Skip to content

Mois : avril 2017

Conseils alimentaires avec une diététicienne

Mes conseils alimentations

C’est un sujet qu’on me demande très souvent, et ma réponse est toujours la même

« je suis le principe de Zermati, je ne m’interdit rien, je mange quand j’ai faim et m’arrête quand je n’ai plus faim »

Ok mais je sais qu’un article plus précis vous plairez, alors en collaboration avec ma copine alsacienne et diététicienne diplômé Katy (son site ICI) je vous rédige un article plus précis sur mon alimentation.

De plus, le nombre de followers ne remplace pas les diplômes, et n’oubliez pas qu’on ne s’invente pas diététicien, médecin ou coach sous prétextes d’être influenceurs du web.

 

Le matin

Vous allez me dire , « tu manges quoi le matin ? »

Bon déjà ce n’est pas figé, ça change en fonction de ma faim et mes envies (Zermati encore et toujours)

Cathy : et peut être éventuellement en fonction de l’activité physique : selon si vous avez le cul vissé sur une chaise toute la matinée ou si vous êtes docker ou préparez un marathon, les quantités sont à adaptées sous peine d’hypoglycémie.

En général je me fais des pancakes, alors pas des montagnes comme on voit sur instagram, non juste 2.

Il sont pas très beaux, pas très instagrammable, mais je les mange tout les deux pour de vrai et ils me tiennent au corps jusqu’à la pause déjeuner. Ils sont sans gluten et en version protéinés ou pas.

 

La recette est simple :

60 g de farine de sarrasin (ou 35g de farine de sarrasin + 20g de protéines de chanvre vegan pour moi)

½ cuillère à café de bicarbonate

De l’eau pour obtenir la consistance de votre choix.

On touille, on met sur une poêle chaude huilé à l’huile de coco, avec un couvercle (ça le fait gonfler) et on retourne.

Ensuite je tartine de beurre de cacahuète ou de pate à tartiner chocolat noir vegan.

 

Mon principe est simple et je le dois à mon coach à la salle :

« Ton repas doit te permettre de ne pas avoir faim pendant 2/3 heures. Si tu as faim avant : augmente les quantités, si tu as faim au-delà de 3 heures : tu réduits »

C’est comme ça que j’ai ajusté ma part, initialement je mangeais 1 pancake mais j’avais faim dans la matinée.

La quantité de la recette correspond donc exactement a ce que je mange pour ne pas avoir faim.

Je vous invite donc a varier les portions en fonction de votre propre appétit.

 

Collation du matin

Comme vous pouvez le déduire, je ne mange pas avant le repas de midi.

Mon petit déjeuner est assez consistant pour me tenir jusqu’à la pause déjeuner.

Mais j’ai toujours au bureau des pommes ou fruits secs et oléagineux en cas de petits creux.

Le midi

Alors sur le même principe j’ai adapté ma gamelle et mes quantités à mon appétit.

Vu que mon petit déjeuner change rarement je sais ce dont j’ai besoins le midi pour me satisfaire.

Je transporte mon repas dans un Tupp en verre et je vous invite a faire de même (Article dédié ICI).

Je le compose d’un féculent et/ou d’une céréale (riz, quinoa, boulgour…).

Note : -> les glucides sont la principale source d’énergie pour le fonctionnement de l’organisme , si vous ne voulez pas avoir la dalle ou envie de dévaliser le distributeur à mars 1h après le dej , c’est plutôt conseillé de ne pas les zapper. En gros les glucides complexes c’est la vie :-p

Des légumes de saisons.

Des graines (pignons, graines de courges, sésame, chia, chanvre…)

Une protéine végétale, légumineuse (lentilles, pois cassé, haricots rouges/blanc/noirs, tofu…)

Vinaigrette maison : huile d’olive bio + vinaigre de cidre bio

Alors comme je l’explique ICI je favorise les aliments bio/ et ou locaux. Mon budget n’étant pas extensible, j’achète aussi en supermarché.

Tout ce qui est fruit et légumes ou on mange la peau (tomates/poivrons/pommes…) je prends uniquement du bio.

Pour le reste il peut m’arriver de prendre non bio, mais c’est occasionnel.

Le tofu, huile d’olive et vinaigre c’est forcément bio aussi et de préférence français.

Comme pour le reste il faut adapter les quantités, mais surtout si je n’ai pas finis mon assiette et que je n’ai plus faim : je ne me force JAMAIS.

Je le mets dans une petite assiette et le finit le soir ou le lendemain en ajoutant de l’accompagnement.

Le gouter

Souvent 2/3 heures après mangé j’ai faim.

Alors comment distinguer la faim de l’ennuie ? (et je peux en parler de l’ennui croyez moi…)

Et bien, quand j’ai faim, je me fais un thé ou une infusion. Si après l’avoir bu j’ai encore faim, alors je mange sinon c’est juste de la déshydratation ou de l’envie.

Un fruit + un yaourt au soja + des graines de chia et quelques graines GULA

La quantité varie selon ma faim, je mange souvent le fruit et le yaourt, les graines c’est du bonus de grosse dalle.

Note technique diet : faut juste éviter de consommer le fruit tout seul pour éviter un pic glycémique (en cas de petite faim vaut mieux prendre le yaourt et les graines que le fruit seul)

 

Le soir

Alors soit je rentre direct du taff vers 18h30, soit je rentre de l’entrainement vers 19h30.

Si c’est après l’entrainement, je mange direct souvent quelque chose de léger car après ma séance je prends un shaker Vegan et quelques dattes (pour recharger en glucides et aider a l’assimilation des protéines, et aussi parce que je crève la dalle sur le trajet de la maison)

Si je rentre direct après le taff, je me mets aux fourneaux de suite.

Je prépare ma gamelle du lendemain et le repas du soir en même temps.

Pareil les quantités et la composition varie suivant la faim et les envies.

Il peut m’arriver de faire juste une soupe avec des tartines de fromages.

Une salade avec ou sans glucides (pareil déterminé selon ma faim)

Note –> comme toujours le repas du soir est à moduler en fonction de l’activité physique aussi (si le lendemain matin j ‘ai une activité cardio soutenue , il faut mieux privilégier un minimum de glucides complexes le soir)

Mais il y a une règle a la maison, et elle est facile quand on est que 2 je vous l’accorde :

On mange quand on a  faim

18h30 ou 20h30 on s’en fou de manger avec les poules ou devant le film.

Si on a faim on mange (souvent c’est 19h)

 

Dessert or not dessert ?

