Skip to content

Blessure et sport : comment gérer?

 

Sport, blessures et réseaux sociaux : un lien ?

Aujourd’hui je vais vous parler de blessure, une discussion mardi matin à la salle avec mon binôme de sport m’a donné envie d’écrire sur le sujet.

Un sujet trop peu abordé, pourtant ce n’est pas les blessés qui manquent.

Ceux qui me suivent sur instagram le savent, je reviens d’une petite blessure à l’ischios.

Depuis juin 2016, je m’entraine à la salle. Surveillé par Yoann, qui connait ma capacité à être à fond (voir trop), j’ai commencé par 2 à 3 entrainements en salle par semaine. Et quelques runs de temps en temps pour le plaisir.

Jusque janvier, je m’entraine donc en moyenne 3 à 4 fois par semaine.

 

En janvier 2017, avec les bonnes sensations, je suis passé à  4 entrainements en salle intensif, et j’ai délaissé le running.

Mi-février, je passe à 5 entrainements en salle, à ça j’ajoute 1 séance de piscine ou 1 run par semaine.

Je suis donc à 6 entrainements par semaine. Je m’éclate, j’adore ce que je fais, piscine, salle, yoga et course à pied.

 

Mi-mars, je me blesse bêtement. Le coach lui n’a aucun doute, c’est une blessure de fatigue suite à un surentrainement.

Pourtant je me sentais au top, pas de courbatures, de sensation de fatigue.

Et c’est là ou je vais parler dans un premier temps : des compléments alimentaires. Je vous ai dit ce que je prenais dans CET ARTICLE.

Avec 15g de BCAA par jour, des protéines qui aident aussi à la récupération, je pense que je n’ai simplement pas entendu mon corps.

J’ai masqué ma fatigue et ma douleur comme on masque un mal de crane avec un doliprane.

Je ne l’ai pas soigné je l’ai juste recouverte d’un pansement. Quand ça a été l’entrainement de trop, je ne l’ai pas su et crack : déchirure au niveau de l’ischio remontant jusque dans la fesse.

Bilan : arrêt du sport pendant 3 semaines et reprise en douceur ensuite.

Et c’est la ou il est bon de prendre du recul, vous me direz « surentrainement » c’est un peu fort comme mot pour ce que je pratique.

Mais il ne faut pas oublier que le surentrainement (ce mot Yoann me le dit souvent) est propre à chacun.

Avant quand je me comparais aux autres je n’avais pas l’impression avec mes 1 heures de sport 3/4 fois par semaine de me surentrainer. (mais j’écoutais mon keum)

C’est vrai sur Instagram les gens courent des marathons comme on court après le bus, ils s’entrainent 2 heures a la salle toute la semaine.

Certains courent, nages, font du vélo et des compétitions.

 

Ok mais y’a une chose qu’il ne faut pas qu’on oublie, on ne peut pas se comparer aux autres car nous sommes différent avec des corps, des passés et des vies différentes.

Le surentrainement pour une meuf en surpoids qui se met à courir ça peut être 30min 2 fois par semaine alors que pour un Runner invétéré ce sera 1heures, 7 à 8 fois par semaine !

N’oublions pas que nous avons un passé, pour certains sportif, pour d’autre comme moi : néant !

Je passe donc de 27 ans à ne rien faire à 6 entrainements dont 5 intensifs par semaine.

Ok mon surentrainement est là, et moi qui pourtant fait du sport plaisir, je ne l’ai senti venir. Dans mon cas, il ne s’agit pas de comparaison mais plutôt d’un égo bien tapé aux BCAA ! [Ahhh oui l’égo, le plus dur c’est encore de reconnaître que parfois c’est lui parle]

N’oublions pas que nous ne sommes pas des pro avec des obligations de résultats, le repos et les entrainements sont à notre main.

 

Et c’est en ça que je dis « blessures et réseaux sociaux » parce que sur les réseaux on a l’impression que tout est simple et que si ce n’est pas simple pour toi, c’est juste que tu es une grosse merde car tout le monde le fait.

J’ai pris beaucoup de recul sur les réseaux, paradoxalement j’y suis de plus en plus investit.

J’ai surtout appris a ne plus me comparer physiquement mais aussi sportivement depuis 1 an.

Et ça a tout changé dans ma pratique et ma relation au sport.

 

Aujourd’hui on a l’impression qu’on peut tous préparer un marathon en 12 semaines.

Qu’on peut tous faire un semi marathon au bout de 6mois de mise au sport.

Alors OUI vous pouvez le faire mais a quel prix ?

Une tendinite, une périostite, des déchirures causées par de l’impatience, suivis de douleurs ou d’un arrêt tout net dans votre élan sportif?

Parfois j’ai mal pour certaines d’entre vous, quand j’en vois courir blessées, sous estimer une tendinite pour être sur la ligne de départ ou continuer les entraînements en souffrant.

Vous n’est pas obliger de faire une compétition pour exister sur les réseaux ou dans la vie.

Vous n’êtes pas une sous merde si vous décidez de ne pas participer à une course parce que vous êtes blessé.

Je l’ai déjà dit sur IG, mais il faut aussi savoir écouter son corps, mais surtout en prendre soin.

Votre corps n’est pas infaillible et je vous rappelle que vous en avez besoins jusqu’à vos derniers jours, alors pensez SANTE!

 

C’est difficile, mais il faut accepter la blessure, accepter d’arrêter, accepter de composer avec.

Ce n’est pas la fin de votre vie, ce n’est que le début dune parenthèse, la découverte d’un nouveau sport peut être.

