valeur »

Oui parce que être honnête et être une bonne copine, c’est empêcher ses amis de se ridiculiser avec une robe pas adéquate/une crotte de nez visible/un morceau de persil sur la canine.

 

En gros, pour être sur d’être une grosse conne honnête MAIS respectueuse, il faut simplement se demander ce qui nous vexerez, ce qu’on n’aimerait pas qu’on nous fasse avant d’ouvrir notre grande gamelle !

Et surtout il faut garder en tête, que la liberté d’expression N’EST PAS UNE COUVERTURE à la méchanceté gratuite !

Apprendre à dire Non

Le jour où je suis devenue « une grosse conne honnête »

Ou comment j’ai appris à dire non

Alors je vais vous parler du plus grand changement dans ma vie, le jour ou j’ai appris à dire non.

Le jour où j’ai fait passer mes envies avant l’opinion des autres.

J’ai toujours eu du caractère (enfin ce sont mes parents qui le disent).

Au collège ou au lycée, je pense que j’avais l’image de la meuf a l’aise, franche, qui s’assume. Une meuf plutôt sympas voir drôle, la bonne copine bien en chair.

J’ai toujours compensé mon physique par de l’autodérision et de l’humour (et tant mieux, le physique change, l’humour reste).

Quand je suis entré dans le monde du travail, il ne m’a pas fallu 6mois pour être classé dans la catégorie « grande gueule ». J’ai toujours dit ce que je pensais quand cela était nécessaire (oui il y a les remarques constructive et la méchanceté gratuite, mais on y reviendra un peu plus tard).

Néanmoins sur le plan privé, j’ai toujours été plus « soumise ».

A l’époque de mon célibat, j’avais une « amie » qui m’appelait régulièrement quand son mec lui posait un lapin. Mais pas que, quand elle avait mangé un cookie de trop ou quand son mec était en retard, pour patienter avec elle.

Nos discussions ne tournaient qu’autour d’elle, de ses problèmes et de son mec.

En tant que bonne copine célibataire, j’accourais. Bah oui j’avais que ça à foutre hein, c’est bien connu la copine célibataire doit toujours être présente pour les autres.

En fait, je ne savais pas dire non même si ça me faisait parfois royalement chié d’aller la voir.

Et puis Yoann est entré dans ma vie et forcément quand elle m’appelait je n’étais plus dispo, et elle me la reprocher !

Là j’ai compris que beaucoup de gens attendent de vous des choses qu’ils ne feraient pas en retour.

Ensuite, au boulot, j’avais une collègue divorcé, un peu plus âgé (ok 60ans, donc le double de mon âge) qui était somme toute très sympathique, mais qui oubliait l’écart de génération.

Elle m´a proposait a plusieurs reprises de venir avec elle au théâtre ou a l’opéra. Je disais gentiment « ah oui ce serait sympas » alors que je me disais intérieurement « mais meuf je ne suis pas sur de différencier Beethoven et Mozart »

C’est comme ça que j’ai failli me retrouver enfermé pendant 2heures face a un spectacle aussi bandant, a mes yeux, qu’un épisode de TopChef !

Je crois que ça fait partie de mes déclics avant mon changement de vie et mon passage dans la sincérité de connasse.

Et puis je me suis fait muter. C’est la dans cette nouvelle ville, ce nouveau service que j’ai décidé de ne plus me « laisser faire », ou plutôt de ne plus me « sociabiliser par obligation ».

image

Donc en arrivant, le message était clair, je ne suis pas là pour me faire des potes. Non je ne participerai pas aux sorties collectives. Non je ne partage pas ma bouffe et je ne suis pas forcément gentille non plus.

Bizarrement, ça a plutôt était bien pris ! (Ou alors ce ne sont pas des grosses connes honnêtes).

C’était clair : Yasmine n’est pas sociable mais elle assume !

