Skip to content

Mois : avril 2016

Le bonheur se trouve t’il dans un jeans 36?

Est-ce que si j’étais mince, je serais forcément heureuse ?

image

J’ai commencé mon premier régime à 12ans, quand je me suis inscrite à la gym en 6ème.
Je me trouvais trop grosse par rapport aux copines de gym.
Pourtant j’étais très loin de l’être mais c’était trop tard, j’avais déjà lancé l’offensive contre mon corps, et c’est là qu’a commencé ma recherche du corps parfait.

J’ai demandé à mon médecin des cachets pour maigrir.
Premier reflexe, oui mais à 12 ans c’est normal de croire encore au Père Noel non ?!(Oui oui ceci est un message subliminal)
Et c’est là, c’est là que j’ai commencé à prendre du poids.

Quand je vois mes photos du collège, je n’ai (aujourd’hui) pas l’impression d’être grosse, j’étais plus « formée » que mes copines, qui étaient elles très minces, mais en soit je n’étais pas grosse.

Mais moi j’en étais persuadée.

Tellement que je m’auto-charriais, partant du principe que je préfère « me vanner avant d’être vanné »
J’ai fait la méthode Coué mais à l’envers…
C’est-à-dire qu’à force de me voir grosse, de me le répéter, de me vanner, de me mettre dans cette catégorie, j’ai finit par y croire avant même de l’être réellement…

Après ça, j’ai enchainé les regimes, Dukan, Chrononutrition, Atkins, WeightWatchers…
Ils sont tous différent, plus ou moins dangereux mais ont 1 point commun :

Ils nécessitent tous de ne pas s’écouter, de manger des aliments autorisé, d’éviter des aliments interdits.
De ne pas pouvoir manger ce que l’on veut quand on le veut…
Dans TOUS les cas, vous n’êtes pas libre, vous ne laissez pas de place a l’imprévu et vous êtes dans une réflexion permanente vis-à-vis de la bouffe.

J’ai pris réellement du poids, j’en ai perdu et inlassablement j’en ai toujours repris.

Je n’ai pas le souvenir de m’être senti un jour « bien » même quand j’avais perdu beaucoup de poids, il fallait en perdre encore plus…
Aujourd’hui encore, quand je me suis senti « presque bien » à 62kilos je voulais encore perdre et du coup, à coup de restrictions j’ai tout repris…
Ou est ce que je veux en venir ?

Je veux vous expliquer, pourquoi MOI ELYKILLEUSE, j’en suis arrivé à la conclusion que les régimes sous toutes leurs formes c’est voué à l’échec.

Parce que du haut de mes 28ans j’ai passé 16ans au régime.

Vous qui arrivez dans ce monde de brutes, ou les Wraps font leur lois, les berlingots dirige la regimeuse police et herbalife est une religion…
Il y a 90semaines encore je regimais tranquilou, passant de la Chrono nutrition à l’escalier Dukan (les anciennes sourient déjà)

Mon sport c’était de faire du step devant les anges de la téléréalité et quelques runs par semaine.
La muscu était une inconnue franchement flippante et le cheatmeal était encore la seule chose que je pigeais de ce monde de la FitFam (et c’était plutôt cool)

Je vous le dit souvent mais pour comprendre, pour apprendre, pour avancer, pour ne pas recommencer, il faut trébucher, tomber, se planter, se faire mal et se relever…

Dans la vie, comme en amour, ou sur la bouffe, c’est comme ça que l’humain se construit !
C’est comme ça qu’on passe de gosse à adolescent et c’est quand on comprend ça qu’on fait un virage dans l’âge adulte…

C’est en se brulant sur la casserole que votre gosse n’essaiera plus d’y toucher (d’ailleurs j’envisage sérieusement de bruler mon enfant tout de suite avec une casserole pour éviter d’hurler dessus à chaque fois qu’il tente de sen approcher…oui je sais, j’ai un sens morale et maternelle bien à moi)

Enfin bref, si je vous parle de tout ça, c’est parce que je suis comme vous, j’ai acheté l’ancêtre de l’ArtiShot sur M6 boutique, j’ai acheté puis utilisé comme étendoir des appareils de torture du téléshopping, j’ai moi aussi flâner des heures dans ma parapharmacie a la recherche d’un remède miracle…

Alors quand je vous dis que les régimes ne vous mèneront pas au bien être, que je prêche la parole de JeanPhiphi et que je dis que NON, je n’accepte pas de produits miracles dans mes partenaires (et dans mon caddy) c’est toujours en connaissance de cause…

Le but d’instagram (selon moi) ce n’est pas d’être culpabilisant, moralisateur mais plutôt de partager les bons plans et les mauvais, les conseils sportifs ou alimentaires, pour facilité les choses aux suivants comme on aurait aimé qu’on nous les facilite…

image

Le jour où je me suis posé les bonnes questions, j’ai compris

Aujourd’hui, j’ai passé une autre étape, j’ai compris que je n’étais pas un physique, que ma vie ne se résumerait pas a un 6pack, que de perdre du poids ne me rendra pas plus heureuse et que le jeu n’en vaut pas forcément la chandelle…

Aujourd’hui, je me suis pesé et j’ai repris 4kilos depuis février, (fin du coaching alimentaire) la ou ça m’aurait tué le moral avant, je me sens bien, je me regarde, je vois bien que je n’ai pas le corps de février mais ça ne me dérange pas.

La balance ce matin là, n’a eu aucun effet moralisateur ou dévastateur, je l’ai pris comme un constat, rien de plus.

Je ne lui ai pas donné l’importance qu’elle ne mérite pas, car elle ne dicte plus mon bonheur.