Alors toujours pareil ça dépend de ma faim et du repas pris avant. Parfois un yaourt au soja, le plus souvent 1 carré de chocolat avec mon thé.

Chocolat noir ? Blanc ? Au Lait ? Peu importe ce qui compte c’est le plaisir, manger du noir parce que c’est moins calorique alors qu’on n’aime pas ça, a quoi bon ?

Je préfère kiffer des calories de chocolat au lait que de consommer des calories inutiles de chocolat à 90% (tout est une question de gout, alors faites selon les vôtres).

Question de kiff on choisi celui dont on a envie, faut juste savoir que le chocolat noir contient plus de trucs sympas (magnésium, fer , cuivre , polyphénols, sérotonine)

 

J’espère que cet article vous aura plu mais surtout aidé à comprendre que l’alimentation saine, ce n’est pas se frustrer, manger de la salade et se priver.

L’alimentation c’est manger avec plaisir, des fruits et des légumes mais aussi parfois de la pizzas.

Celles qui me suivent savent que chaque vendredi et samedi c’est apéro avec Yoann.

Et puis ils nous arrivent souvent de prendre un gouter en ville ou de commander quelque chose.

Parce que non, on en publie pas tous ce qu’on fait ou mange (ou ne mange pas) sur les réseaux.

Je vous invite a lire mon article sur « Manger ses émotions » pour compléter celui-là

En vert vous trouverez les annotations de Cathy pour plus d’infos pro

Merci à toi d’avoir relu et annoté cet article, en y laissant (à ma demande) les fautes pour garder toute mon authenticité grammaticale!

 

Blessure et sport : comment gérer?

 

Sport, blessures et réseaux sociaux : un lien ?

Aujourd’hui je vais vous parler de blessure, une discussion mardi matin à la salle avec mon binôme de sport m’a donné envie d’écrire sur le sujet.

Un sujet trop peu abordé, pourtant ce n’est pas les blessés qui manquent.

Ceux qui me suivent sur instagram le savent, je reviens d’une petite blessure à l’ischios.

Depuis juin 2016, je m’entraine à la salle. Surveillé par Yoann, qui connait ma capacité à être à fond (voir trop), j’ai commencé par 2 à 3 entrainements en salle par semaine. Et quelques runs de temps en temps pour le plaisir.

Jusque janvier, je m’entraine donc en moyenne 3 à 4 fois par semaine.

 

En janvier 2017, avec les bonnes sensations, je suis passé à  4 entrainements en salle intensif, et j’ai délaissé le running.

Mi-février, je passe à 5 entrainements en salle, à ça j’ajoute 1 séance de piscine ou 1 run par semaine.

Je suis donc à 6 entrainements par semaine. Je m’éclate, j’adore ce que je fais, piscine, salle, yoga et course à pied.

 

Mi-mars, je me blesse bêtement. Le coach lui n’a aucun doute, c’est une blessure de fatigue suite à un surentrainement.

Pourtant je me sentais au top, pas de courbatures, de sensation de fatigue.

Et c’est là ou je vais parler dans un premier temps : des compléments alimentaires. Je vous ai dit ce que je prenais dans CET ARTICLE.

Avec 15g de BCAA par jour, des protéines qui aident aussi à la récupération, je pense que je n’ai simplement pas entendu mon corps.

J’ai masqué ma fatigue et ma douleur comme on masque un mal de crane avec un doliprane.

Je ne l’ai pas soigné je l’ai juste recouverte d’un pansement. Quand ça a été l’entrainement de trop, je ne l’ai pas su et crack : déchirure au niveau de l’ischio remontant jusque dans la fesse.

Bilan : arrêt du sport pendant 3 semaines et reprise en douceur ensuite.

Et c’est la ou il est bon de prendre du recul, vous me direz « surentrainement » c’est un peu fort comme mot pour ce que je pratique.

Mais il ne faut pas oublier que le surentrainement (ce mot Yoann me le dit souvent) est propre à chacun.

Avant quand je me comparais aux autres je n’avais pas l’impression avec mes 1 heures de sport 3/4 fois par semaine de me surentrainer. (mais j’écoutais mon keum)

C’est vrai sur Instagram les gens courent des marathons comme on court après le bus, ils s’entrainent 2 heures a la salle toute la semaine.

Certains courent, nages, font du vélo et des compétitions.

 

Ok mais y’a une chose qu’il ne faut pas qu’on oublie, on ne peut pas se comparer aux autres car nous sommes différent avec des corps, des passés et des vies différentes.

Le surentrainement pour une meuf en surpoids qui se met à courir ça peut être 30min 2 fois par semaine alors que pour un Runner invétéré ce sera 1heures, 7 à 8 fois par semaine !

N’oublions pas que nous avons un passé, pour certains sportif, pour d’autre comme moi : néant !

Je passe donc de 27 ans à ne rien faire à 6 entrainements dont 5 intensifs par semaine.

Ok mon surentrainement est là, et moi qui pourtant fait du sport plaisir, je ne l’ai senti venir. Dans mon cas, il ne s’agit pas de comparaison mais plutôt d’un égo bien tapé aux BCAA ! [Ahhh oui l’égo, le plus dur c’est encore de reconnaître que parfois c’est lui parle]

N’oublions pas que nous ne sommes pas des pro avec des obligations de résultats, le repos et les entrainements sont à notre main.

 

Et c’est en ça que je dis « blessures et réseaux sociaux » parce que sur les réseaux on a l’impression que tout est simple et que si ce n’est pas simple pour toi, c’est juste que tu es une grosse merde car tout le monde le fait.

J’ai pris beaucoup de recul sur les réseaux, paradoxalement j’y suis de plus en plus investit.

J’ai surtout appris a ne plus me comparer physiquement mais aussi sportivement depuis 1 an.

Et ça a tout changé dans ma pratique et ma relation au sport.

 

Aujourd’hui on a l’impression qu’on peut tous préparer un marathon en 12 semaines.

Qu’on peut tous faire un semi marathon au bout de 6mois de mise au sport.

Alors OUI vous pouvez le faire mais a quel prix ?

Une tendinite, une périostite, des déchirures causées par de l’impatience, suivis de douleurs ou d’un arrêt tout net dans votre élan sportif?

Parfois j’ai mal pour certaines d’entre vous, quand j’en vois courir blessées, sous estimer une tendinite pour être sur la ligne de départ ou continuer les entraînements en souffrant.

Vous n’est pas obliger de faire une compétition pour exister sur les réseaux ou dans la vie.

Vous n’êtes pas une sous merde si vous décidez de ne pas participer à une course parce que vous êtes blessé.