Et quand est venu la sortie « bowling » et que ma chef m’a proposé, tout le monde a dit « euh non Yasmine c’est mort »

Quand j’ai rencontré des personnes, j’ai toujours été clair depuis ce jour là. Alors on le comprend ou pas, maintenant je m’en branle !

Yoann passe avant tout, et non je ne ferais pas de « soirées filles » pour le laisser à la maison.

Il faut comprendre que nous sommes ici à Strasbourg depuis 2 ans, que nous sommes aussi sociable l’un que l’autre et que l’un comme l’autre on refuse de mélanger collègues et vie privée.

Donc forcément les potes on s’en fait difficilement !

Alors si je pars faire une soirée fille cela signifie que je laisse Yoann seul à la maison. Alors au même titre que je n’aimerai pas qu’il me le fasse je ne lui fais pas !

image

Merci d’abstenir tout jugement du type « chacun ses moments c’est bien dans un couple » chacun a sa vision du couple, je n’impose pas la mienne, alors ne m’imposez pas la votre.

Mes parents et mes beaux-parents sont des couples unis que j’admire par leur amour et leur longévité. Dans un monde ou quand quelque chose ne va pas on le change plutôt que d’essayer de le réparer c’est rare.

Je ne dis pas que c’est bien ou mal, on aime tous différemment, heureusement qu’il n’a pas de « codes » a respecter en amour.

Ça c’est pour la partie ami et vie sociale.

Je vous parlais de mon « Best Of des offres de partenariats les plus culottés » dans mon article précédent ICI.

J’ai eu l’occasion de mettre les points sur les « i » avec d’autres personnes qui oublie que « gros compte » ne veut pas dire que « grosse conne ». Des personnes qui font passer le business avant l’humain.

Je m’en contre fou d’être « mal vu », d’être rayé de certaines listes pour avoir dis ce que je pense, et surtout pour avoir dit DIRECTEMENT ce que je pense, sans détour ni non-dit.

 

J’ai toujours eu du mal à garder ce que je pense pour moi, et comme je le dis dans cet article « Coup de Gueule et petite bite », je pense que « ça va mieux en le disant » comme dit mon père.

Bah oui, vous plaindre d’un comportement, d’une attitude, d’une remarque par derrière n’a jamais permis d’avancer !

Comment voulez vous que la personne change ou prenne conscience de sa maladresse si vous ne lui dites pas ?

Alors oui c’est rarement bien pris, ce n’est pas facile de se lancer mais croyez moi ça fait le plus grand bien.

Alors oui le risque c’est que la personne en face se braque, et alors ? S’il est trop con pour apprécier d’avoir à faire à quelqu’un d’honnête, ce n’est pas une grande perte.

C’est d’ailleurs très drôle, car les gens disent toujours « ah moi j’aime les gens honnêtes, je n’aime pas les faux culs ». Mais quand on leur dit la vérité ce sont les premiers à se braquer et bien sur à rétorquer une fois que vous avez le dos tourné.

Alors soyons clair, celui qui a dit que « l’honnêteté ça paye » était le plus gros des faux-culs !

Non ça ne paye pas, les gens vous apprécieront tant qu’ils n’auront pas à « subir » votre sincérité.

Les gens honnêtes sont souvent catalogués comme râleurs ou grandes gueules dans le milieu pro.

Dans la vie perso, refuser des invitations, dire « désolé mais la j’ai pas envie » aussi naturellement qu’on le pense, n’est que rarement salué.

Mais vivre sans se sentir obliger de quoique ce soit, c’est un luxe qui vaut bien de passer pour « une grosse conne honnête »

Prochain article (oui parce que déjà la ceux qui sont arrivés au bout de ce roman, je vous félicite !) sur la différence entre « honnêteté et méchanceté gratuite »

Partenariats, placement de produit et instagram

Les partenariats, mon Best Of Culloté

Sujet Tabou acte2

Chacun travaille comme il veut, chacun donne un avis plus ou moins sincère ; chacun est payé ou non.

Je vais vous parler de mes choix et surtout de ce que vous ne voyez pas sur IG.

 

Quand tu es influenceur du web (en gros, quand tu as un gros compte Intsagram/blog/snapchat) les marques te contactent afin d’utiliser ton image et ton réseau pour faire de la pub.

Publicité quasiment gratuite pour eux. Puisque dans la plupart des cas, il s’agit simplement d’envoyer un produit sans rémunération.

Parfois certains compte se transforme en femme sandwich. Si certains influenceurs prennent leur abonnées pour des jambons, certains partenaires ne se gène pas non plus !

Alors déjà, le blog, Instagram, Facebook c’est du loisir pour moi, du « plus ». Je travaille comme tout le monde le reste du temps, je ne suis pas a temps partiel et je ne vis pas de cette activité internet.

Quand une marque me propose un partenariat, je me renseigne sur le produits, vois si cela correspond a mon compte et même si parfois j’aimerai bien tester, je fais attention que cela reste toujours dans ma ligne de conduite.

Je sais que je suis suivie par des nanas plus jeunes et je ne souhaite pas les influencer dans l’achat de produits dangereux / miracle ou pas nécessaire pour elle.

Par exemple, un « certain Thé », qui a l’air de bien marché sur certaines instagrameuses m’a tenté l’espace d’un instant.

Oui moi et mon ventre gonflé on aimerait bien souffler un peu sans avoir à changer ses habitudes. (D’après les retours sur instagram)

Oui mais non, non parce que dans les 84000 personnes qui me suivent, il ya des jeunes filles qui l’achèteront juste pour maigrir. Quitte à doubler les doses pour que ca aille plus vite et sans prendre le temps de comprendre l’équilibre alimentaire, juste ce contenter d’un fameux produits magique.

Donc ça c’est la partie « ligne de conduite ». Maintenant parlons un peu de ceux qui ont cru qu’on était des vaches a lait, ou plutôt des vaches a flouze !

Best Of des Partenaires Culottés 

« La serviette »

Une marque de serviette ronde, au design sympa m’a contacté pour me proposer un partenariat.

Leur proposition :

Je fais des post sur leur serviette, avec un code promo, et si 5 abonnées achètent la serviette avec mon code, ils me l’offrent !

image

Jambon ? Vous avez dit Jambon ?

Donc je dois faire de la pub pour un produit que je ne reçois pas? Que je ne connais pas? Une pub pour un tissus rond qui coute 90balles? Et dont je ne peux vérifier la qualité? Une pub avec des photos que j’ai piqué sur Google? Et SI et SEULEMENT SI 5 personnes tombent dans le panneau, j’en reçois une !

Nan mais y’a que moi que ça choque ?

Déjà c’est ME prendre pour une vache à flouze, et c’est prendre mes abonnées pour des cons finit !

Alors, ça vous ne le voyez pas sur IG, dans le flow de post, on oublie ceux qui n’existeront JAMAIS !

« Le site de fringue »

Autre expérience, une nana me contacte pour m’envoyer des fringues (ok ça j’adore ça colle avec mes post OOTD)

Je choisis donc 2jupes sur son site.

Quand je reçois le colis : déception.

La première jupe en tulle, n’a pas de fond de jupe, pas de ceinture, et dans le bas on voit des coups de ciseaux ! (elle est vendu 20euros sur le site)

La seconde, jupe longue en WAX, a des boutons à la taille mais rien le long de la jupe, c’est-à-dire que quand je marche elle s’ouvre entièrement !

J’écris à la nana, lui explique que je suis déçu, que je refuse de faire la « promotion » de produits de mauvaises qualités. Je lui renvois les articles (a mes frais bien sur !).

Elle me répond le lendemain, qu’elle s’est trompée, qu’elle m’a envoyé des prototypes.

Ok on la croit (ou pas) je refuse néanmoins de recevoir de nouveaux articles. Ce serait prendre le risque quelle se « trompe » si une de mes abonnées commande !

Bilan : 7.90€ pour ma pomme (ah oui l’honnêteté ça paye parait il…qui est le faux cul qui a dit ça ?)