Je n’ai pas pour but d’être jolie a la plage cet été, comme l’année dernière ou finalement j’étais totalement frustrée de ne pas manger comme Zhomme, ce qui nous a valu des disputes…
Lui se retrouvant a manger en cachette pour ne pas me tenter.
Moi le détestant de manger des glaces.
J’avais l’impression qu’il me surveillait, en réalité c’était moi qui culpabilisais.
Je ne faisais que me renvoyer mon propre dégoût à travers ses yeux.
Me sentant de moins en moins bien dans mon corps, fixant toute mon attention sur les repas comme si c’était ça qui dirigeait ma journée.

Aujourd’hui, je sais que le sport peaufinera les choses avec le temps, je ne m’inquiète pas.
Aujourd’hui j’ai pris du recul, encore un peu et j’ai compris que la vie ce n’est pas ça…
Est-ce que notre bonheur doit se résumer à un chiffre ?
Est-ce que notre bien être se calcul en taille de jeans ?
Finalement être heureux est-ce que c’est forcement lié a un physique ?
Est-ce qu’on ne vit qu’à travers ça ?
Est-ce que notre valeur ne tient qu’a ça ?
Est-ce que l’amour dépend de ça ?
Est-ce qu’on s’aimera plus si on fait un poids donné ?
Est-ce que les autres nous aimeront plus si on est plus mince ?
Est-ce que els filles sont forcément plus heureuse que les filles rondes ?

Finalement, qu’est-ce qui vous rendrez vraiment heureux ?

image

Moi je pense que j’ai trouvé…

La Méthode Coué pour les Moches (qui ont de l’humour)

Ok le titre est vendeur (ou réducteur) mais vous allez comprendre le fond…
Avez-vous lu « La femme parfaite est une connasse » ?
Dans ce livre, un point en particulier m’a marqué : la méthode Scarlett Johansson, « Ou comment un petit cochon a fait croire au monde entier qu’elle était une bombe sexuelle»

Alors on à tous notre point de vue sur cette actrice, mais peu importe la forme, comme souvent c’est le fond qui compte.
Cette théorie (et méthode) repose sur le fait que si tu te crois bonne, tu seras bonne.
Peu importe les dictats de la beauté, selon moi, ceux-ci sont totalement subjectifs, il suffit de se poser en terrasse entre copines (oui bon à une époque j’en avais hein), comme les mecs on se place cote à cote, et sous nos Rayban on matte tout ce qui bouge… (Là, je sais que vous souriez bêtement).

image

Un mec passe et là où, Augustine trouve son look roots carrément bandant, Huguette, elle le trouve plutôt moyen.
Quand le sosie de Brad Pitt passe, moi je vais le trouver trop propré alors que Huguette sera déjà entrain de lui demander son 07 !

Enfin bref, c’est un peu comme les Brocolis, t’aime ou t’aime pas, ça s’explique pas (je suis vraiment en train de comparer Brad Pitt à des brocolis ?!?)

Alors, je vais peut être enfin arrivé là où je voulais aller…
La dernière fois en revenant de mon Run, j’ai fini par 1km en marche rapide.

J’ai suivi une nana (pas volontairement hein, chuis pas une psychopathe), elle n’était pas spécialement jolie ni moche, ni spécialement bien foutu ni mal foutu, un look sans fioriture, plutôt banal, un pantalon noir, des boots plates et une écharpe qui la recouvrait presque entièrement.
Mais je ne sais pas moi, de dos je la trouvais canon, je l’enviais même…

image

Pourquoi ?

Parce qu’elle dégageait quelque chose, typiquement je pense que ce matin (comme cela arrive parfois) elle a du se trouver bonne dans son miroir, ça lui a donné confiance pour affronter cette journée, peut être que dans ses oreilles c’est Beyoncé qui donnait le tempo de cette démarche, droite, fière et assurée…
Enfin bref, elle devait surement se trouvait bonne et elle l’était devenu tout naturellement, sans produit magique, sans talons hauts ou autre stéréotype que la société nous impose pour être « une femme sexy »

En passant devant les voitures, elle jetait un œil pour se regarder, ça m’a fait sourire, parce que les jours où je me prends pour Beyoncé j’ai la prétention de me mater, comme pour m’assurer que cette confiance est toujours là…

Alors, on ne peut pas plaire à tout le monde, que l’on soit brune, rousse ou blonde ; que l’on soit forte, mince ou musclée ; que l’on soit naturelle, superficielle ou pas lavé (oui enfin là ca marche seulement à distance) enfin voila, pour plaire aux autres il faut commencer par y croire soi même.

image

(Oui bon ok, ça marche pas à tout les coups cette methode #NiMuscléeNiSexy )

Alors demain, regardez vous, cherchez le petit plus qui fait que vous êtes belle, marchez la tête haute (enfin faites attention où vous mettez les pieds quand même) soyez fière de vous, de ce que vous accomplissez, de ce que vous entreprenez que ce soit les 5km que vous avez couru/marché la veille, ou le gratin dauphinois que vous n’avez pas brulé…

Soyez fière d’être vous, car de toute façon vous ne pouvez pas être une autre.

Le jour où j’ai appris la gourmandise rentable

Nouvel article sur les petits avantages quotidiens de la vie de Zermatienne

Avant si on me proposait un dessert, où si je laissais une viennoiserie pas très loin, je ne partais pas sans la manger.
Je l’appréciais mais surement pas à sa juste valeur.
La dernière fois, j’ai commandé une délicieuse salade quinoa feta/olive chez SOOCHEF (Infos ici) que j’ai accompagné d’un dessert : duo de verrine crème de marron/ spéculoos et chocolat avec 3 meringues.

imageimage
Après avoir mangé cette salade, faite avec des produits frais, goûteuse et généreuse (oui j’insiste mais c’est important).
J’ai gardé les petits desserts pour le gouter…

Le goûter approche, un petit creux vers 16h mais l’envie de ces verrines n’est pas la.
Bizarre non faim mais pas envie de chocolat ?
Pourtant le chocolat se mange sans f(a)im ?
Et bien NON, j’ai faim mais ce repas riche en goût  de ce midi a satisfait pleinement mes papilles et mon cerveau.
Alors qu’avec un repas insipide ou répétitif, ce serait sûrement bien différent !