Je l’ai déjà dit sur IG, mais il faut aussi savoir écouter son corps, mais surtout en prendre soin.

Votre corps n’est pas infaillible et je vous rappelle que vous en avez besoins jusqu’à vos derniers jours, alors pensez SANTE!

 

C’est difficile, mais il faut accepter la blessure, accepter d’arrêter, accepter de composer avec.

Ce n’est pas la fin de votre vie, ce n’est que le début dune parenthèse, la découverte d’un nouveau sport peut être.

 

C’est grâce a ma tendinite en février où j’ai du annuler ma participation a un 10km.

Que j’ai décidé de m’inscrire en salle et que j’ai découvert une nouvelle pratique qui me plait chaque jour.

 

Alors par pitié, ne vous comparez pas, ni physiquement ni sportivement.

Fixez vous des objectifs étapes par étape, n’essayez pas de les bruler pour prouver quelque chose.

Moi aussi je bave devant les Compte Rendu du Marathon de Paris. Moi aussi j’ai envie de sentir ce sentiment, se dépassement de soi, de toucher ses limites.

Mais si tout cela me motive, si je décide aujourd’hui de faire un Marathon, je ne le prévois pas avant 2019. Le temps de me faire une caisse, et surtout d’éviter la pression et à nouveau le trop plein d’entrainement.

L’objectif final, ce n’est pas un marathon, c’est de pouvoir m’entrainer avec plaisir avant, pendant et après.

 

Des marathons il y en a des tonnes chaque année. Vous n’êtes pas entrain de passer a côté de l’exploit de votre vie.

N’oubliez pas que le sport est un choix, et pour la plupart d’entre nous, ce n’est un métier avec ses contraintes et ses obligations.

La seule obligation que vous avez, c’est vous qui vous la donnez.

Vous n’êtes pas obligé de « souffrir pour être un bon sportif sur les réseaux »

La sagesse du sportif c’est de savoir dire stop, avant daller trop loin.

De mon coté, avec cette blessure, j’ai appris une nouvelle chose. (Bah oui, le véritable échec et de ne rien en apprendre.)

Les courbatures c’est la vie du sportif. C’est normal et c’est même vital.

C’est un signal du corps pour nous avertir de ne pas en faire trop. C’est sa façon à lui de nous apprendre nos limites.

Alors si je continue de prendre un shaker de protéine vegan bio (marque VEGANZ) après mes entrainements hard (uniquement après les entrainements poussés. Et pas après un entrainement marche ou course à pied). Et bien j’arrête de prendre des BCAA toute la journée et me limite à 5g pendant l’entrainement.

 

J’accepte que le sport c’est un tout, qui inclus le plaisir, l’accomplissement, le dépassement de soi mais aussi les courbatures et le repos.

Je ne suis pas une professionnelle, ce n’est pas ma vie et je n’ai donc aucune obligation de récupérer vite.

Je décide de devenir une sportive pour les avantages et les inconvénients.

De me fixer mes propres objectifs et quoiqu’il arrive d’en être fière.

De marcher, courir, me muscler à mon rythme en gardant en tête : le plaisir.

Je décide d’écouter mon corps, de l’aimer et d’en prendre soin, pour le meilleur et pour le pire.

 

Prenez soin de vous, écoutez vous, reposez vous, vous n’êtes pas nul : vous êtes humains !

Séance photos de couple par Epouse-moi Cocotte

Notre shooting Kracklove à Strasbourg avec Epouse-moi Cocotte

 

Un article haut en image, en prise de vue, en fou-rire, en bons moments, en complicités, en poses, en amour et en paillettes.

Voila comment je résumerais une séance photos sous l’objectif de Elodie Winter photographe pour Epouse-moi Cocotte.

Epouse-moi Cocotte c’est un blog, un site et des photographes initialement à Paris et maintenant aussi en Alsace.

C’est surtout pour moi, une signature photographique. Connue et reconnue pour leurs prises de vues lors des EVJF. Elles immortalisent aussi les moments de complicités en famille et en couple.

Moi je les aime, pour cet emprunte facilement reconnaissable. Pour leurs paillettes et confettis qui font de leurs séances des moments magiques.

Je crois que peut importe le domaine, leur talent fait le reste.

La photographe à Strasbourg c’est elle :

Elodie Winter, photographe, ambienceuse (plus jamais elle ne dira « marche comme si tu étais la reine » après m’avoir vu défiler en Beyoncé) acrobate mais surtout talentueuse strasbourgeoise.

   

Elle nous a dégoté 2 endroits secrets sur Strasbourg, pour une séance pleine d’adrénaline et de rires.

Maintenant je me tais, j’arrête d’écrire et je vous laisse découvrir cette séance qui nous ressemble trait pour trait, cœur contre cœur.

 

Elodie a su capter ce que nous ne savons pas cacher.

Dans les airs ou sur terre…

 

 La patte des Cocottes : des paillettes à profusion sur les toits de Strasbourg.

 

Avant/Après l’attaque de paillettes pour Yoann.

Instant calinou et roulades dans les paillettes.

Merci beaucoup Elodie de nous avoir mis à l’aise.

Merci de nous avoir mis en confiance, de nous avoir parfois guidés et d’avoir su aussi attraper les moments imprévus, les regards spontanés et les sourires gênés.

Merci d’avoir su retranscrire ce qui nous caractérise en quelques clichés.

Merci d’avoir saisis ces instants d’amour.

Merci d’avoir été présente, et de t’être parfois fait oublié.

Merci d’avoir mis en lumière ce que l’on ne peut pas dire avec des mots.

Nous garderons un merveilleux souvenir papier mais également humain de cette rencontre et de ce long moment confidence dans la cage d’escalier.

Merci aux copains de Flore&Zéphyr de nous avoir prêté de jolies bijoux Homme /Femme

 Le plus dur, c’est encore de ne choisir que quelques photos…

Journal de Sport #1

Journal de Sport : Acte 1

Premier bilan hebdomadaire de mes séances en vue du 10km de Genève (si ça vous plait je continuerai peut être ensuite).

Un bilan rapide de mes séances, plus facile a consulter que les post instagram. J’en profite pour détailler un peu mes séances.

Comme toujours, il y a de la marche rapide, des séances de sport en salle, certaines en « cours coaché» que je ne détaille donc pas.

En revanche, je vous détails le programme que mon coach m’a fait en complément pour mon objectif : passer les pompes au sol.

 

Lundi 10/04

Lundi, je commence la semaine et la journée avec 45 minutes de marche active (je vous en parle ICI ).

J’ai décidé de suivre le programme « 8km en 1heure » de l’application Décath Coach.