 

L’autre site de Fringue

Un site de fringue connu me contacte pour un partenariat.

Le deal : je reçois des produits de la marque, je partage un code promo, a chaque fois que quelqu’un l’utilise je gagne de l’argent sur les ventes.

Je dois taguer la marquer, hastaguer précisément mes post, screenshoter mes vues SnapChatte (si j’ai) pour montrer ma visibilité.

je dois egalement, mettre mon code promo A CHAQUE FOIS.

Je n’ai pas le droit de supprimer mes post (Oui on est encore dans LEUR condition)

Et le pompom, le pompom c’est un planning de post instagram et snapchat!

Donc là, enfait je vends mon compte instagram pour 20% de comission!

Stop les gars, j’ai 80000 followers ça ne signife pas que je suis teubé. Que je suis en chien d’argent, que je vais me transfomer en femme sandwich!

image

Bien sur, j’oublie d’autre anecdote, d’autres échanges de mail ou j’ai mis les point sur les i avec des gens.

Des gens qui ne voient en toi qu’un potentiel financier.

Alors voila, voila, ce que vous ne voyez pas !

Je ne vais surement pas me plaindre d’avoir des problèmes de gros comptes, ce serait craché dans la soupe.

À côté de ça, j’ai aussi de très bons partenaires. J’ai pu tester des choses tops, porter des fringues canon gratuitement…

Mais je tenais une fois de plus à vous montrer l’envers des post instagram

Je pense vous faire un article prochainement sur

« Comment je suis devenue une grosse conne honnête ».

NB: la derniere marque en question m’a recontacté. Elle a compris mon souhait de rester libre dans mes post, autant dans leur contenue que dans leur frequence.

De mon coté j’ai accepté de recevoir des fringues (oui je suis una nana hein!^^).

En revanche, si j’ai accepté de garder le code promo pour mes followers, j’ai refusé de percevoir une commission.

Coup de gueule et petite BI*E

Coup de gueule et petite bite

(Je n’ai pas trouvé de titre plus évocateur pour illustrer cet article)

Un article « lifestyle », un article général, un article pour me défouler après cette journée de taff.

(Attention on rentre dans le vif du sujet sans préavis)

image

Bordel de merde, vous ne pouvez pas vous plaindre, si quand on vous donne l’occasion de changer les choses, vous ne sautez pas dessus !

C’est valable au boulot, dans la vie de couple, dans la vie de famille et dans les relations aux autres en générales.

Ce qui a motivé cet article?

c’est ce que j’appelle, les râleurs de la pauses déjeuner, on en connaît tous et vous êtes (étiez) peut être vous même l’un d’entre eux.

Ce sont ces personnes qui râlent, à la pause déjeuner mais quand le patron leur donne l’occasion de l’ouvrir, c’est silence radio.

Cela même qui me font monter au créneau pour me laisser seule au moment critique !

Mais comment voulez vous que les choses changent si vous ne donnez pas les moyens aux autres de changer ?

Comment voulez vous que votre patron comprenne ce qui ne va pas, si quand il vous pose la question vous répondez « tout va bien ? »

Comment voulez vous que votre mari saches que non vos tétons ne sont pas une zone érogène pour vous, si vous simulez ?

Mais merde, comme disait mon père « ça va mieux en l’disant »

Alors oui la franchise n’est pas facile a manier, elle est surtout difficile a encaisser pour certains.

Et puis quand on est franc on est rarement récompensé, mais croyez moi ça soulage face aux miroirs !

Mais si vous ne l’êtes pas, ne vous plaignez pas !

image

Prenons un exemple concret et sensible (pour les menaces de mort, merci de vous adresser à mon avocat)

Alors oui la SNCF ça fait chier de galérer avec les trains de devoir revoir ses plans du weekend mais ils ont compris plusieurs choses « l’union fait la force » et « il faut se battre pour ce que l’on souhaite »

Ils se mobilisent pour la loi travail, ils ont le pouvoir de faire chier, et ils l’utilisent.