 

Donc au gouter, j’ai pris mes amandes habituelles qui ont satisfait ma faim, je n’ai même pas mangé mon 2eme snack (pain et beurre de cacahuètes) !
La gourmandise aurait pu me faire manger les verrines, mais j’ai compris, grâce à Gégé (Apferdorfer) que si je les mangeais demain après ma gamelle moins goûteuse que le petit plat SOOCHEF, je les apprécierai 2fois plus !
Je réitère l’experience avec un poulet curry, lait de coco et riz de chez SOOCHEF (n’etant pas une grande cuisinière, cette appli me sauve la vie) et un crumble fruits rouges:

imageimage

Pour me faire plaisir, en GégéTisant pour voir si la satisfaction de mes papilles saura mettre un terme à l’appel de la bouffe…

La réponse est une fois de plus : OUI
Alors varier vos repas, plutôt que de la crème allégée, utilisez de la vrai crème fraîche bien goûteuse, plutôt que fromage light, appréciez un bon bout de camembert crémeux…

Vous vous apercevrez bien vite que le fait de mettre du goût dans vos plats, vous permettra de les apprécier plus longtemps et donc d’avoir moins d’envie le reste de la journée ! Et ça je l’ai appris grâce au livre « Mangez en Paix » de Gérard Apfeldorfer.

(photos de l’article : @novafrenchie sur instagram)

Le Barbu à Strasbourg : Notre petit coin de soleil en centre ville

On continue à parler l’alsacien ici, et une nouvelle bonne adresse bouffe !

Le Barbu Strasbourg = bonne bouffe, terrasse ensoleillée et accueil au poil
(Vous avez saisie le jeu de mot ? bah si « Le Barbu »… « Au poil »…Mouahahah que je suis drôle)

Si vous me suivez sur instagram, vous avez surement déjà bavé sur ça :

image

Enfin bref, le Bagel c’est bien, c’est bon mais c’est à l’ombre…

Alors quand il fait beau, quand il fait presque chaud, quand les jupes raccourcissent et que les Rayban scintillent sur les pifs alsaciens, nous on file manger au Barbu !

Un bar/brasserie/brunch au soleil, a quelques pas des Galeries Lafayette, à coté du Gagao (d’ailleurs leur chocolat chaud vient de là) vous trouverez le Barbu !

Je ne vais pas m’étendre comme une Bloggeuse hype culinaire, sur la couleur du chili, le fondant du gorgonzola, la puanteur du munster ou encore le croustillant des galettes de patates…

Je pense que les photos parlent d’elles même, et que parfois on n’a pas besoins de tortiller du cul, quand c’est bon et bien c’est bon. POINT.

Alors si vous êtes de passage sur Strasbourg, que vous voulez vous régaler au soleil, j’ajoute cette adresse à ma liste de point de ravitaillement alsacien !

Le midi : plat du jour + boisson + café à 12.50 €
Ils font également des planches à tout heure et un brunch le dimanche à 23euros en buffet
(test du brunch sur le blog d’un vrai blogueur hype culinaire : Blog Kapoué )

Le Barbu
15 rue Sainte Barbe
67000 Strasbourg
03 67 07 41 53
Ouvert de 10h à 01h30
FACEBOOK
INSTAGRAM

Tripadvisor : Le Barbu

Ely Beubom avec des lorgnons by Optic Duroc Mulhouse

Vous le savez, moi et mes lunettes ce n’est pas une histoire d’amour.
Certains voient ça comme un accessoire moi je les vois comme un handicap, pas imperméable sous la pluie, trop grosse, glissante sur le nez mais surtout des verres trop épais à mon gout.

Et c’est là, que Audrey, une followeuse entend ma détresse.
Elle se lance donc avec son chef une mission « Sauvez Ely » (la version Sauvez Willy mais sans l’eau, l’orque et le petit garçon)
Et me voilà Jeudi soir, avec Moshé et Audrey à Optic Duroc Strasbourg, (Aurélie que vous pouvez retrouver dans le magasin de MULHOUSE)
On parle technique, équipement et ensuite on lance l’opération Ely Beubom avec des Lorgnons.

Parlons d’abord technique :
Moshé et Audrey m’ont expliqué leurs offres, et les astuces d’opticiens.
Déjà saviez vous que votre ordonnance est valable 3 ans et qu’entre temps, les opticiens sont aptes à ajuster celle ci si votre vue change ?
Non parce que moi par exemple, j’ai attendu d’avoir un rendez-vous chez l’ophtalmo pour revoir mon ordonnance !
Les mutuelles ont plafonnées les remboursements optiques bien souvent à 150€ pour la monture.
De plus, il faut attendre maintenant 2 ans pour changer de lunettes (sauf si la vue change sur ordonnance de l’ophtalmo)

Difficile de trouver une paire dans ses prix là…Et c’est pour cette raison que ma paire de lunettes me plaisait très moyennement car choisi par dépit.
Chez Optic Duroc, ils proposent donc des offres pour garantir le meilleur prix, notamment 40% sur la monture.
Ou encore, 1 paire de marque acheté et une paire offerte, important à préciser : vous bénéficiez des mêmes avantages sur les verres sur les 2 PAIRES, c’est-à-dire que les verres sont amincis également sur la deuxième paire.
(Ce qui est rarement le cas, et si comme moi vous avez des culs de bouteilles, la deuxième paire reste dans un tiroir)
Bon ici, il y a de tout niveaux marques et modèles mais notamment des marques en exclu :

Matt Keaton

image

Laura Johns

image

Will Anderson

image
Et la marque MNBK
J’ai également pu essayer des lunettes de soleil, 100% française, faites à Annecy avec du bois recyclé:
Shelter

imageimage

Design vraiment sympas, démarche écologique et responsable encore plus sympas, sensation bizarre quand on les enfile et ensuite nikel !