 

Levé à 6h30, je bois un verre d’eau et me prépare pour ma marche.

Le soleil se lève, il n’y a personne dans les rues, et les seuls que je croise partent au travail.

 

Le but de cette première séance : marcher à 6.5km/h et tester des foulées.

J’alterne donc au son du coach, des petits pas rapide et des grandes enjambées pour voir, quelle foulée me convient le mieux.

 

Je dois rester dans une zone de vitesse entre 6 et 7km/h.

Le coach m’indique quand je suis trop rapide ou trop lente.

Bilan : je préfère les grandes enjambées. L’application n’est pas très précise dans l’évaluation de la vitesse, mais ça permet de se donner une idée. Le coach n’est pas relou, contrairement à ma Garmin qui bipait dès que je sortais des zones du programme quand je courais.

 

Mardi 11/04

Ce matin levé à 6h, je pars m’entrainer en salle à 7h30.

Je l’ai déjà dit ici et sur instagram, pour l’instant je ne souhaite pas partager où je m’entraine, ce que je fais et avec qui, je partage beaucoup et j’ai envie d’avoir aussi une part juste à moi.

A la salle, je me déconnecte et je ne veux pas que ça change.

 

Ce matin c’était donc un cours en salle full body (squats/gainage…)

 

Mercredi 12/04

Normalement c’était la deuxième séance de mon programme Marche Sportive.

Finalement Yoann m’a proposé de courir avec moi, forcement j’ai dit oui !

Sortie de 7km en 45 min !

Je suis ravie, malgré quelques courbatures de la veille, j’ai tenue le rythme, sans douleur.

Un footing, ou on profite autant des kilomètres que du paysage.

On finit par une petite accélération sur les 2 derniers kilomètres et on rentre en marchant pour un retour au calme progressif.

 

Jeudi 13/04

Ce matin c’est muscu maison grâce a un petit training que m’a concocté le coach pour passer mes pompes sur les pieds à l’aise Blaise !

J’ai ajouté du gainage, du vélo, et de l’isométrie à la barre pour les tractions pour finir.

Pour ça pas besoins d’aller en salle, vous pouvez faire la première partie à la maison.

  

Circuit à répéter 4 fois :

10 tirages avec haltères

On est gainé, le dos droit, la tête dans l’alignement de la colonne, on fléchit légèrement les jambes.

On tire les haltères en arrière.

Comme dit le coach :

«  Je te mets une noisette entre les omoplates et tu veux casser la noisette »

 

15/30 secondes de pompes en isométrie

 

On tient la position au raz du sol toujours bien gainé.

(Si cela est trop difficile vous pouvez le faire avec les bras sur une chaise ou le canapé pour vous surélevé un peu).

On reste toujours gainé, fesses et abdos contractés on tient entre 15 et 30 secondes max.

 

Max de pompes

Alors bien sur, on va jusqu’au bout, on touche la poitrine au sol avant de remonter bras tendu

Comme dit le coach :

« Ça touche pas, ça compte pas, tu recommences »

(Sur les pieds pour moi mais vous pouvez sur les genoux au départ)

Le maximum ça veut dire, on va jusqu’à l’échec, donc dès qu’on arrive plus à se relever on arrête.

 

Vendredi 14/04

Aujourd’hui marche active matinale.

Je recommence à zéro car finalement je vais faire le coaching « 9km en 1 heure ».

Ce matin c’était donc la même chose que lundi mais a une vitesse de 7km/h pendant 40minutes

J’en profite pour tester mes baskets de marche NEWFEEL.

Elles sont très bien, pas de gros changement par rapport à mes GORUN4 de Skechers car elles avaient déjà un petit drop mais elles sont très bien, souples, légères et a petit prix : 29.90€

https://www.decathlon.fr/propulse-walk-240-gris-rose-id_8366322.html

 

 Samedi 15/04

 C’est mon jour de repos.

 

J’en ai besoins, j’ai les mollets et les cuisses contractés de ma muscu de mardi et de mes sorties marche et running.

Je récupère moins bien, je le sens, et je sais pourquoi.

(Je vous en reparle sur le blog prochainement #Teasing)

Alors aujourd’hui je me masse, je fais un masque, je matte des replay et je squatte le canapé avec un bon thé.

Je vous prépare un article sur « la récupération » semaine prochaine.

 

Dimanche 16/04

Aujourd’hui on part dans la brousse avec Yoann.

Il court, moi je marche, pour ma deuxième séance avec l’application.

Objectif : fractionné

5 min échauffement à allure basique 6km/h

Alterner 2 minutes de marche rapide à 8km/heure/30 secondes de marche lente

8 fois

puis 30 minutes de marche a 7.5km/h

Et bordel c’était hard !

J’ai laissé mes lest à  la maison et j’ai bien fait, même sans j’ai bien bossé.

Le coach guide le fractionné, c’est rythmé, ça oblige à être en pleine conscience dans l’effort : je me déhanche comme les vrais pour rester dans la bonne zone mais je kiffe !

Voilà mon premier journal de sport est fini.

J’espère que ça vous plait, et que je réussirai à vous donner envie de chausser les baskets pour trouver votre sport kiffe.

Rencard dimanche prochain pour une nouvelle semaine sportive.

Manger ses émotions

Stress et faim : comment les différencier ?

 

Sur instagram, je vous ai proposé de me suggérer des sujets qui vous intéressent, que je puisse traiter sur le blog.

Le premier sujet vient donc de @ramon2809.

 

Parfois le stress, la vie, le taff, les gosses, le mec nous font vite oublier ce qu’on a appris avec Zermati (et si vous ne connaissez pas Zermati : CLIQUEZ ICI)

En gros, Zermati c’est l’apprentissage de votre faim, de votre satiété. C’est le moyen de différencier ennuie et envie, c’est savoir s’arrêter même quand on en a encore dans son assiette, ou ne pas prendre de dessert au resto car on assez mangé.

Alors oui, la vie n’est pas toujours simple et parfois le stress ou nos émotions nous font revenir en arrière.

On est bien là, dans sa routine, on se sent bien, on croit que c’est acquis, que Zermati on maitrise.

Et bam, un coup de moue, une mauvaise nouvelle, un coup dur et hop les émotions reprennent leur place sur nos sensations de faim.

Je peux en parler car cela ça m’arrive (oui oui moi aussi je bouffe mes émotions parfois).

La première chose que je vous dirais c’est :

« Tout va bien vous êtes normales »

Zermati lui-même le dit, c’est normal parfois de ne pas s’écouter ou de manger au delà de sa faim même pour ceux qui pratiquent depuis longtemps.

 

Alors SOYEZ INDULGENT AVEC VOUS-MEME !

Ça ne veut pas dire, lâchez tout, goinfrez vous, mais juste acceptez la chose, acceptez que tout n’est pas parfait.

Acceptez que vous avez le droit d’avoir des failles et que tout le monde en a (mais chacun fait le choix de les montrer ou pas).

Encore une fois, je lis « oui mais sur les réseaux les filles ne craquent jamais, moi je n’ai pas de volonté »

Euh alors bon autant te dire, que sur les réseaux on montre ce qu’on veut, on tend les fesses pour faire croire que nos cuisses ne se touchent pas, on rentre le ventre, contracte à fond et derrière la salade composé se cache un Mars et un jambon/beurre/mayo qui ne s’est pas invité sur la photo, car « non instagrammable ».

J’en parle dans CET ARTICLE mais vous devez ABOSLUMENT prendre du recul avec les réseaux, je sais de source sûr, que certains prennent en photos des choses qu’ils ne mangeront pas et ne prennent pas de photos des choses qu’ils mangent.

Parenthèse réseau finit, revenons a ce qui compte vraiment : la real life !

 

Le deuxième point est :

Ayez confiance en votre corps, il vous veut du bien !

Donc, je disais recentrez vous, acceptez que ce n’est qu’une passade et si votre corps vous réclame du chocolat, acceptez de lui donnez plus de chocolat.

 

Par exemple quand ça m’arrive, je mange plus sucré, le soir je vais facilement remplacer mon repas par un bowlcake au chocolat et fruits.

Finalement je ne mange pas PLUS je mange en écoutant ce que mon corps réclame.

Je ne mange pas des gâteaux à grignoter l’après midi, mais je m’accorde un repas sucré !

 

La dernière fois au boulot, gros pot de départ, de la bouffe en veux tu en voilas.

Des gâteaux alsaciens à la noisette, du gâteau au chocolat, des chocolats, des viennoiseries.

Et bien pour une fois (car j’ai rarement faim ou envie) je me suis servie, j’en avais envie alors je me suis fait plaisir.

Le pot a duré de 10h à 11h.

Pause déjeuné à 11h30.

Et bien là contrairement à tous les autres je ne suis pas aller manger. Parce que je n’avais plus faim !

Je n’ai pas sauté un repas, je ne me suis pas forcé a le sauter pour compenser, j’ai une nouvelle fois écouté mon corps, je lui ai fait confiance.

Satisfait de cette dose chocolatée matinale, mon estomac était comblé, mon esprit aussi et mon ventre na pas grondé avant 16h ou j’ai mangé mon gouter habituel.

Même dans ces moments la vous devez écouter votre corps, faites lui confiance, il sait ce qui est bon pour VOUS.

 

Quand on fait un repas de famille, à manger a s’en faire péter la panse jusque 16h.

Qui mange le soir ? Par habitude ? Par reflexe ? Mais avez-vous vraiment faim ? Si vous écoutiez votre corps vous ne mangerez surement pas le soir et le lendemain au lieu de tartines de pain à la confiture, c’est surement une envie de fruits que vous aurez.

Je vous invite une nouvelle fois à lire le livre de ZERMATI : « Maigrir sans régime » c’est grâce a ça que j’ai appris tout ça, que j’ai appris a m’écouter vraiment et a détecter les signaux de mon corps.

Alors oui j’ai du gras, mais je le vis bien, je ne veux pas avoir des abdos, et la plupart des Bodybuilders ou Bikini Girl vous le diront : les abdos c’est en période de sèche pour les compétitions ensuite leur ventre redeviens normal, avec une masse grasse approprié.

Je vous invite a suivre @gomarfithapiness qui est véritable exemple en la matière. Une fille saine dans un corps sain, une fille qui vit et qui dans ce monde de paraître et qui a bien compris comment elle fonctionne, comment écouter son corps et qui vous explique chaque jours que sa Shape pré compétitions n’est pas une Shape annuelle et que ce n’est pas sain et surtout pour les femmes, de vivre a l’année avec un taux de masse graisseuse trop bas. Cela entraine notamment, des dérèglements hormonaux, voir l’arrêt des règles et si vous souhaitez avoir des enfants cela peut également vous poser problème au même titre que le surpoids.

Alors j’ai du gras, mais j’aime mon corps ainsi, je le muscle, je le bouge et je l’écoute.

Je le nourris sainement et si l’envie d’un truc bien industriel se fait sentir, je lui donne, je sais que si je l’écoute il saura équilibrer cette envie avec une autre plus saine un peu plus tard.

Je vous le garantie, j’écoute mon corps et pourtant je ne mange pas des pizzas chaque jours, et parfois je refuse même une glace : bah oui je peux en manger quand je veux alors autant en manger quand ça me fait vraiment plaisir.

 

Le bilan est simple : faites vous confiance, écoutez votre corps et ne vous mettez pas la pression.

Pour approfondir la question de Zermati, je vous invite a consulter mes anciens articles qui vous donneront une idée de tout ce que cela a changé dans ma vie.

http://elykilleuse.fr/maigrir-sans-regime/

Zermati pour qui?

Extension de cils par l’Atelier du Sourcil

Il m’en a fallu du temps pour écrire cet article !

Initialement je voulais attendre de voir combien de temps cela allé tenir pour vous en parler en toute connaissance de cause et puis j’ai procrastiné.

Alors vous le savez je suis devenue une inconditionnelle de l’Atelier du Sourcil de Strasbourg et des doigts de fées d’Anne-Sophie depuis qu’elle a sauvé mon visage et mes sourcils des années 90.

J’ai commencé par la micro-pigmentation des sourcils : j’en parle ICI et LA.

Puis j’ai testé le Réhaucils : vous saurez tout ICI.

Et maintenant je reviens sur mon extension de cils.

Alors ils proposent à l’atelier plusieurs types d’extensions :

  • Extensions Extérieur
  • Extensions Semi
  • Extensions Complète
  • Volume russe

Moi je voulais un effet naturel, un premier test avant le mariage et j’ai choisis l’extension extérieur.

 

Alors Anne-Sophie a commencé par me faire une coloration des cils, pour une harmonie avec les faux cils, car les miens sont clairs.

Ensuite elle pose de la crème et des patch pour bien séparer les cils inférieur et supérieur.

Et ensuite elle pose, un à un les faux cils.