Aujourd’hui ça vous fait chier, mais demain si la loi travail est modifiée, si vos emplois sont plus sûrs, si vous pouvez bénéficier de quelques jours pour célébrer votre mariage et si vos congés ne peuvent plus a être annulé à la botte de l’employeur, vous pourrez alors les remercier de vous avoir tant cassé les couilles pour l’avenir, le leur et le votre.

(Euh ceci n’est que l’exemple de l’article, le fond est ailleurs…)

Je ne dis pas de monter au créneau a la première occasion, mais dire les choses aussi simplement que possible quand cela est fondé, justifié, structuré et avec respect, qui pourrait vous le reprocher ?

Mais surtout, ne vous plaignez pas si vous n’agissez pas quand on vous donne l’occasion.

C’est un peu comme se plaindre de ne pas fermer son jeans, un pain au chocolat dans la bouche, un Grandé Mocaccino double crème dans l’autre…

image

 

Cet article est hors contexte pour certains, mais pour moi s’émanciper, oser, assumer, évoluer, s’exprimer.

Tout ça va de pair, avec la confiance, la confiance en soi que l’on gagne et qui nous permet de faire aujourd’hui des choses qu’on n’aurait jamais osées hier.

Enfin bref, j’étais venère et ça va mieux

Il devient urgent de s’aimer

« Visuellement tu n’es pas en surpoids, tu es normale. A te lire on te croirait à un stade d’obésité avancé !!! Ce n’est pas le cas alors pourquoi ? »

image

Voila le commentaire que j’ai eu ce matin sur instagram @Ely_killeuse , dans mon post où je disais que je me sentais de mieux en mieux, que j’apprenais a m’aimer et que j’y arrivais.
Que le changement que j’opère en ce moment ne se calcul pas en chiffre mais en victoire quotidienne.

Comme m’essuyer le visage avec mon t-shirt a la salle de sport, laissant apparaitre mon bidon sans honte
Me laver dans les douches collectives, m’habiller dans les vestiaires sans me contorsionner sous ma serviette
M’assumer sans aucun maquillage au taff (et donc sans sourcils)

Voila, voila ce que je disais ce matin et voila ce que j’ai eu en commentaire…

Je voulais vous parler d’amour de soi et ce commentaire tombe à pic pour planter le décor.
A priori cette nana n’a pas lu mon article sur les cases Article Stéréotypes

Alors juste comme ça pour replanter le décor :
Est ce que si j’étais obèse je serai forcément mal dans ma peau ?
Et est ce que parce que je suis « normale » selon le plus grand nombre, je m’aime forcément ?

Il faut essayer de s’ouvrir un peu plus, ne pas penser que les gros sont complexés et les minces sont forcément bien dans leur peau, c’est un peu réducteur non ?
Le bonheur d’une personne se calcule t‘il en tour de taille ?

Il semble bien facile pour moi, fille dite « normale » par certains de faire de beaux discours sur le bonheur et le bien être.
Pourtant, personnellement, je ne lie pas bonheur et taille de jeans.
Je ne doute pas que des filles en surpoids puissent être bien plus heureuses que des Fitgirl avec option 6pack.
Apres tout, l’anorexie c’est ça, c’est avant tout un trouble de son image, une insatisfaction permanente, la volonté du « toujours plus ». Là où certains voient des os, la personne ne voit que du gras.
Dans ce monde de FitFamily, ne croyez vous pas qu’a rechercher le corps parfait, on se retrouve parfois dans ce modèle ? Ne pas apprécier ce que l’on a et vouloir toujours plus ? (dans une certaine mesure)
Il y a quelques semaines, j’ai eu la surprise de recevoir un message privée dune FitGirls au 6pack presque dessiné, me remerciant d’avoir parlé de JeanPhiPhi car elle venait de s’apercevoir qu’elle n’était pas heureuse malgré son 6pack et que le bonheur était ailleurs.
Je pense que le plus dur, ce n’est pas de perdre du poids mais d’apprécier ce que l’on est pour mieux vivre avec celle que l’on devient.