Pour les sportifs, et pour les parents d’enfants à lunettes (non je ne ferai pas la blague vaseuse sur « enfant à lunette, enfant… » …oui non je la fais pas celle là)
Ils proposent également une gamme bien fournie de lunettes sportives à adapter à la vue :
Pour les sports d’équipe, la natation, les sports divers et le vélo, ils proposent différents modèles adapté à chaque activité.
– Infos intéressante pour les marmots, qui ne peuvent pas porter de lentilles pour la natation (oui je suis quand même gentille avec les gosses hein)
imageimage

Bon maintenant parlons de MOIIIIIII (oh comme j’aime ça)
J’ai demandé à Audrey si elle avait des astuces pour bien choisir des lunettes, sa réponse est clair « Essayes des formes différentes et regardent ce qui te plais le plus, on dit qu’il faut choisir en fonction de son visage mais ce n’est pas toujours vrai »
La preuve peu importe la forme de son visage, TOUT lui va (oui elle était faite pour ce job)
Moshé ajoute « n’en essayes pas trop, pour ne pas te perdre, et dés que tu as un coup de cœur tu mets de coté et ensuite tu compares les coups de cœur »
Donc moi, j’avais bien envie d’une monture papillon mais à l’unanimité (avis des 2 pros, de Zhomme et de moi) ça ne me va pas du tout !

image
(Et encore sur photos ce n’est « pas si pire » mais le côté secrétaire cochonne est bien là)
J’en ai essayé des rondes, des carrés, des colorés, des noirs, et même des jaunes (bah oui j’aime le jaune vous le savez pas encore ?)

imageimageimageimage
Je me suis aussi égaré avec les lunettes les plus tendances du moment, bon je pense qu’il n’y a que Rihanna pour porter ça :

imageimageimage
Bon du coup, j’ai mis 2 paires de coté, la première ressemble a ma paire actuelle, c’est une Will Anderson avec des branches très fines, et une monture très légère dans un marron mat.
Et une autre de Matt Keaton, plus originale, écaille, carré et avec un coté plus rétro avec les détails argents de la monture.

Seule solution pour choisir : Le selfie en pied!
J’ai donc fait mon choix sur Selfie de pied, bah oui t’es une blogeuse hype (et superficielle) ou tu l’es pas !
imageimage

Bon du coup, je me la joue blogeuse garce et je vous donnerai le verdict sur Instagram, une fois que je les aurai sur le nez !

Liste des boutiques Optic Duroc en France : Liste des boutiques

Balance et Regimeuse, une passion dévorante

Ce matin, en me levant, et après fait ce que j’avais à faire (vous avez vraiment besoin d’un dessin ?), je suis allé me mater « l’état du jour » dans le miroir en pied.
Verdict : je me sens bien, je trouve même que mes PouikPouik s’affinent, que mes hanches et mes cuisses retrouvent leur forme « normal » avant ma reprise de poids.
Confiante et fière, je me dirige vers ma balance, sûr que ma reprise depuis le retour du nord a payé !
Et là, je me pèse : bah rien quedal/wallou/nada (vous avez déjà l’impression d’avoir lu ça non ?! ^^), du coup je suis bonne ou je suis encore grasse ?
Alors je fais ce post parce que j’ai lu tout vos commentaires suite à mon post sur instagram, mais bien sur vu que mon patron préfère me payer pour bosser plutôt que pour geeker je n’ai pas répondu à tous !
J’ai donc décidé d’intituler cet article :

Balance et Regimeuse, Une passion dévorante

(Oui ceci n’était que l’intro)
image

(Illustration @fit_andthe_city )

Premier ébats et amour fusionnel
Alors la balance, comme certaines l’ont dit, et je suis entièrement d’accord, est un allié pour se jauger, jauger ce que l’on fait, pour se motiver, pour se voir avancer en début de perte.

Au départ, j’étais accroché à ma balance comme une moule sur son rocher.
Je me pesais chaque matin, le poids fluctuait mais souvent il était le reflet de mes sensations, de mon activité physique et de mon assiette.
J’étais rarement déçue, ou surprise, cela collé bien avec mes sensations.
A l’époque j’étais en mode : régime et cardio (run et stepper) donc la notion de prise de muscle n’avait pas sa place.
Elle était mon tuteur voir même mon moteur, pour me guider de façon honnête vers le bon chemin.

Routine, faux-semblants et déception
Ensuite nous arrivons dans « le pendant », cette période où on stagne, où on se cherche, où parfois on fait plus d’écarts car on voit moins de résultats.
Pendant cette période c’est plutôt « je t’aime, moi non plus » avec la balance.
On se regarde, on s’aime ou pas, de toute façon c’est elle qui dictera l’humeur du jour.

A ce moment là, on fait un peu de muscu, on prend du muscle, on ne veut plus se restreindre, on est moins soucieux de notre assiette mais pas moins motivés.
On se voit s’affiner, et c’est à cette période que la relation prend un autre sens…
Elle reste un garde fou, pourtant certains jours (comme ce matin) elle ne colle pas avec le miroir, on se voit bonne elle nous dit l’inverse, on se voit grasse elle nous dit que non.
Alors qui croire ? Elle ou nous ?
On arrive dans cette période de la relation, où l’on ne se comprend plus, ce qu’elle nous dit ne correspond pas avec ce que l’on ressent.
Pourtant on la garde, on ne veut pas s’en séparer, par peur de chuter sans elle peut être ?!

Ça sent le sapin vert et le pâté, c’est bientôt la fin
On arrive sur la fin, voila, ce sont les derniers kilos, notre vie n’est pas en danger, on se sent même plus souvent bien que mal à l’aise.
On se muscle, on perd peu mais on veut quand même plus.
Et là, on ne sait pas trop pourquoi on continue de la voir.
C’est comme envoyé des SMS à son ex quand on est bourré, on sait qu’on va le regretter juste après mais on ne sait pas pourquoi, on le refait à chaque fois.

Alors aujourd’hui, j’ai décidé de me séparer.
J’ai lu vos commentaires, oui la balance est un soutient au départ, un garde-fou ensuite mais sur la fin c’est surtout inutile.
Je n’ai pas besoins de perdre du poids, je n’ai pas besoins d’un chiffre pour savoir si j’ai trop mangé, si je rentre dans mon jeans ou non.

Comment savoir si c’est la fin ?
Si ce matin vous vous trouviez bonne et que son chiffre vous a fait ressentir l’inverse alors c’est le début de la fin, c’est que son avis ne colle plus avec votre regard sur vous.

image

(Illustration @un_confetti_sur_internet )

Est-ce un chiffre qui définit le bonheur ? Pensez vous que de voir tel chiffre sur la balance vous rendra bonne ? Et si vous étiez bonne avec 5kilos de plus, faudra t-il les perdre quand même ? êtes vous prêtes a dépendre d’un objet ? Votre bonheur se résume réellement à ça ? Pesez vous que les nanas qui ont atteint leur poids dit « idéal » sont forcement heureuse ? Si cela implique des sacrifices pour le reste de votre vie, êtes vous prêtes a tout pour elle ?

Je vous laisse répondre a ces questions, réfléchir a cette relation, a quel stade vous vous situez…Moi j’ai fait mon choix, celui de vivre et de m’aimer pas juste pour un chiffre.

Alors ce soir, je lui enlève les piles, je la quitte…
(Bon peut être que quand je serais bourré je remonterai dessus hein !)

Courir contre le cancer à Strasbourg

Les courses de Strasbourg des 14/15 Mai

« Courir contre le cancer » avec Sofitel Grand ile et Life Pink

Voila je vous en ai vaguement parlé sur instagram, pour toucher un maximum de personnes, mais je voulais revenir sur cette initiative de Love qui me tient à coeur.

Je tiens à préciser, que cet article est de mon initiative, il ne s’agit en aucun cas d’un partenariat (on sent la meuf rodé par les Haters).

image

Au départ je voulais m’inscrire au Semi-marathon de Strasbourg, une nana d’instagram m’a alors parlé de cette initiative.

C’était évident, j’allais courir pour eux ou plutôt avec eux.

Entre temps, je me suis blessé, il n’est plus question de faire le Semi-marathon ni même de faire une course officielle avec grosse charge d’entrainement.

Mais pas question non plus de ne pas participer à l’événement.

Alors j’aurai pu choisir la marche, mais je fais le choix de faire une sortie longue sans objectif sur le 10km !

Je voulais revenir sur l’origine de cette initiative avec l’explication de Mathieu Glaser (Chef concierge, membre des Clefs d’Or chez SOFITEL) :

« L’histoire a commencé il y a près de 6 ans lorsque j’ai perdu ma maman. Elle a combattu la maladie durant près de 8 années, mais nous a malheureusement quittés le 28 juin 2010, une semaine avant la naissance de ma première fille.
Le temps est passé et je voulais, à ma manière, aider la lutte contre le cancer mais comment ? L’idée m’est venue de créer un groupe de coureur à l’occasion des courses de Strasbourg, il y a 4 ans. La direction de l’époque, m’a soutenu dans le projet et s’était engagée à reverser 1€ par kilomètre parcouru par l’ensemble du groupe à la ligue contre le cancer du Bas-Rhin et cela continu depuis. Cette année, j’ai décidé de reverser les dons à l’association LifePink, dont le président n’est autre que Nicolas Rieffel »

image

Qu’est ce que L’association LIFE PINK :

« L’association Life PINK a été créée par Nicolas RIEFFEL en 2013, suite au succès de la première édition de l’Opération 1€-1Client. L’objectif de cette association est de mettre en œuvre des actions dans le but de récolter un maximum de dons pour lutter contre LES cancers.

Life PINK a son domaine de prédilection !

L’association organise des évènements dans le domaine culinaire et fait intervenir l’ensemble des métiers de bouche. L’implication par les restaurateurs alsaciens a été un grand succès et celle-ci ne cesse d’augmenter.

Les dons récoltés par Life PINK sont redistribués à l’IRCAD, la Ligue contre le cancer du Haut-Rhin en Alsace, et l’association des Enfants de Marthe »

Nicolas Rieffel vice président de l’association, a participé à l’émission MASTERCHEF en 2010.

Pour celles qui me suivent depuis longtemps, vous savez que j’ai perdu en 2014 ma Grand Mère atteinte d’un cancer, alors ce sera mon clin d’œil à moi pour elle.

Déjà exilé à Strasbourg à l’epoque, je n’ai pas pu être presente pour elle et ma famille quand elle est partie, faire cette c’est ma revanche…

Voila, pourquoi je fais tout un foin autour de cet événement, parce que c’est une histoire de cœur, d’amour, de famille et d’entraide.

Et que dans un monde comme le notre, il est important parfois de mettre aussi le doigt sur les belles choses.