Le temps de pose : 1h30 c’est fait avec amour et minutie, pour un effet naturel, elle sélectionne les faux cils pour un effet « du plus grand au plus petit » et éviter un effet paquet que l’on voit «(trop) souvent a mon gouts dans les téléréalité :

La douleur : rien quedal, à part peut être des fourmis dans les jambes tout au plus !

La durée des extensions : Alors moi elles ont tenues 4 semaines et pour honnête j’ai volontairement appliqué du démaquillant huileux dessus à la fin pour les faire partir en totalité, et évité des petits trous. Mais vous pouvez faire une retouche si vous voulez les garder plus longtemps.

Photos avant

Photos après

Photos J+15

Photos J+25

Le prix : 60 euros pour l’extension extérieure, pour les autres : TARIFS

Questions fréquentes :

Peut-on se maquiller les yeux après ?

Vous pouvez vous maquiller à une seule condition : utiliser du maquillage qui part à l’eau.

C’est-à-dire que si vous utilisez un mascara qui nécessite un démaquillant huileux, oubliez !

La colle n’est pas copine avec l’huile et vous risquez de perdre vos extensions beaucoup trop vite.

 

Est-ce que c’est gênant ?

Pas du tout, vous pouvez vivre normalement sans avoir l’impression d’avoir un gros paquet sur la paupière. Bien sur cela dépend de la pose et de l’experte qui le fait. Je vous conseille donc de passer par des instituts connu et reconnu, comme l’Atelier du sourcil.

 

Est-ce que je vais le refaire ?

Et bien non ! J’ai adoré l’effet, que j’ai trouvé à la fois naturel et voyant. J’ai adoré mes yeux de biches et je vous ai bien nargué sur mes story

 

Mais j’ai regretté de devoir « faire attention » soyons clairs, je ne suis pas du genre « douce ». Non moi je suis du genre bourrin, et à la salle quand je transpire, je me racle le visage avec mon t-shirt.

Et là ce n’est pas possible, enfin si mais cela risque de me couter quelques cils.

 

Bilan :

Je le recommande pour celles qui veulent un effet « œil de biche » dès le réveil.

Un effet qui fait de l’effet sans faire « des paquets ».

En revanche, personnellement pour le mariage je vais plutôt refaire le Rehaucils.

L’effet est moins waouh mais la au moins si je pleure je vais pouvoir m’essuyer avec ma robe sans peur de perdre des cils…euh enfin je vais encore y réfléchir en faite.

Le Réhaucils en images et en détails ICI

Préparer une course de 10km avec la marche active

Pour celles qui me suivent sur instagram ou qui ont lu mon article ICI, vous savez que je participe au Marathon en Relais de Genève.

J’ai d’ailleurs fait un concours sur mon compte pour faire gagner 3 dossards a mes followers et partager ce moment sportif avec eux.

Initialement j’avais mis en jeu 2 dossards.

J’avais prévu (égoïstement) de faire 10km, en enchainant le relai 5 et le relai 6 de respectivement 5.4 et 4.4km.

Mais au vu de l’engouement et des messages super positifs que j’ai reçu suite au concours, j’ai décidé de faire gagner 3 personnes au lieu de 2.

Du coup, pour avoir un objectif de 10km comme prévu initialement, je me suis également inscrite à la course de 10km qui se déroulera la veille au soir, en nocturne avec un départ à 19h45.

Les inscriptions se passent par ici pour les intéressés : cliquez ici

Un objectif de 10km pour le 6 mai 2017

J’ai donc 1mois pour préparer ce nouvel objectif.

Depuis ma blessure à l’ischios, j’ai repris tranquillement par de la marche active et un peu de muscu.

Et puis, j’ai décidé de me remettre activement à marcher pour préparer ces 10km.

 

Alors je vous en parle dans cet article plus en détails, les avantages, équipement et raison pour se mettre ou remettre à marcher ACTIVEMENT.

Si vous suivez des runners sur les réseaux sociaux, ils parlent souvent de faire une sortie en EF (endurance fondamentale). Avec la sortie en fractionné, ça fait partie des entraînements hebdomadaire de la plupart des plans d’entrainement afin de progresser en course à pied.

Alors je l’ai dit dans mon précédent article et Yoann vous l’explique dans cet ancien article.

C’est une allure que vous allez définir en fonction de votre fréquence cardiaque.

Si vous ne disposez pas de cardio-fréquencemètre, alors c’est une allure que vous pouvez tenir longtemps et à laquelle vous pouvez tenir une conversation.

« C’est à cette allure que le coureur développe des qualités très intéressantes :

·         L’endurance fondamentale favorise l’utilisation et l’amélioration du réseau des capillaires sanguins ce qui permet une meilleure irrigation des muscles. Et si les muscles bénéficient d’une plus grande quantité d’oxygène, cela leur permet de produire plus d’énergie.

·         À cette allure, le corps favorise l’utilisation des lipides comme source d’énergie. Les réserves de glycogène s’épuisent donc moins rapidement dans le temps. Ceci est très intéressant pour les courses longues comme le marathon, pour éviter le fameux « mur » du marathon quand nos réserves de glycogène arrivent à épuisement.

·         Le nombre de mitochondries dans les fibres musculaires augmente. Les mitochondries sont les véritables centrales énergétiques de nos cellules. Elles interviennent pour produire les molécules d’ATP qui sont utilisées par la cellule pour produire l’énergie de contraction du muscle. Donc plus de mitochondries veut dire plus de capacité pour produire de l’énergie 

·         La cavité du cœur et le débit cardiaque ont tendance à augmenter, ce qui permet une baisse de la fréquence cardiaque pour un même effort. Or on sait que pour un semi-marathon par exemple, un coureur peut courir à environ 85% de sa fréquence cardiaque maximale. On pourra donc courir plus vite à cette fréquence et faire un meilleur temps.

·         Diminution de la fréquence cardiaque au repos.

·         Augmentation du nombre de globules rouges ce qui permet de transporter plus d’oxygène.

·         Les articulations, tendons renforcent leur solidité à cette allure. » Source http://www.courir-plus-loin.com/courir-plus-lentement-pour-progresser-les-bienfaits-de-lendurance-fondamentale/

En gros c’est un entrainement indispensable à votre progression, même toi Runner !

Si comme moi vous avez une fréquence cardiaque haute.

Par exemple, pour être en EF il faut que je marche vite, dès que je courrais lors de mes séances avec mon cardio, je sortais de la zone d’endurance fondamentale.

Finalement en incluant de la marche active à mes entraînements, je vais également améliorer mes performances en run.

Et c’est de là, qu’est venue l’idée de préparer ce 10km principalement en marchant.

Je vais tenir «  un journal de sport », de quoi faire un bilan hebdomadaire de mes marches,et autres séances avec statistiques et évolutions.

L’idée lancée hier sur instagram, vous a beaucoup plus et j’en suis ravie.

Je vais bien sûr continuer mes entraînements en salle et y incorporer 1 run par semaine ou toutes les deux semaines.

J’espère sincèrement que ce journal motivera certaines a se lancer dans cette pratique, à déculpabiliser les marcheuses.

Vous donner des idées pour vous entraîner plaisir et peut être vous aussi, faire péter des barrières en vous inscrivant à une course.

Mais surtout a prouver que dans la vie il n’y a pas de petits sports, il n’y a que les esprits qui le pensent, qui le sont. #JeMe Répète

La marche active pour tous

Alors voila, une nouvelle activité à mon palmarès de sportive aguerrie !

« Euh meuf, la marche ce n’est pas un sport weshhh c,’est pour les mémés ! »

« Euh ok, bah tu sais quoi, prends tes baskets et vient marcher 1 heure à 7km/h avec moi et tu me rappelles le lendemain matin en sortant de ton lit, pour me raconter comme ça se passe la démarche post gangbang ! »

Et ouais les gars, la marche active, ce n’est pas marcher vite pour aller de Zara à Mango sans se mouiller les cheveux. La marche active c’est une posture, un rythme et une volonté sportive.

Une activité peut revendiquer, pas assez hype peu être.

Pourtant la marche a beaucoup davantage.

Et je vous invite a découvrir aussi l’article de Margaux à ce sujet : Son article.

Pour vous mettre au sport, un début simple, qui ne demande pas d’aide, pas d’équipement hors de prix, et ne risque pas de vous blesser.

Un effort cardio, si fait avec conscience (j’en reparle ensuite)

L’occasion de reprendre le sport après bébé, avec ou sans l’option « poussette »

Et pour celle qui ont un rythme cardiaque élevé (comme moi) la marche peut correspondre à votre zone d’Endurance Fondamentale (les infos ICI)

Un sport accessible et sans risque : pourquoi on nous a caché ça ?

 

L’équipement

 

Les chaussures :

Alors clairement une paire de baskets ou vous êtes à l’aise, fera très bien l’affaire.

Maintenant si on veut optimiser la marche, il est conseillé de prendre des baskets de marche, ou baskets avec un petit drop.

C’est quoi le drop d’une chaussure ?

« Le drop (exprimé en millimètres) mesure la différence de hauteur entre le talon et l’avant du pied, soit la différence entre l’épaisseur de la semelle à l’arrière et à l’avant de la chaussure.

Plus cette différence est petite, plus la foulée du coureur est naturelle, car il pose moins le talon au sol à l’attaque de sa foulée et court plus sur l’avant du pied. De cette façon, la foulée est plus naturelle et le corps moins traumatisé car la « chaine » chevilles, mollets, genoux, quadriceps et ischio-jambiers du coureur est plus alignée au moment de l’impact de son pied sur le sol. » Source http://www.lepape-info.com/equipement/quest-ce-le-drop-dune-chaussure-de-running/

 Afin d’avoir une foulée plus naturelle et un bon déroulé du pied, il est préférable de favoriser ce type de chaussures.

 

Ça tombe bien j’ai une paire de Gorun 4 de chez Skechers avec un Drop de 4mm

La tenue :

Une tenue de sport dans laquelle vous être à l’aise, tshir/ legging/short peu importe. Pour la brassière, un maintient médium est suffisant. La marche à pied limite les impacts contrairement à la course à pied.

Les petits plus :

Alors pour corser cette activité et pour la faire en pleine conscience, j’ai décidé de me lester.

Moi qui me suis battu si longtemps pour perdre du poids, j’ai payé pour en reprendre.

Je me suis donc acheté des Lestes (dispo dans n’importe quel magasin de sport).

Une leste de 1 kilo par poignet pour bosser le haut du corps en musclant le bas.

J’en mets parfois 2 de 2.5kilos chacune dans mon sac à dos pour corser encore un peu l’effort.

Je vous conseille plutôt les lestes de poignets, pour le sac à dos il faut s’assurer de se tenir bien droite pour ne pas risquer de se faire mal au dos.

   

J’ai téléchargé l’apllication Decath Coach mais vous pouvez utiliser votre appli running habituelle.

 

La marche en pleine conscience

C’est la partie la plus importante et ça vaut pour tous les sports.

Il est temps de faire du sport POUR le sport.

Ce que je veux dire, c’est qu’il faut être la où vous êtes et pas ailleurs. On ne geek pas, on n’envoie pas des sms, on ne Snap pas. (Ça fait très autoritaire dis donc ^^)

Quand je marche, je reste concentré sur ma posture.

Dos droit, allure constante et rythmé par mes bras.

Des bras en angle (presque) droit, les lestes au poignet, je sens les épaules bruler au bout de 30 minutes.

J’arrive à garder le cap, des cotes, des descentes, des lignes droites, en ville ou dans la campagne, je kiffe le moment.

Mon esprit s’évade parfois, je me reconcentre souvent pour garder mon rythme.

3 Séances je suis déjà accro a cette reprise post blessure plus sportive que prévu.

Alors peu importe le sport que vous choisissez, n’ayez jamais honte de vous bouger.

Il n’y a pas de petit sport, il n’y a que ceux qui le pensent, qui le sont.

Mariage végétarien…(ou pas)

La grande question c’est surtout : Végé or not Végé ?

 

Quand je dis que je ne mange plus de viande ni de poisson, la réaction est souvent la même « C’est quoi cette lubie ? Et tu manges quoi ? Tu vas avoir des carences/ ça doit être chiant de manger tout le temps pareil, a part des graines tu peux rien manger / tu as de la volonté je n’aurais pas ce courage (oui parfois les réflexions sont sympas aussi)» comme si la vie sans animaux dans l’assiette était insipide…

Il faut savoir que dans nos familles ce sont des mangeurs de viande, le bio, l’éthique ne sont pas forcément des priorités.

Alors non, la question de faire ou non végétarien au mariage, ne s’est pas posé pour moi (oui Yoann, lui a hésité).

Au même titre qu’on ne demande pas l’autorisation a ses invités pour faire un repas indien, ou typiquement breton, je ne vois pas pourquoi on leur demanderai l’autorisation pour faire un repas végétarien.

Je pense qu’il ne faut pas voir le végétarisme comme une tare mais plutôt comme un choix de vie et alimentaire. Certains ne mangent pas de cochon, d’autres pas d’épinard et bien nous on ne mange pas de viande.