Le changement physique demande de la rigueur, de la motivation, de la transpiration et aussi du plaisir.
Vous pouvez quantifier vos efforts avec votre balance, votre miroir, votre mètre.
Et puis il y a l’aspect psychologique, apprendre à s’aimer, apprivoiser son nouveau corps, s’habituer a son reflet, vivre avec et même l’apprécier.

image

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaise méthode, je vous donne la mienne.

Chaque matin, de façon tout a fait égocentrique, je me matte a poil avant de passer sous la douche.
Je cherche le positif, je ne fais que me regarder, ne pas me dénigrer.
En fait, c’est un moyen de prendre conscience de mon corps, de le découvrir, de m’habituer au reflet que j’ai chaque jours.
Ensuite, d’un point de vue 2.0, je dois faire partie des rares meufs d’IG à fuir les gros comptes a 6pack.
Je suis très peu de personnes sur instagram, je lis beaucoup les post des gens avant de m’abonner à eux, je me désabonne des comptes qui prennent une tournure qui ne me correspond pas et je m’entoure de positif.
J’aime les runneuses, j’aime aussi les musclettes, ou les crossfiteuses, mes abonnements sont très éclectiques et souvent au feeling.
Mais j’aime surtout un contenu plutôt qu’un contenant.
Certains compte, ne sont que du paraitre des photos fitmotivation, très peu de textes, comme ci l’image suffisait à elle-même.
Alors que ce que j’essaye de comprendre et de faire comprendre via mon compte c’est que la vie ne se résume pas a votre corps, a votre enveloppe, vous devez briller au delà de ça.
Etre belle, mince, musclée, pulpeuse, ronde, androgyne c’est souvent éphémère, ce qui est constant c’est VOUS, ce que VOUS êtes et ce VOUS dégagez.
Alors non, les comptes de belles gosses SURbonnes ne me motive pas personnellement, ce n’est pas un jugement juste mon avis perso.
D’ailleurs mes coups de cœur du moment (et pour certains depuis longtemps) sur ig sont :

image

@gomarfithapiness

Une fille en or, avec un parcours atypique, qui prouve que la volonté, la transpi, le plaisir et le mental peuvent vous mener à vos rêves.

Un mental sain dans un corps de BikiniGirl.

image

@_margo_gios_fit_

Alors elle, s’est ma beubom, une fille honnête, entière, un mental dans un corps de velours.

Un dos a faire pleurer n’importe qui.

Une fille, une vrai, qui aime la pizzas et la muscu

image

@ju_i_can_be_fit

Ma twinFit, sur la même longueur d’ondes malgré un passé different.

Elle a un smile permanent sur son visage, un courage de warrior, un corps de beubom, des pensées positives.

Un aimant à bonheur, voila ce qu’est Julie

image
Et plus récemment @me_versus_me_

Une nana qui parle vrai, souvent a moitié a poil mais pas pour révéler ou chercher la meilleure luminosité, non justement pour montrer ce que l’on peut voir, ce que l’on voit nous même dans le miroir mais rarement sur les réseaux sociaux.

Au delà, de leur photos, ce que j’aime chez chacune d’elles c’est le contenu de leur post, leur sincérité, leur regard indulgent sur elle-même, leur beauté intérieur.

Alors comme je l’ai dit sur instagram ce soir, « s’aimer » ne veut pas dire « se laissé aller »
Au contraire, plus je me sens à l’aise avec mon corps, plus je me sens prête à le peaufiner car je sais aujourd’hui que je suis capable d’apprécier les efforts, les changements, l’évolution de mon reflet.
Je ne me suis jamais senti aussi motivé et sereine à la fois, qu’aujourd’hui…

De nouveaux objectifs encore et toujours, mais une approche sereine bien différente de la Ely d’avant

Là c’est plus clair Maxence ?