Je vous joins les formulaires d’inscription, mais vous pouvez aussi les télécharger sur le groupe facebook « Courir contre le Cancer » (inscription jusqu’au 1er Mai)

image image image

Je ne le fais pas habituellement mais la ça vaut le coup :
Partagez autour de vous pour que cette initiative ne passe pas inaperçus et que notre équipe s’agrandisse.

Rencard sur la ligne de départ les 14 et 15 Mai à Strasbourg.

Avant/Apres : oui et Pendant?

Que se passe-t-il réellement entre 2 photos ?

En voyant les post de @franceandhappy et @dailyguillaume j’ai compris…
J’ai compris que flancher ce n’était pas une preuve de faiblesses, ou un manque de volonté.
Non en fait c’est juste NORMAL, ON est juste normaux et on l’assume…

En fait, les personnes qui nous entourent et qui n’ont jamais eu besoins de perdre du poids sont souvent désarmé face a notre objectif et surtout face à nos difficultés.
Pour eux, tu dois perdre du poids « bah ce n’est pas dur, tu fais du sport, tu manges équilibré et voila »…mmmhh ok bah écoute ça parait simple comme ça, et pourtant ça part bizarrement toujours en vrille.
Alors oui au départ, c’était trop simple, j’avais du poids à perdre, beaucoup de gras et il fallait pas avoir BAC+5 pour comprendre d’où venait mon surpoids.
Je ne petit déjeuner pas, je mangeais des salades de regimeuse le midi, voir juste des surimis et le soir je craquais sur tout ce qui bouge (et qui se mange hein) et bien sur le sport était inconnu au bataillon !
Alors quand j’ai rencontré Zhomme, il est très vite venu vivre chez moi dans mon petit studio lillois.
Du coup, le soir on mangeait correctement, je ne me goinfrais plus, le midi je mangeais un peu mieux…
Je l’ai rencontré j’étais comme ça :

image
(Je précise que c’était une soirée sur le thème Les Deschiens hein)
Je devais peser à peu prés 80/85kilos pour 1m71
Un soir sur 2, il s’absentait pour aller courir et moi j’attendais bêtement qu’il rentre, puis je me suis dit que je n’avais qu’a l’accompagné.
Et la il y a un point important à souligner : J’AI DECIDE, il ne m’a pas proposé, ni suggéré, ni forcé et ça fait toute la différence, car la démarche venait de MOI.

J’ai donc commencé a courir (ou marcher vite/ ou footinguer) enfin bref, je n’allais pas vite, j’étais rouge comme une tomate mais la seule chose a retenir c’est que POUR UNE FOIS : JE ME BOUGEAIS LE CUL.

image image

Septembre après 2mois d’alimentation plus équilibré et de run, on part en vacance, je en sais plus combien j’ai perdu mais je me sens bien, je n’ai pas honte en maillot de bain sur la plage, je me sens en bombe après les premiers kilos envolés facilement.
Jusque Mars, j’équilibre sans trop faire gaffe, j’ai de bons souvenirs de cette période, ou je perds du poids, je me sens bien, avec Zhomme on se fait plaisir, des petits déjeuner au pain au chocolat, des salades de chèvres, de la Ben et Jerrys de temps en temps.
Bien sur au vue de mon changement de vie, je me permettre tout ça, s’en empêcher la perte de poids.
A noël, j’ose le legging cuir et le bustier blanc, je me sentais en bombe, pourtant aujourd’hui quand je regarde cette photos, je me sens conne…ouais mon regard d’aujourd’hui et plus dur qu’a l’époque.

image
Début d’année 2014, je scrute instagram, découvre une communauté et décide de me lancer dans l’aventure avec mon premier post le 03 Mars (j’ai déjà perdu plus de 10kilos):

image

Comme dit dans mon dernier article, je ne montre pas mon visage, juste mes magnifique performance Nike+ et ma bouffe.
Je ne vais pas vous refaire le topo, sur les slips sur la tète et le stepper hein, vous trouverais tout ça dans l’article précédent.
Mais en gros, je continue à perdre du poids et puis je commence les restrictions pour perdre plus vite et plus encore…
En Octobre, premier craquage ou je quitte IG 1mois, avant de revenir en pleine forme en novembre.

image image

(Oui oui tout ça en une seule journée et en plus je l’ai même publie sur IG)

L’année 2014 est constituée de regimes diverses et variés, de jeu concours sur le poids, de perte de poids (64,5kg en septembre) et de reprise de poids..

image image image image image
Petit à petit je me dévoile, debut 2015 je suis remontée à 68 kilos et là, une IG bienveillante, me prend sous son aile et grace à des runs quotidiens matinaux et une alimentation surveillée de près : je descend à 63 kilos!

image

Ça dure jusque mai 2015 je sors les robes moulantes et les shorts courts : je me sens a nouveau tellement bien.

image image

Puis je relache la surveillance, mange ce que je m’etais interdit jusque la et forcement  je reprends du poids, et puis inlassablement j’en reperds, et ce yoyo continue jusqu’à aujourd’hui

image image   image image image image image image

 

Alors depuis octobre, je zermatise, cela ne veut pas dire que c’est parfait…

Au grès de mes blessures, je me laisse aller, je retombe parfois dans mes travers mais le plus important, c’est que j’apprends a chaque fois!

Alors, on peut y voir du yoyo, des épreuves, des blessures, un manque de volonté…
Moi je vois la vie, des hauts et des bas, de la confiance, du plaisir, des plaisirs, de la bouffe, des restrictions, des craquages, zermati, un équilibre et surtout je vois des couleurs dans ma garde robe, des selfies a profusion, des smile et de l’amour.

Alors non, ce n’est pas l’AVANT/APRES qui compte.
Entre les 2 photos on oublie souvent de montrer les mauvais moments, les étapes improtantes, les doutes, les déceptions, les moments de bonheur aussi…
Mais rassurez vous, ralentir/reculer ca fait partie du jeu et chaque personne qui s’est engagé dans ce chemin à connu des moments de doutes et de moins biens.
Alors NE VOUS DECOURAGEZ PAS, vous n’êtes pas seuls, nous sommes tous dans le même panier (qu’on l’assume ou non).

La naissance d’un melon nommé @Ely_killeuse

La naissance d’Ely_Killeuse

 

Certains me connaissent uniquement sur le blog mais la plupart de mes lecteurs viennent d’instagram.
Alors on va reprendre depuis le début…

Au départ j’avais un compte instagram, juste pour retoucher mes photos avec les filtres et me la jouer Hype sur Facebook.
Puis j’ai commencé à m’intéresser à la communauté des regimeuses, voyant l’entraide et le soutient, j’ai décidé il y a un peu plus de 2 ans de me lancer dans l’aventure en créant mon #Instaregimeuse : @ely_killeuse
Au départ, je partageais mes plats et mon sport (du step et un peu de run), je ne montrais pas mon visage, mes légendes étaient plus courtes (mais avec autant de fautes qu’aujourd’hui) et bien souvent étaient illustré par du kiri et des pommes (JeanPhiPhi était bien loin à l’époque)

image image

Je suis passé par différentes phases, je me suis cherché sur le plan alimentaire et physique…
J’ai cru en certains drainant et produits magiques, j’ai essayé, ça n’a pas marché.
J’ai partagé mes runs et ma première course officielle.

image image

J’ai fait des trucs débiles comme l’escalier Dukon mais je ne regrette pas.
J’ai mis des slips sur ma tête, me suis caché sous des plaids, fais une vidéos avec un masque de carnaval, fais des Demi OOtd, j’ai aussi craqué mon slips et arrêté instagram pendant 1 mois.
Je suis revenu, j’ai raconté ma life beaucoup beaucoup beaucoup, mes bas et mes hauts.
Je me suis fait des copines virtuelles sur mon step pour des sessions de folie.
Et un jour j’ai montré ma face, je me suis mise au selfie, j’ai arrêté les régimes, continué le run, je me suis blessé et à nouveau relevé…

image  image

J’ai fait des rencontres enrichissantes, essayez le yoga pour arrêter ensuite, j’ai cherché ma voie, et je suis toujours revenu sur mon premier amour : la course à pied.
J’ai eu la chance de devenir une Strong Sexy Girl via David Costa, ce qui a découlé sur un shooting photos et la sortie de son livre (dans quelques jours) ou avec mes copines, ont illustrera les exercices…
Je suis devenu ce qu’on appelle un « gros compte » (a ne pas confondre avec « une grosse conne ») contrairement a certains qui (pardonnez moi l’expression) quémande le followers, je n’ai JAMAIS fait de follow for follow…

Le follow for follow, ou instapartage consiste a dire du bien de quelqu’un pour qu’il dise du bien de toi afin de récolter des likes et des abonnées, (le truc pas du tout spontané) un grand concept pour moi, mais chacun fait ce qu’il veut sur son compte (enfin ça j’en suis pu tellement sûre)

J’ai fait mon premier semi marathon, puis j’ai lu zermati, j’ai créé ce blog, au départ pour regrouper les infos et ne pas avoir a répété 100 fois le calcul de la zone de brulage de gras par exemple.
Puis j’ai pris plaisir à écrire, à approfondir certains sujets, sur ce réseau plus communautaire, moins parasité par la méchanceté.

J’ai toujours dit que je continuerai de publier tant que j’aurais le sentiment d’être utile, de faire évoluer les nanas comme moi, vers des méthodes moins constipantes/irritantes/frustrantes…
Au vu, des nombreux commentaires sur instagram, de vos témoignages en commentaire ici aussi ou même des mails que je reçois, je sais que j’ai encore ma place dans ce monde de putes !

Récemment je vous disais dans un article, que je n’avais pas trop le moral, des soucis avec mon image (et pas seulement à cause de mon poids), des soucis de la vrai vie qui viennent s’ajouter aussi et là bizarrement quand on montre une faille certains s’y engouffrent, et se sentent pousser des couilles pour casser les miennes.
En fait j’ai compris et je remercie chacune d’entre vous, pour vos commentaires, vos encouragements, votre avis sur mon compte, sur vos partages.

Je remercie Marion pour ses nombreux messages.
Et je remercie Sonya, pour son message, le message qui m’a fait comprendre que quoiqu’il arrive je devrais faire face à ça, à la méchanceté, que finalement ce n’était pas mon melon qui dérangeait mais peut être simplement mon bonheur.

J’ai compris grâce à vous, qu’ils trouveront toujours a redire et que la plus belle récompense que je leur fais et encore de leur consacrer autant de temps.
Ce temps que je ne consacre pas à répondre aux commentaires de love, a ma vie, a vous.

Rien ne m’oblige à repasser en public, (ah si je vais manquer de barres de céréales, faut que je fasse des courbettes aux partenaires) enfin rien ne m’oblige a me dévoiler à nouveau mais j’ai la PRÉTENTION de penser qu’en public je serais plus utile qu’en privé.

Alors si certains profitent que j’ai un genou a terre pour me harponner, laissez moi reprendre mon souffle, le bon appui et je me relèverais, pour revenir plus forte.

Reseaux sociaux : la frontière entre la franchise et la méchanceté

Parlons bien, parlons honnête, parlons sans méchanceté.

Ce post je le fais pour vous mais surtout pour moi.

Depuis la création de mon compte, j’ai constaté que la méchanceté derrière un écran était répandu et ne nécessitait aucunement d’être couillus.
Forcément à mes débuts je n’étais pas une « victime » intéressante, avec le temps les commentaires désagréables ont commencé à arriver.
Et c’est là, où il faut faire preuve de discernement.

Tout d’abord, je l’ai toujours dit mais je fonctionne avec un GRAND PRINCIPE depuis toujours, sur IG ou dans la vraie vie, je me dis toujours « ne fait pas aux autres, ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse »

En gros avant d’ouvrir ma gamelle, je me demande comment je réagirai si j’étais à la place de l’autre.

L’exemple que je prends souvent c’est celui du coiffeur, si ma collègue revient du coiffeur avec une couleur rouge pétard, 2 solutions : j’aime et je le dis (oui je ne suis pas une garce), ou alors, je n’aime pas…et la que faire ?
Et bien c’est simple, si elle ne me demande rien je ne dis rien, je ne vais pas lui mettre un coup direct la pauvre, elle a rien demandé.
En revanche, je ne dirais pas non plus que j’aime hein !

Si elle me demande mon avis, je serai honnête, et je lui dirai que je n’aime pas !

Alors sur IG, c’est pareil si une nana a un look improbable (a mon sens hein) je ne me vois pas commenter « déguelasse ta jupe avec ce haut, ça te fait un cul comme 2 culs » en revanche, si elle demande l’avis des gens, là je lui dirais (en transformant « le cul comme 2 culs » par « ne te met pas en valeur » le but n’étant pas qu’elle se pende avec son t-shirt hein)

Si chacun, se demandait ce qu’il se passerait si le commentaire/balle/gifle lui été destiné, je pense que la vie et le monde tournerait plus rond (non la vie ne tourne pas qu’autour d’IG)

ET c’est là où parfois le bas blesse, j’ai eu une discutions avec une instagrammeuse, celle-ci regrettait que tout le monde dise me trouver « bien » alors qu’il était nettement visible sur ma photos que mon ventre s’était arrondis et que mon jean moutarde ne passerait plus !

Ça m’a touché, blessé même mais je ne l’ai pas pris comme une attaque (non je ne prends pas tout mal les gars) je lui ai répondu que quoiqu’il arrive j’avais moi-même conscience que je n’avais plus le corps du jean moutarde et que depuis ma dernière blessure (une nouvelle fois) je m’étais empâté !
On a eu un échange franc, honnête, sans détour mais surtout CONSTRUCTIF.

Je ne parle pas de prise de bec mais plutôt d’échange, elle m’a expliqué que la bienveillance des gens l’avait aveuglé sur sa prise de poids et elle craignait que ce soit de même pour moi, que c’est suite à un commentaire désobligeant qu’elle avait eu le déclic et qu’elle pensait que cela m’aiderait… (Honnête ne signifie pas « mal attentionné »)
Je lui ai alors expliqué, que j’avais déjà été « bousculé » par mon entourage et que malheureusement ce type de comportement à l’effet inverse, plutôt que me booster cela me déprime complètement et me met encore plus au fond du seau…

On a compris mutuellement, que nous étions différente, là ou elle pensait m’encourager parce que c’est ce qui l’avait aidé elle, ça avait l’effet inverse sur une personne comme moi.
Alors comment faire ?
Déjà si vous n’avait pas de mauvaise intention, il y a de chance que cela se ressente aussi dans votre commentaire…

Du coup, on va jouer au jeu de FRANC ou MÉCHANT ?
(Les exemples pris sont des commentaires que j’ai personnellement eu)

« Tu pourras maigrir, tu seras toujours moche »
Moi je dis méchant, pourquoi ?
Parce que cela n’a aucun intérêt, cela ne me fera pas évoluer positivement, que puis je faire ? Me faire refaire la face ?
Je pense que la méchanceté est claire dans ce cas…

« Fais attention aux fautes, tu perds en crédibilité »

Franc, franc et constructif, et même intelligent!

j’en ai conscience et presque honte mais c’est vrai que j’ecris sur l’impulsion le plus souvent et bim ça fait des fautes aussi grosse que mon melon, pardonnez moi.

« Je n’aime pas la forme de tes cuisses »
Méchant, quel est l’intérêt une nouvelle fois ? A celles qui trouvent que je suis susceptible, quelle serait votre réaction face à ça ?

« T’es jolie mais ta jupe ne te vas pas du tout *smiley bisous* »
Ma réponse : « ok j’y penserai avant de la remettre »
« Façon tu ne supportes pas quand on ne va pas dans ton sens, ce n’est pas ton cul que tu devrais surveiller mais plutôt ton melon, allez Bye Bye » (me bloque ne me permettant ainsi aucune réponse)

A la base je pense que c’est franc, pas forcément bien attentionné mais franc.
La suite montre surtout que le but était bien de piquer, pour ensuite cracher son venin…

« C’est vrai que tu as repris du poids, ça se voit on ne va pas se mentir »
Franc, blessant car forcément ce n’est pas facile a entendre mais si c’est fondé, c’est honnête.

Maintenant, je ne me verrais pas dire a quelqu’un qu’il est mince si ce n’est pas le cas mais je ne me verrais pas non plus lui dire qu’il est gros si c’est le cas…ça reste une question de perception sur ce point.

Ce que je regrette le plus, c’est que si j’encaisse plus ou moins bien ce genre de remarque en fonction du moment et du stade de confiance en moi, je pense surtout aux ados, mal dans leur peau, qui reçoivent ce genre de message, qui se remettent en question, vont parfois tomber dans les TCA ou pire encore !
Alors, certaines penseront que j’accorde trop d’importance à ce genre de chose, que je me prends trop la tète, que je devrais laisser pisser…
Mais ce n’est pas mon genre, je ne sais pas faire, que ce soit sur IG ou dans la vie.
Peut être que si je prends les choses à cœur c’est surtout parce que ce que je publie, je le publie aussi avec cet organe.