Est-ce qu’on prévient ses invités qu’il n’y aura pas d’épinard au mariage ?

Alors vous avez votre réponse à la question « vas-tu les prévenir ? »

(enfin ceux qui liront l’article sont prévenus : prenez un bon petit déjeuner, il parait qu’il y aura rien à manger)

 

A partir de là, il y a deux camps : les pour et les contre.

Pour en avoir déjà parlé sur instagram, j’ai eu toute sortes de messages. De « tu as raison de respecter tes valeurs » à « tu es égoïstes les pauvres »

Euh les gars on a dit qu’on faisait un repas végétarien, pas qu’on allé faire caca dans les assiettes hein !

Nan mais sérieusement en 2017, on peut encore se demander si on va bien manger végé ? Et on va vraiment à un mariage pour grailler ?

Nan parce que moi, dans le mariage ce que j’aime c’est les émotions, l’ambiance, l’amour. La bouffe j’en ai chez moi, merci.

Des idées on a des tonnes et si vous avez envie de mourir de faim avec nous, allez voir sur PINTEREST j’y partage mes idées recettes pour le mariage.

Le plus dur ça a encore été de trouver un resto adapté pour le mariage qui accepte de faire un menu végétarien.

Mais ça je vous en reparle prochainement sur le blog…

Une petite sélection, pour vous donner l’eau à la bouche.

 

(On est sauvé le chocolat c’est végé!)

Alors nous ne sommes pas inconscients, égoïstes, pauvres, horribles et sans cœur, parce que nous choisissons a notre mariage de ne pas manger d’animaux.

Non, en fait, on fait un mariage a notre image comme depuis le début, il n’y aura donc pas de couvert en plastiques, de vaisselles jetables, de robe de princesse hors de prix, ni de viande, le jour où on célébrera notre amour.

Je vous rassure, personne ne mourra d’une soirée végétarienne, aucune carence ne sera à déplorer et en cas de malaise, on a de la chance, on autorise les morceaux de sucre !

Découverte sportive de Genève

Aujourd’hui je reviens sur mon week-end d’influenceurs à Genève.

Après 7 heures entre train et gares, j’arrive enfin à l’Hotel Bristol de Genève.

Juste le temps de découvrir ma chambre Lady’s First (étage réservé aux femmes)

Photos : Hotel Bristol de Genève

Et il faut partir rejoindre les autres influenceurs pour une fondue à la bonne franquette

Lieu : Le bain des Paquis

Une soirée parfaite avec Elodie de l’organisation du Marathon 2017, Lucie de la Ville de Genève et les blogueurs Rocco Runs et The Martin Cox 

~~~~

Première nuit difficile à Genève.

Rien à voir avec le lit KingSize, la literie parfaite, les coussins rebondies ou la chambre luxueuse…

Je suis comme les enfants sans leur doudou, je me réveille, je le cherche, mais il est pas là, mon futur mari.

(la musique relou qui reste en tête c’est cadeau)

Enfin bref, on va pas se laisser aller à la déprime et quoi de mieux qu’un bon buffet petit déjeuner pour se réconforter?

La boisson officiel c’est le champagne apparemment au Bristol, mais moi je suis une influenceuse sport et je suis censé aller courir dans 1 heure.

On prend des forces (beaucoup de force) et on file se préparer

~~~~

Parenthèse sportive, j’enfile mes GORUN5 de chez Skechers (qui va devenir ma paire chouchou)

on en parle mieux que moi ICI

Et bien sur mon soutien-gorge de sport by Anita.

Pour un petit run avec CompressSport partenaire du Marathon de Genève.

C’est partie pour la découverte de Genève en baskets.

Les quais, le jet d’eau, mais aussi repérage de l’arrivée du Martahon 2017.

~~~~

Une douche, une mise en beauté dans ma chambre, un selfie #JeMeLaPète et un déjeuner au soleil avant de repartir à la découverte de la ville…en bécane!

~~~~

 

Visite en Segway, les instachatteurs d’instagram pourront témoigner que ce ne fut pas chose facile!

Merci à Boudinet d’avoir immortaliser ma classe légendaire !

~~~~

Après l’effort…le réconfort!

Comment visiter Genève sans une dégustation de chocolat?

Petite présentation de la chocolaterie et dégustation.

Un plaisir gustatif, une bouchée de love, bien sûr je prends mon rôle a cœur : j’ai tout goûté !

~~~~

Bon et puis après le réconfort bah y’a le réconfort…#ChienneDeVie

On repart direction un petit resto péruvien pour notre dernière soirée genévoise.

Rencard chez ALMA

Il y a ce qu’il faut pour les omnivore ou les végétariens.

Après quelques nachos et friandises aux légumes #FitGirl

Je pars sur un risotto de quinoa aux légumes épicés #PortionDeOuf

~~~~

23 heures : on est claqué! Direction l’hôtel demain c’est Randonnées

~~~~

La randonnée est génial, on s’attaque au Mont Salève.

Le guide est génial, agréable, il parle anglais pour les autres et français pour moi.

On grimpe, on pose, on admire Genève sur les hauteurs.

On avance d’un bon pas quand on ne s’arrête pas pour faire des photos #BlogueusesRelou

Je transpire bien, j’en prends pleins les yeux, j’ai les mollets qui tirent mais je kiffe.

~~~~

Le guide a tout prévu et c’est au pied des télécabines qu’on déguste du fromage suisse, du jus de fruits local et même de la charcuterie pour les autres.

The place to be

~~~~

Voila mon week-end se termine la dessus, un repas a emporté, une douche au Spa de l’hôtel avant de repartir sur Strasbourg et ses 7 heures de trajet.

~~~~

Ce week-end ça a été l’occasion de faire péter une nouvelle barrière, de prendre part un peu plus dans la blogosphère.

De l’accueil du Bristol, aux découvertes sportives et gustatives, je suis ravie de cette nouvelle expérience.

Mon coup de cœur : la randonnée juste sublime et sportive.

Mon coup de moue : la chocolaterie, à part les chocolats qui étaient merveilleusement bons. Je pensais visiter les ateliers plutôt qu’une présentation sur Word.

Prochaine étape : le marathon en relais le 7 Mai que je ferais avec Yoann, et plusieurs d’entre vous.

Un vrai moment de sport comme je les aime, du partage et du kiffe.

J’ai hâte de retourner à Genève revoir la fine équipe mais surtout partager avec vous quelques kilomètres.

~~~~

Ceci est surement le début d’une nouvelle aventure sportive et de nouvelles barrières à faire péter.

%d blogueurs aiment cette page :