 

C’est grâce a ma tendinite en février où j’ai du annuler ma participation a un 10km.

Que j’ai décidé de m’inscrire en salle et que j’ai découvert une nouvelle pratique qui me plait chaque jour.

 

Alors par pitié, ne vous comparez pas, ni physiquement ni sportivement.

Fixez vous des objectifs étapes par étape, n’essayez pas de les bruler pour prouver quelque chose.

Moi aussi je bave devant les Compte Rendu du Marathon de Paris. Moi aussi j’ai envie de sentir ce sentiment, se dépassement de soi, de toucher ses limites.

Mais si tout cela me motive, si je décide aujourd’hui de faire un Marathon, je ne le prévois pas avant 2019. Le temps de me faire une caisse, et surtout d’éviter la pression et à nouveau le trop plein d’entrainement.

L’objectif final, ce n’est pas un marathon, c’est de pouvoir m’entrainer avec plaisir avant, pendant et après.

 

Des marathons il y en a des tonnes chaque année. Vous n’êtes pas entrain de passer a côté de l’exploit de votre vie.

N’oubliez pas que le sport est un choix, et pour la plupart d’entre nous, ce n’est un métier avec ses contraintes et ses obligations.

La seule obligation que vous avez, c’est vous qui vous la donnez.

Vous n’êtes pas obligé de « souffrir pour être un bon sportif sur les réseaux »

La sagesse du sportif c’est de savoir dire stop, avant daller trop loin.

De mon coté, avec cette blessure, j’ai appris une nouvelle chose. (Bah oui, le véritable échec et de ne rien en apprendre.)

Les courbatures c’est la vie du sportif. C’est normal et c’est même vital.

C’est un signal du corps pour nous avertir de ne pas en faire trop. C’est sa façon à lui de nous apprendre nos limites.

Alors si je continue de prendre un shaker de protéine vegan bio (marque VEGANZ) après mes entrainements hard (uniquement après les entrainements poussés. Et pas après un entrainement marche ou course à pied). Et bien j’arrête de prendre des BCAA toute la journée et me limite à 5g pendant l’entrainement.

 

J’accepte que le sport c’est un tout, qui inclus le plaisir, l’accomplissement, le dépassement de soi mais aussi les courbatures et le repos.

Je ne suis pas une professionnelle, ce n’est pas ma vie et je n’ai donc aucune obligation de récupérer vite.

Je décide de devenir une sportive pour les avantages et les inconvénients.

De me fixer mes propres objectifs et quoiqu’il arrive d’en être fière.

De marcher, courir, me muscler à mon rythme en gardant en tête : le plaisir.

Je décide d’écouter mon corps, de l’aimer et d’en prendre soin, pour le meilleur et pour le pire.

 

Prenez soin de vous, écoutez vous, reposez vous, vous n’êtes pas nul : vous êtes humains !

Published inSport, running, fitness

6 Comments

  1. Déborah Déborah

    Super article!
    C’est primordial que d’écouter et respecter son corps même en lisant tous les comptes rendus qui donnent envie de courir 42 bornes. Tu es remplie de bon sens et je me retrouve dans bcp de tes publications.
    Au plaisir de te lire

    • Ely Ely

      Oh merci beaucoup 🙂

  2. Chahrazed Chahrazed

    Un article bien sensé et qui tombe a pic ! Les réseaux sociaux sont certes une source de motivation et ont des avantages, mais malheureusement la pression qu’on se met en se comparant a la vie des autres nous détruit un petit peu chaque jour si on se laisse aller, et bien sur notre vie va nous sembler médiocre et comme tu l’as dit, on aura l’impression d’être des sous-merdes… Merci encore de nous remettre les idées en place, de nous rappeler ce qui compte VRAIMENT dans la vie ! Je t’embrasse très fort !!

    • Ely Ely

      avec grand plaisir 🙂

  3. Ça fait longtemps que je te suis sur instagram sans laisser de commentaire, et j’avoue peu sur ton blog; pourtant quand tu as annonce cet article sur instagram j’ai décidé d’aller y jeter un oeil et faut croire que le hasard fait bien les choses, pcq il m’a fait écho cet article. J’ai tjs été sportive mais beaucoup plus depuis que je vis avec mon copain actuel: muscu, Running, natation, on s’est même (re)mis à l’escalade ensemble, couplé a un boulot ou je bouge beaucoup (je parcours tout paris pour aller de patient en patient à leur domicile depuis novembre 2016)
    Je ne comprenais pas pourquoi je ressentais mon corps courbaturé en permanence? Et pour répondre à ce problème j’ai pensé à prendre des compléments alimentaires, heureusement mon copain me la déconseillé à ce moment, je n’ai pas compris que mon corps m’envoyait ces signaux de fatigue. Alors merci de me, de nous faire prendre conscience de part ton expérience que nous ne sommes pas des machines et que notre corps mérite du repos après l’effort. C’est pas facile tous les jours mais j’essaie dur de faire un peu de gras dans le canapé le soir plutôt qu’une énième séance se muscu 😉
    Merci à toi, t’es mots sont justes, expriment sincèrement ton expérience et m’ont en tout cas servi de leçon: mes courbatures, elles sont un signal d’alarme pour ne pas franchir ma limite, je les garde 🙂

    • Ely Ely

      OH merci d’étre venu jusqu’ici pour le lire 🙂
      en effet ton copain a eu raison de mettre les ohla!
      ecouter son corps c’est primordial 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :